Colloque. Iconoclasme et Révolutions

24 novembre 2012
Par

Statues déboulonnées, portraits déchirés ou brûlés, emblèmes grattés ou barbouillés : ces gestes iconoclastes semblent indissociables des processus révolutionnaires, des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes contemporaines. Que se joue-t-il derrière ces gestes apparemment dérisoires, souvent ravalés à du « vandalisme » ? Comment penser, à partir de l’iconoclasme, une histoire des relations entre des sujets et des signes de pouvoir (politique, religieux, social) ?

Tel sera l’objet de ce colloque international et pluridisciplinaire, qui réunira les 13 et 14 décembre 2012 au Petit Palais historiens, historiens de l’art, anthropologues, spécialistes d’aires culturelles et de périodes différentes, de la France à l’Afghanistan, de la Chine à l’Amérique latine, de la Russie à l’Espagne…

La réflexion portera notamment sur les « pouvoirs de l’image » et du signe, sur le rapport au visible et au sensible en situation révolutionnaire et sur la puissance de transformation du social attribuée aux gestes iconoclastes. Les formes prises par cette violence symbolique, ses cibles privilégiées, ses acteurs individuels et collectifs, sa liesse ou ses silences, ses liens avec la violence physique, ses seuils de tolérance et ses compromis (entre conservation et destruction) seront interrogés.

Le colloque permettra d’éclairer les intentions des iconoclastes en révolution, explicitées ou non par eux : effacer une mémoire devenue intolérable, expurger une croyance, exprimer une opinion à la face de tous, s’approprier une souveraineté devenue disponible – sans que ces interprétations soient exclusives l’une de l’autre. Ces intentions seront rapportées à la réception et aux effets – tels qu’on peut les mesurer – des gestes de destruction.

Toutes ces questions seront envisagées en situation, dans des contextes et des espaces singuliers, où les cultures visuelles, les formes d’expression politique, le rapport au sacré varient profondément.

Programme :

Jeudi 13 décembre 2012. Matinée.

9h30 : Accueil des participants et ouverture du colloque.
Emmanuel Fureix, université Paris-Est Créteil : Introduction.

1-Destruction, conservation et transfert de signes

Codes symboliques et imaginaires de l’iconoclasme
Présidence : Lynn Hunt, University of California, Los Angeles.

10h10 : Bertrand Tillier, université de Bourgogne : La mort des statues : imaginaires archaïques et usages politiques de l’iconoclasme.
10h30 : Yann Lignereux, université de Nantes : Hercule sans culotte, France, fin XVIIIe-début XIXe siècle.
10h50 : Rolf Reichardt, université de Giessen : « Le fameux jeu du trône ». Un imaginaire iconoclaste dans la Révolution de février 1848.
11h10 : Pause.
11h25 : Débat.

Bricolages et syncrétismes
Présidence : Pierre Centlivres, université de Neuchâtel.

11h55 : Thomas Serrier, université Paris 8 / Francfortsur-Oder : Au-delà de la chute : le Mur de Berlin cassé et concassé. Approche anthropologique.
12h15 : Irène Herrmann, université de Genève : Iconoclasme et syncrétisme en Russie post-soviétique.
12h35 : Débat.
13h00 : Déjeuner.

Jeudi 13 décembre 2012. Après-midi

2- Iconoclasme et religion en révolution

L’iconoclasme anti-religieux en situation révolutionnaire
Présidence : Pierre Serna, université Paris 1 –Panthéon-Sorbonne.

14h30 : Quentin Deluermoz, université Paris 13 : La Commune et le sacré : l’iconoclasme religieux sous la Commune (1871).
14h50 : François-Xavier Nérard, université Paris 1 –Panthéon-Sorbonne : Détruire les croyances en exhumant des reliques : l’iconoclasme bolchevique de l’après 1917.
15h10 : François Godicheau, université Bordeaux 3 : L’iconoclasme de 1936 et les questions qu’il pose sur l’ordre social catholique en Espagne.
15h30 : Débat.
16h00 : Pause.
16h15 : Table ronde aminée par Annie Duprat (université de Cergy) : Iconoclasme et Révolution française, avec Serge Bianchi (université de Rennes 2), Philippe Bordes (université Lyon 2), Lynn Hunt (University of California, Los Angeles) et Pierre Serna (Université Paris 1– Panthéon-Sorbonne).
18h00 : Cocktail dinatoire.

Vendredi 14 décembre 2012. Matinée

La religion, vecteur d’un iconoclasme révolutionnaire ?
Présidence : Bertrand Tillier, université de Bourgogne.

9h30 : Silvia Naef, université de Genève : L’iconoclasme religieux, une arme politique ? Relectures des sources et interprétations contemporaines dans le monde arabe.
9h50 : Pierre Centlivres, université de Neuchâtel : Autour de l’iconoclasme taliban : politiques de l’image et de la représentation en Afghanistan à la fin du XXe siècle.
10h10 : Omar Saghi, essayiste, École Supérieure de Journalisme de Paris : Vandalisme et iconoclastie dans les révolutions arabes : une réponse à l’usage policier de la culture sous les dictatures ?
10h30 : Débat.
11h00 : Pause.

3- Iconoclasme, politisation et souveraineté

Expériences politiques dans l’espace public
Présidence : Florence Bourillon, université Paris-Est Créteil.

11h15 : Guillaume Mazeau, université Paris 1 –Panthéon-Sorbonne : L’iconoclasme révolutionnaire : revendications populaires, résistances à la Révolution et politisation de l’espace public.
11h35 : Clément Thibaud, université de Nantes : L’iconoclasme républicain en Terre-Ferme (Amérique latine, années 1810).
11h55 : Emmanuel Fureix, université Paris-Est Créteil : Mimesis et recharge révolutionnaire : un moment iconoclaste (1830-1831 en France).
12h15 : Débat.
12h45 : Déjeuner.

Vendredi 14 décembre 2012. Après-midi

Instrumentalisations et souverainetés concurrentes
Présidence : Rolf Reichardt, université de Giessen.

14h00 : Antoine-Marie Graziani, université de Corte : Violence et iconoclasme dans la Corse en Révolution (1789-1799).
14h20 : Paul Gradvohl, université de Lorraine : Iconoclasme et révolution hongroise, 1956.
14h40 : Lucien Bianco, EHESS : Iconoclasme et instrumentalisation : la révolution culturelle chinoise.
15h00 : Débat.
15h30 : Pause.

Iconoclasme et retour à l’ordre post-révolutionnaire
Présidence : Catherine Brice, université Paris-Est Créteil.

15h45 : Vincent Robert, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : L’iconoclasme du parti de l’ordre, ou comment effacer la Révolution de février 1848.
16h15 : Alessio Petrizzo, Università degli Studi di Padova : Sortir de 1848. Iconoclasme et retour à l’ordre dans l’Italie des années 1850.
16h35 : Débat.
16h55 : Annie Duprat, université de Cergy : Conclusions et discussion.

Comité d’organisation : Emmanuel Fureix, Claire Barillé.

Comité scientifique international : Sylvie Aprile, Florence Bourillon, Catherine Brice, Pierre Centlivres, Olivier Christin, Annie Duprat, Emmanuel Fureix, Dario Gamboni, Lynn Hunt, Dominique Poulot, Rolf Reichardt, Pierre Serna, Timothy Tackett, Bertrand Tillier.

Informations : recherche-llsh@u-pec.fr

Programme : Programme Iconoclasme et Révolutions

Accès :
Auditorium du Petit-palais
Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.
Métro : lignes 1 et 13, station Champs-Elysées Clémenceau
RER : ligne C, station Invalides ; ligne A, station Charles de Gaulle – Etoile
Bus : 28, 42, 72, 73,83, 93.
Vélib’ : Avenue Dutuit


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Colloques

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche