Journée de l’Amitié Charles Péguy

Notre jeunesse a cent ans. L’Amitié Charles Péguy consacre à cette œuvre majeure son colloque annuel, qui aura lieu le samedi 4 décembre 2010 à l’Institut catholique de Paris.

Organisation: Claire Daudin et Pauline Bruley

« Dans ce texte, Péguy revient sur les engagements de sa jeunesse. L’affaire Dreyfus n’y est guère invoquée comme un épisode révolu de son passé, mais comme un événement dont l’élan se prolonge et porte l’ensemble de son œuvre. Péguy répond à son collaborateur Daniel Halévy, auteur d’une Apologie pour notre passé parue dans un précédent Cahier de la quinzaine, pour conjurer les spectres de la nostalgie et de la désillusion. Notre jeunesse, écrit par un homme de 36 ans qui affirme la cohérence de son parcours dreyfusiste, socialiste et chrétien, c’est la jeunesse d’une pensée ardente et vigoureuse, capable de se ressaisir et de se projeter en avant. Notre jeunesse n’est pas seulement un récit autobiographique, un essai philosophique, ou une étude historique, mais aussi une profession de foi, et une leçon. Péguy tire les leçons de sa vie et les expose à ses lecteurs, les destinataires de l’œuvre nommément invoqués, les abonnés des Cahiers, nous-mêmes.

Le centenaire de Notre jeunesse offre l’occasion de faire le point sur nos connaissances, de mesurer son importance dans la vie et l’œuvre de Péguy, de confronter nos lectures. Après cent ans, comment relire ce texte, dans un monde où la posture singulière de Péguy pourrait sembler plus que jamais anachronique ? Le texte de Notre jeunesse a-t-il gardé l’énergie juvénile, la force motrice que Péguy souhaitait infuser à son lecteur ? Tout en tenant compte des acquis de la recherche et en éclairant l’œuvre par de nécessaires mises en situation, ce prochain colloque voudrait définir la puissance de résonance de la voix de Péguy « se tournant vers les jeunes gens » que nous sommes, cette voix dont Bernanos écrivait qu’elle reste « à notre portée, à la portée de chacun de nous », une voix « qui répond quand on l’appelle » (Les Enfants humiliés).

Une première série d’interventions pourrait mettre en question le « sursaut » opéré par Péguy en cette étape décisive de son évolution, qui succède au constat d’échec du cahier  À nos amis, à nos abonnés. Comment situe-t-il sa parole ? À quoi tient la force morale, esthétique, « mystique », de cette voix ? Une autre série pourrait s’intéresser aux lectures successives de l’œuvre et à leur impact tout au long du siècle. Enfin, il conviendrait de faire place à la résonance de Notre jeunesse aujourd’hui, à travers références dans la presse,  témoignages sur l’enseignement et la transmission de cette œuvre à divers auditoires. »

Programme Notre jeunesse


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire