Le Cénacle libanais (1946-1984)

Amin Elias_Thèse_Cénacle libanais-001Le 8 novembre 2013, à l’Université du Maine, Amin Elias soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire portant sur Le Cénacle libanais (1946-1984). Une tribune politico-culturelle engagée pour une libanologie inscrite dans son espace arabe et méditerranéen, préparée sous la direction de Dominique Avon (Université du Maine) et de Karam Rizk (Université Saint-Esprit Kaslik, Liban).

Elle sera présentée devant le jury suivant :
M. le professeur Dominique Avon (CERHIO – Université du Maine),
M. le professeur Karam Rizk (Université Saint-Esprit Kaslik, Liban), 
M. le directeur d’études Bernard Heyberger (IISMM – EHESS ; rapporteur),
M. le professeur Antoine Hokayem (Université libanaise, Faculté des Lettres Fanar, Liban ; rapporteur),
Mme le maître de conférences Anne-Laure Dupont (Université Paris-Sorbonne).

Fondé en 1946 par l’homme de Lettres Michel Asmar, le Cénacle libanais, tribune, centre de réflexion, forum de rencontres, d’échanges et maison d’éditions représente entre les années 1946 et 1984 un excellent cas d’étude pour décrire la formation culturelle et intellectuelle du Liban en tant qu’identité, que nation, que peuple et qu’État. Faisant du Liban son sujet central comme en témoigne le titre adopté pour un grand nombre de conférences organisées entre les années 1946 et 1968 « l’édification de la Maison libanaise », le Cénacle a réussi à se présenter non seulement en tant que l’« expression de la conscience libanaise » mais aussi en tant que centre de réflexion dont le plus grand mérité consiste à créer une « Libanologie » ou une « science du Liban ».
« Temple de la pensée » (ma‘bad al-fikr), le Cénacle accueille des intellectuels dont la tâche consiste à préciser les besoins de la société libanaise dans tous les domaines d’une façon scientifique et objective. Reconstruire la « Maison libanaise » veut dire à la fois une construction de l’identité libanaise, de la mythologie libanaise, de la nation libanaise, de l’être libanaise, du peuple libanais, de l’art libanais, de la littérature libanaise et de la poésie libanaise. Autrement dit, c’est une prise de conscience du « soi-libanais », une volonté pour se choisir, pour décider de tracer une histoire propre à soi et ainsi de se dissocier de l’histoire des autres qu’ils soient Ottomans ou Arabes, Français ou Américains.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire