Le Vatican et l'Allemagne de Weimar (1919-1934)

8 décembre 2012
Par

Le mercredi 12 décembre 2012, Marie Levant soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire, intitulée Reconquérir le Reich ? Le Vatican et l’Allemagne de Weimar, des nonciatures Pacelli au Reichskonkordat (1919-1934), préparée sous la direction de Fabrice Bouthillon (univ. Brest) et Emma Fattorini (univ. La Sapienza, Rome).

Elle sera présentée devant le jury suivant :

M. le professeur Fabrice Bouthillon (université de Bretagne occidentale),
M. le professeur Philippe Chenaux (université pontificale du Latran, Rome),
Mme le professeur Emma Fattorini (université La Sapienza, Rome),
M. le professeur Édouard Husson (université de Picardie Jules Verne),
M. le professeur émérite Horst Möller (université Ludwig-Maximilian, Munich),
M. le professeur Alberto Melloni (université de Modena e Reggio Emilia; Modène),
M. le professeur Yvon Tranvouez (université de Bretagne occidentale).

La soutenance débutera à 14 heures, dans la salle des conférences de la faculté des Lettres Victor Segalen, à l’Université de Bretagne occidentale (Brest, centre-ville).

La restauration d'une Chrétienté, la conversion des nations à la doctrine chrétienne de l'organisation des hommes en société : telle fut la substance des projets de la papauté de l'entre-deux-guerres. Or, ceux-ci trouvèrent dans l'Allemagne des années 1920 à la fois un terrain favorable et un sens particulier : un terrain favorable, parce que la jeune République, construite par-dessus l'humiliation de la défaite et le chaos de la Révolution, était plus que fragile ; un sens particulier, parce que le Reich weimarien était autant perçu comme l'héritier du Saint-Empire, où le cœur de la Chrétienté médiévale avait battu, que comme le berceau de la Réforme protestante, qui la première, avait ébranlé cet échafaudage politico-théologique.

Cette quête eut ses relais : les clercs et les religieux, sur lesquels le Saint-Siège voulut renforcer son contrôle pour romaniser un catholicisme parfois suspect de modernisme ; les œuvres catholiques, dont la relance fut au cœur du pontificat de Pie XI ; le Zentrum, au rôle renforcé par la parlementarisation ; le service diplomatique, dès lors qu'enfin, il fut possible d'installer un nonce à Berlin. Toutefois, l'instrument privilégié de cette reconquête fut certainement le concordat, qui consistait à échanger la neutralité bienveillante de l'Église envers un pouvoir post-révolutionnaire, fragile et donc demandeur, contre la possibilité, pour elle, de renouer avec sa fonction de pourvoyeuse de légitimité politique, comme au temps de la Chrétienté médiévale.

Les difficultés n'étaient pas des moindres, car sans compter l'indépendance traditionnelle de l'associationnisme catholique allemand, parti inclus, à l'égard du Siège apostolique, il faut aussi considérer la présence sur la scène d'un acteur majeur, Luther : dans un pays composé à 65 % de protestants, la majorité des votants était effectivement peu encline à valider les projets pontificaux. À des complications d'ordre structurel, il y avait aussi, du côté de Rome, un choix tactique à faire, entre le passage par le centre ou par les périphéries, soit que l'on donnait la priorité au concordat d'Empire, soit qu'on lui préférait la négociation moins risquée de conventions locales. Or, les oscillations perpétuelles entre ces deux options pesèrent sur la conduite générale de l'entreprise, oscillations qui répétaient en fait, sur le terrain allemand, le balancement récurrent entre ce que l'on peut désigner comme les orientations consalvistes ou intégristes de la Curie, selon le degré de tolérance à l'égard de la modernité.

Au bout du compte, des concordats furent signés avec les principaux Länder catholiques, la Bavière en 1924, la Prusse en 1929, le Bade en 1932, mais ce n'est qu'avec Hitler que l'on parvint à conclure le concordat du Reich. Signé le 20 juillet 1933, il devait donc représenter le couronnement de cette politique. Or, la victoire était vide de sens. Loin des ambitions restauratrices qui avaient valu en 1919, il n'eut plus qu'une fonction de défense, et encore, d'une efficacité sujette à caution, dès lors que le Führer en transgressa immédiatement les dispositions. De 1919 à 1934, le Reichskonkordat fut un fantôme qui s'évanouit dès qu'on crut le toucher.

Position de thèse : Levant. Le Vatican et l'Allemagne de Weimar


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Thèses et HDR

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche