Colloque. Foi, Religions et sacré dans la Grande Guerre

16 octobre 2012
Par

Depuis une vingtaine d’années, les thématiques Foi, Religions et sacré dans la Grande Guerre ont donné lieu à de riches développements historiographies, notamment en France, alors qu’elles ont été longtemps ignorées. Durant ce colloque qui se déroulera les 8 et 9 novembre 2012, il s’agit de proposer une réflexion qui tienne compte des bilans scientifiques afin de mieux ouvrir des chantiers renouvelés.

Deux grands champs ont été particulièrement prospectés jusqu’à présent. L’un, plutôt institutionnel et idéologique, autour du rôle des Églises dans le conflit, avec notamment de nombreux travaux sur le pape Benoît XV et sa note de paix en 1917. Un second champ, plus anthropologique, a été travaillé, sur les croyances des combattants et des civils en guerre. L’intitulé retenu pour le colloque tend à privilégier, de manière non-exclusive cependant, cette seconde orientation et à l’élargir encore par la dimension culturelle et systématiquement comparative entre les religions. L’idée maîtresse du colloque consiste à s’interroger sur la place qu’occupe la religion parmi les acteurs du conflit et en particulier leurs rapports à la guerre. Y a-t-il une « religion de guerre » comme certains l’affirment, qui irait jusqu’à une « guerre de religions », ou bien seulement des religions en guerre, avec des pratiques spécifiques et de simples adaptations à la situation du conflit ? Dans quelle mesure la guerre affecte-t-elle et influence-t-elle la manière de croire et de vivre sa foi ? En d’autres termes, la guerre introduit-elle un élément de rupture dans la religion et la foi ? Plus généralement, que devient le sens du sacré après Verdun et la Somme ?

La perspective scientifique du colloque se situe d’entrée de jeu dans une approche comparative et mondiale. Le propos est centré sur le fait religieux, car la foi peut être aussi celle en la patrie et en la victoire. Quant au sacré, il revêt également de multiples formes, y compris temporelles (sacralisation du drapeau, du champ de bataille ou de la « voie sacrée »). Comment la religion, dans des sociétés laïcisées, en particulier en France et Italie, imprègne-t-elle indirectement, en les sacralisant, certains rites temporels ? Comment appréhender également les refus de croire, inscrits dans un continuum athée ou anticlérical ?
Les thématiques abordées seront organisées en trois pans :
1 - Les religions mobilisées/mobiliser la religion ?
2 - Croire et exprimer sa foi dans la guerre
3 - Les dimensions du sacré

Programme :

Jeudi 8 novembre

9h : Accueil.
9h30 : Ouverture par Lyne Rousseau, présidente de l’association 14-18 Meuse et Bernard Boissé, président de la Fondation de l’Ossuaire.
10h : François Cochet, université de Lorraine, et Xavier Boniface, université du Littoral-Côte d’Opale : Introduction.

Les religions mobilisées
Présidence : André Encrevé, professeur émérite de l’université de Paris 12.

10h15 : Giovanni Cavagnini, École Pratique des Hautes études : Sanctifier la nation en guerre. Les cardinaux de Pise et de Paris entre religion catholique et religion de la patrie.
10h45 : Arndt Weinrich, Institut historique allemand : Gott mit uns ! La mobilisation des Églises allemandes.
11h15 : Mariella Paiano, université de Florence : La mobilisation spirituelle catholique en Italie pendant la Grande Guerre.
11h45 : Winfried Becker, université de Passau : Écart entre confession et patrie. Aspects de l’aumônerie militaire allemande durant la Première Guerre mondiale.

12h15 : Débat et déjeuner.

Les religions mobilisées (II)
Présidence de séance : Jean-Noël Grandhomme, université de Strasbourg.

14h00 : Raberh Achi, IEP - Aix-en-Provence : L’islam dans l’armée française : entre pratique religieuse et identité collective (1914-1918).
14h30 : Dominiek Dendoven, Musée In Flanders Fields - Ypres : Face à leurs ouailles, aux infidèles, aux hérétiques : les attitudes du clergé catholique de Flandre occidentale.
15h00 : Duff Crerar, université de Western Ontario : Les aumôniers de l’armée canadienne, 1914-1919.
15h30 : Rémi Fabre et Michel Rapoport, université de Paris-Est Créteil : Un pacifisme chrétien radical : Les quakers et l’objection de conscience au Royaume-Uni pendant la Grande Guerre.

Débat et pause.

La foi éprouvée par la guerre
Présidence de séance : Jean-Noël Grandhomme, université de Strasbourg.

16h30 : Jean-Noël Grandhomme, université de Strasbourg : La foi des soldats roumains.
17h00 : Franck Beauperin, Ministère de la Défense/DMPA : 1914-1924 : guerre et foi patriotique en Vendée.
17h30 : Jonathan Ebel, université de l’Illinois : La foi des soldats américains.
18h00 : Matteo Caponi, École Normale Supérieure de Pise : Liturgies et dévotions de guerre : le cas florentin (1914-1919).
18h30 : Débat.

Vendredi 9 novembre 2012

La foi éprouvée par la guerre (II)
Présidence de séance : François Cochet, université de Lorraine.

9h00 : Philippe Landau, Archives de l’union des communautés juives de France : Foi ou tradition : le judaïsme à l’épreuve du feu.
9h30 : André Encrevé, université de Paris 12 : L’hebdomadaire protestant libéral Évangile et liberté face aux premiers mois de la guerre (août-décembre 1914).
10h00 : Sébastien Vogt, université de Strasbourg : La dévotion des combattants à la « petite Sœur » Thérèse de Lisieux pendant la Première Guerre mondiale.
10h30 : Débat et pause.

Le sacré et le sacrifice
Présidence de séance : François Cochet, université de Lorraine.

11h00 : Michael Snape, université de Birmingham : YMCA et le soldat britannique pendant la Première Guerre mondiale.
11h30 : Nicolas Champ, université de Bordeaux 3 : Ne pleurez pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance. Les protestants, la mort et la guerre en France.
12h00 : Débat et déjeuner.

Le sacré et le sacrifice (II)
Présidence de séance : Xavier Boniface, université du Littoral-Côte d’Opale.

14h00 : Sante Lesti , École Normale Supérieure de Pise : Les langages de l’expérience religieuse (Sacré Cœur – Italie/France).
14h30 : Agnès Periat-Verhoeve, université de Paris 4 Sorbonne : Les sanctuaires et les hospitaliers de Lourdes durant la Grande Guerre.
15h00 : Marc Rochette, professeur d’histoire émérite : L’engagement du clergé meusien et de son évêque Charles Ginisty pendant la Première Guerre mondiale.
15h30 : Débat et pause.

16h00 : Xavier Boniface, université du Littoral-Côte d’Opale : Conclusions.

Le colloque international Foi, religions et sacré dans la Grande Guerre est organisé par l’association « 14/18 Meuse », le CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire) de l’Université de Lorraine et la fondation de l’Ossuaire de Douaumont.

Comité scientifique :
François Cochet, professeur d’histoire contemporaine, université de Lorraine ; Xavier Boniface, professeur d’histoire contemporaine, université du Littoral-Côte d’Opale ; André Encrevé, professeur d’histoire contemporaine émérite, université de Paris 12 ; Jean-Noël Grandhomme, maître de conférences, université de Strasbourg.

Programme du colloque : Foi, religions et sacré

Informations pratiques :
Entrée libre. Le nombre de places étant limité, il est conseillé de s’inscrire en appelant le 03 29 86 00 70.
Renseignements et réservations : Association « 14/18 Meuse ».
Centre Mondial de la Paix
Place Monseigneur Ginisty
BP 10183 - 55105 VERDUN cedex
Tél. 03 29 86 00 70 • Fax 03 29 86 87 55
Courriel : 1418meuse@wanadoo.fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Colloques

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.