Les voix d'outre-tombe. Le spiritisme, croyance du XIXe siècle

13 novembre 2012
Par

Sous le titre suggestif des voix d'outre-tombe, l’ouvrage de Guillaume Cuchet cherche à percevoir, sous l’obscure aura de mystère qui nimbe le spiritisme et ses plus célèbres tenants (Edgar Allan Poe, Victor Hugo…), les phénomènes, les rapports, les conflits socio-culturels qui se cachent à la lumière du jour.

Dès le début des années 1850, la France et l’Europe se passionnent pour ce phénomène venu tout droit d'Amérique. Après son introduction en au printemps 1853, pendant près d’un an, de Napoléon III à la reine Victoria, de Victor Hugo aux plus modestes bourgeois de province, tout le monde ou presque a fait tourner et parler les tables Moment lui-même inscrit dans un contexte d’industrialisation, de progrès des sciences, d’essor des communications, qui donnera au spiritisme son nouveau nom de baptême, « télégraphe spirituel ». Cependant, le spiritisme ne forme pas une entité unique selon les milieux et les classes sociales qui s’y adonnent.

Les contemporains, convaincus des progrès de la raison dans le siècle, ne se souvenaient pas d’avoir jamais assisté à pareille flambée de crédulité collective. Or bien loin de disparaître rapidement, la pratique a duré et s’est enracinée, surtout en France où elle a donné naissance au spiritisme proprement dit, à la fois mouvement organisé et véritable phénomène de société.

A ce titre et parce que ces mystérieuses communications avec l’au-delà avaient partie liée avec la mort et la maladie, la religion et la spiritualité, la science et la politique, la famille et l’amour, le spiritisme est un remarquable révélateur des tendances profondes de l’époque. Saisi à l’apogée de sa ferveur, il éclaire la face nocturne d’une société qui, confrontée à des bouleversements considérables, partagée entre tradition et modernité, a vu soudain, à sa grande stupeur, remonter ses hantises à travers ses fantômes.

Ayant déjà publié, en revue, plusieurs travaux sur le spiritisme, Guillaume Cuchet propose une tripartition entre spiritisme de récréation, de consolation et de conviction, sans qu’il soit impossible de passer de l’un à l’autre ou d’embrasser l’un et l’autre. La montée d’une société des loisirs, la crise de foi qui gagne alors l’ensemble de l’Europe, l’intérêt pour les sciences occultes en réaction au positivisme ambiant sont quelques-uns des phénomènes que l’incroyable engouement pour le spiritisme éclaire d’un jour nouveau.

Table des matières

Introduction

Première partie. La source américaine

I. Les « spirit rappings » I.A. La légende d’Hydesville
II. La naissance du « modern spiritualism »
III. Transfert et mondialisation

Deuxième partie. La « danse des tables »

IV. Trois grandes étapes
V. La querelle des tables
VI. Une conjoncture favorable

Troisième partie. La doctrine spirite

VII. Le temps des recherches
VIII. Allan Kardec, théoricien du spiritisme
IX. La révélation spirite

Quatrième partie. Le mouvement spirite

X. Le décollage
XI. Les différents courants
XII. La composition du mouvement

Cinquième partie. Le spiritisme culturel

XIII. Les « nouveaux philosophes »
XIV. Les accents spirites de la piété catholique
XV. Astronomie populaire et représentations de l’au-delà
XVI. Spiritisme et « deuil romantique »

Sixième partie. L’antispiritisme

XVII. L’Eglise catholique face au spiritisme
XVIII. L’antispiritisme laïque
XIX. La fin d’une époque

Conclusion

Guillaume Cuchet, Les voix d’outre-tombe. Tables tournantes, spiritisme et société au XIXe siècle, Paris, Le Seuil (L’univers historique), 2012, 464 p., 25 €


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Livres

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.