Les catholiques face à la question sociale au XIXe siècle

Le très populaire abbé Pierre, fondateur du mouvement Emmaüs, est souvent présenté comme un franc-tireur, et l’organisation qu’il a créée comme tout autre chose qu’une œuvre de charité. Pourtant, ses origines et ses objectifs inscrivent bien Emmaüs dans la tradition chrétienne de la caritas. Ce livre revient sur ces œuvres que le XIXe siècle ne craignait pas de nommer « de charité ».

Les œuvres des villes françaises et allemandes au XIXe siècle, examinées de manière inédite par Catherine Maurer, professeur à l’université de Strasbourg, encadrent alors étroitement la population catholique. Elles sont plus le produit de leur temps que des survivances de l’Ancien Régime. Leurs fondateurs sont issus d’un milieu d’élites laïques, de prêtres diocésains et de religieux congréganistes où les femmes tiennent une place décisive. Leur grande plasticité répond aussi bien à l’héritage chrétien qu’aux besoins nés de la révolution industrielle – travail des mères, migrations de travail, développement des demandes de santé. Emerge alors un véritable secteur « privé », face à l’affirmation de l’intervention « publique ».

Au travers de ce livre qui est une version remaniée de son mémoire d’habilitation à diriger les recherches, Catherine Maurer, spécialiste de l’histoire sociale et culturelle du fait religieux contemporain en France et en Allemagne, repose la question fondamentale du rapport des catholiques à la modernité.

Les œuvres reprennent-elles sans distanciation l’image catholique de la société moderne comme un « corps malade » ? Leurs pratiques témoignent-elles d’un refus persistant de cette modernité sociale à laquelle le discours dominant de l’Église invitait ses fidèles à tourner le dos ? Autant d’interrogations autour d’un continent qui n’est pas tout à fait englouti, mais qui survit aujourd’hui au sein des mouvements caritatifs et humanitaires.

Catherine Maurer, La ville charitable. Les oeuvres sociales catholiques en France et en Allemagne au XIXe siècle, Paris, éd. du Cerf (Histoire religieuse de la France), 2013, 416 p., 24 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire