L’Eglise et la ville pendant les Trente Glorieuses

5 octobre 2012
Par

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ?

À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, Olivier Chatelan, proposant une version réduite de sa thèse réalisée sous la direction de Denis Pelletier, s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain.

L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale. Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la “banlieue” rend floues les limites de la communauté catholique. L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière.

Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

Agrégé d’histoire et docteur en histoire (univ. Lumière-Lyon 2, 2009), Olivier Chatelan a vu sa thèse récompensée par le prix de l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR) en 2010. Chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des matières

Introduction

Première partie. Les années 1950 : la Ville saisie par la sociologie religieuse

I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

Deuxième partie. Les années 1960 : les églises nouvelles, un aménagement du territoire

I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

Troisième partie. Stratégies territoriales et modèles pastoraux dans la ville (1957-1975)

I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion

Olivier Chatelan, L’Église et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975), Paris, L’Harmattan (Religions en questions), 2012, 272 p., 27,5 €


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Livres

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche