Faire autorité en religion

Le numéro 88 de la revue Genèses, qui vient de paraître chez Belin, propose un dossier consacré au concept d’autorité en religion.

Comprendre comment se « fabrique l’autorité en religion » revient à formuler une invitation : étudier l’autorité de près, en train de se faire (ou de se défaire)  au sein des institutions religieuses, sans préjuger de sa spécificité. Autrement dit réaliser un numéro qui, au lieu de porter la focale sur ce qui ferait le noyau dur d’une « autorité religieuse », donne à voir l’institutionnalisation permanente des religions comme sphères d’activités différenciées, à travers l’analyse des pratiques ordinaires d’imposition et de naturalisation de cette différence que déploient les titulaires de l’autorité pour se légitimer.

Par la mobilisation de différents terrains archivistiques ou ethnographiques, les contributions rassemblées dans ce numéro tentent d’appréhender l’autorité telle qu’elle s’exerce in situ. C’est-à-dire au travers de l’ordre des interactions de face-à-face ou par l’intermédiaire de relations d’autorité à distance s’exerçant au travers des hiérarchies et des chaines d’interdépendances constitutives des institutions étudiées. L’article de Solenne Jouanneau, à travers l’exemple des imams hexagonaux, s’intéresse aux répertoires d’autorité mobilisés par des clercs dont la légitimité n’est ni doctrinalement fondée, ni garantie par l’appartenance à une hiérarchie ecclésiale centralisée et instituante. Au travers d’une ethnographie des rituels (salat, juma’â) et des cours de religion au sein d’une mosquée de quartier, il démontre notamment comment au sein des lieux de culte musulmans français la différenciation entre initiés et profanes (comme pouvoir d’influence des premiers sur les seconds) se nourrit tout autant de la spécificité du capital religieux possédé par les imams que de l’ordre de l’interaction qui caractérise leurs principaux répertoires d’action en situation.

Dans son article, construit à partir du dépouillement d’archives inédites de l’Ordre dominicain, Yann Raison du Cleuziou propose de penser la mise en crise des dispositifs d’autorité durant les années 1960. Il montre comment, au sein de l’Ordre dominicain, un Père-Maître se trouve pris de doutes face aux mutations du monde qu’il perçoit et qui justifient selon lui la désobéissance des jeunes religieux qu’il doit former. La conscience de la précarisation des formes dans lesquels sa posture d’autorité se fonde le pousse à rechercher de nouveaux répertoires de pratiques pour légitimer son rôle, mais ce faisant c’est la définition de l’institution dominicaine qu’il déplace. Si la définition des rôles d’autorité apparaît au cœur de la reproduction de l’institution religieuse, leur transformation peut également contribuer à la subvertir.

Béatrice de Gasquet offre quant à elle un intéressant décentrement du regard. Mettant de coté l’autorité rabinique, elle analyse l’autorité au sein des synagogues telle qu’elle est produite par les interactions entre fidèles. Elle y démontre que, dans les deux synagogues libérale et massorti qu’elle étudie, l’obtention du statut d’autorité locale passe par la construction d’une légitimité dans l’expertise religieuse largement indissociable de la position occupée par chaque synagogue dans le champ religieux, et notamment de l’intérêt accordé par leurs membres à la concurrence avec le judaïsme orthodoxe.

Magali Della Sudda, à partir des Archives secrètes du Vatican, revient sur la condamnation de l’Action française par le Pape. Plus précisément son article s’intéresse à la manière dont, à cette occasion, les évêques ont été amenés à  jouer de différents « répertoire d’autorité » pour obtenir des fidèles une conformité aux vues du Saint-Siège. Mais l’auteur analyse aussi la manière dont cette condamnation vient objectiver le fonctionnement de l’institution ecclésiale romaine et ses évolutions : rôle inédit joué par le pape, progressive centralisation du pouvoir dans l’Église, transformations de l’autorité épiscopale dans un sens « préfectoral », etc.

Enfin, la contribution de David Snow est basée sur une ethnographie de longue durée au sein de la branche californienne du mouvement bouddhiste Nichiren Shoshu (menée au début des années 1970 lors de son PHD). Elle revient sur comment, lors des « réunions de discussion » organisée pour promouvoir la philosophie de ce mouvement, les cadres de l’interaction, ainsi que certaines stratégies interactionnelles, peuvent être utilisés par ses responsables et ses membres pour tenter d’obtenir que des individus, au départ extérieur au groupe, acceptent de réciter leurs rouleaux sacrés et d’adhérer au mouvement.

 Sommaire du numéro :

Solenne Jouanneau et Yann Raison du Cleuziou : Introduction.

Solenne Jouanneau : L’imam, clerc sans clergé ni église : les répertoires d’une autorité dissimulée dans les cadres de l’interaction.

Yann Raison du Cleuziou : Albert-Marie Besnard, un maître dépassé par ses disciples. Mystique de la génération et subversion des formes de l’autorité au couvent d’étude dominicain du Saulchoir (1964-1968).

Béatrice de Gasquet : Intellectuels à la synagogue. La production de l’autorité dans le judaïsme non orthodoxe en France.

Magali Della Sudda : Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française.

Genèses 88, Faire autorité en religion, Paris, Belin, 2013, 21,30 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire