La grande aumônerie de France sous l'Empire et sous la Restauration

4 décembre 2012
Par

Le mercredi 12 décembre 2012, Rémy Hême de Lacotte soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire, intitulée Entre le Trône et l’Autel : la grande aumônerie de France sous l’Empire et la Restauration (1804-1830), préparée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, au sein du Centre d’histoire du XIXe siècle (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne/univ. Paris-Sorbonne).

Elle sera présentée devant le jury suivant :

Mme le professeur Brigitte Basdevant-Gaudemet (université Paris-Sud),
M. le professeur Xavier Boniface (université du Littoral Côte d’Opale),
M. le professeur Jacques-Olivier Boudon (université Paris-Sorbonne),
M. le professeur Philippe Boutry (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
M. le professeur Christian Sorrel (université Lumière Lyon 2).

La soutenance débutera à 9 heures à l’IUFM de Paris, site des Batignolles, salle 308 (56, boulevard des Batignolles, 75017 Paris, station de métro : Rome).

La grande aumônerie désigne traditionnellement, en France, le clergé chargé de l’exercice du culte auprès du souverain et de ceux de ses sujets attachés à sa personne. Longtemps cantonné à la cour, ce service connaît, de sa recréation par Napoléon au moment du passage à l’Empire jusqu’à sa suppression par la monarchie de Juillet, un développement sans précédent. L’amalgame de différentes composantes, à commencer, sous la Restauration, par l’aumônerie militaire, transforme le modeste département aulique en une institution présente à l’échelle nationale, dont les effectifs équivalent à ceux d’un petit diocèse. Le présent travail s’interroge sur la manière dont l’existence d’un tel clergé affecte concrètement le fonctionnement du système concordataire, à travers l’étude de ses structures, de son personnel et de son activité pastorale. Il pose aussi la question du poids politique du clergé de cour dans la direction des affaires religieuses en régime constitutionnel. Il conclut sur un constat : celui de la marginalisation, avant même sa disparition, de la grande aumônerie, soulignant par contrecoup la solidité des institutions de régulation des cultes mises en place par Bonaparte. L’antique alliance du Trône et de l’Autel fait alors place, définitivement, à la relation purement administrative de l’Église et de l’État.

Position de thèse : Grande aumônerie de France


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Thèses et HDR

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.