Un siècle d'histoire de l'Université catholique de l'Ouest

3 octobre 2012
Par

Héritière de l’Université d’Angers du XIVe siècle, l’Université catholique de l’Ouest (UCO) fait aujourd’hui partie des principaux acteurs académiques, culturels, religieux et économiques de la ville d’Angers et de sa région.

À la différence des autres universités et instituts catholiques de France (Paris, Lille, Lyon et Toulouse), l’UCO a, pendant presque un siècle, dispensé seule un enseignement supérieur dans sa ville de fondation. De 1875 jusqu’en 1971, année de la création à Angers d’une Université d’État, l’Université catholique pouvait ainsi bénéficier d’une situation remarquable, puisque l’Anjou ne comptait que deux structures d’enseignement supérieur public : l’École de médecine et de pharmacie et l’École nationale des Arts et métiers.

La transformation des anciennes Facultés de l’UCO en instituts professionnalisants en 1970, innovation et mutation fondamentales, a permis à l’Université catholique à Angers de maintenir ses activités, face à l’émergence de la nouvelle Université d’État.

L’histoire de ces cent années est ici abordée par Olivier Landron, professeur à l’Université catholique de l'Ouest où il enseigne l’histoire du christianisme contemporain au sein de la faculté de théologie. Il retrace l’évolution de cette institution séculaire et en évoque les principales figures.

Olivier Landron, L’Université catholique de l’Ouest; 1875-1970. Enracinement et ouverture (préface de Guy Bedouelle), Tours, Université catholique de l’Ouest/CLD éditions, 2012, 29 €


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Livres

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.