Appel à communication. Pastorale universitaire et estudiantine dans l’Europe d’aujourd’hui

En novembre 1963, la Paroisse universitaire de Louvain était reconnue par l’Église en tant que paroisse personnelle et entamait ses activités au sein de la communauté estudiantine et du personnel académique. Au cours des cinquante dernières années, elle a parcouru un chemin remarquable, qui a d’ailleurs attiré l’attention d’historiens comme Lieve Gevers, Louis Vos et Bart Latré. Leurs études ont souligné l’importance de la paroisse estudiantine à divers niveaux. D’abord, celle-ci a été, dans le contexte des révoltes étudiantes des années 1960, une sorte de laboratoire et de creuset pour les mouvements de critique sociale. Ces auteurs relient la paroisse de Louvain aussi au mouvement de renouveau lancé à partir des années 1950 par l’Action catholique et à l’élan de modernisation de l’Église dans le cadre du concile Vatican II (1962-1965). L’enthousiasme de la paroisse universitaire a mené dès sa naissance jusque dans les années 1970 à des innovations dans le domaine de la liturgie, de la place de la femme dans l’Église, de la conception de la sexualité et des formes de relations humaines ou de la mission sociale. Bref, la paroisse louvaniste s’est voulue et a œuvré comme une sorte de ferment.
La paroisse universitaire de Louvain n’est pas un cas isolé. Suite à la création d’une série d’universités catholiques au XIXe siècle et au souci croissant de l’Église de fournir aux étudiants (considérés comme l’élite future) l’encadrement pastoral nécessaire, une série de fraternités universitaires et de cercles étudiants ont vu le jour, de même que diverses manifestations de dévotion organisées et autres pèlerinages. Le néothomisme et la nouvelle apologétique qui y était liée ont offert un élan supplémentaire à cette pastorale universitaire avant la lettre, principalement assurée par les dominicains et les jésuites. Pendant l’entre-deux-guerres, l’accent s’est déplacé vers l’Action catholique, mentionnée plus haut.
Il semble particulièrement intéressant de confronter l’histoire de la paroisse universitaire louvaniste avec les initiatives et structures pour étudiants et communautés académiques ailleurs. Entretenaient-elles des contacts entre elles ? Y avait-il des échanges sur le plan théorique et concret ? Le modèle louvaniste a-t-il réellement exercé une influence à l’étranger ou a-t-on plutôt imité l’exemple des ecclesiae estudiantines néerlandaises ou de la pastorale estudiantine telle que développée par exemple en France ou en Allemagne ? Quel a été le rôle des séculiers et des réguliers, ou encore, la fonction assignée aux laïcs – hommes et femmes – dans ce processus ? La comparaison pourrait permettre de mieux comprendre la relativité ou, au contraire, le caractère exceptionnel de l’expérience louvaniste.

Motivé par cette volonté d’approche comparative, un colloque international sera organisé à Louvain du mercredi soir 19 soir au samedi 22 mars 2014. Il sera structuré de façon systématique. Partant du cas de la paroisse louvaniste, il réunira des exposés décrivant l’évolution d’une pastorale universitaire ou estudiantine d’Europe occidentale en particulier, qui fourniront ensemble un cadre à la perspective comparative visée.

Ébauche du programme :

Mercredi 19 mars 2014

Session d’ouverture dans la soirée
Ém. Prof.. Lieve Gevers, KU Leuven : The Catholic Church in Flanders. Context of the emerging University Parish in Leuven.

Jeudi 20 mars 2014

La pastorale universitaire et estudiantine dans une perspective historique.
Conférences centrales sur la Belgique, la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et la Suisse.

Vendredi 21 mars 2014

Pastorale universitaire et estudiantine en Europe autour de quatre thèmes.
Réservé aux études de cas (cf. Appel à contributions).

Samedi 22 mars 2014

Journée « public ».
Réflexions sur la pastorale universitaire et son évolution

Appel à contribution :

Le deuxième jour, une série de thèmes de fond seront abordés, ayant trait aux aspects particuliers de la pastorale dans le contexte des paroisses universitaires. Nous nous concentrerons sur la spécificité d’une paroisse universitaire/ecclesia estudiantine, sans pour autant perdre de vue le jeu des influences réciproques en Europe. En vertu de cette approche, le colloque est ouvert aux études de cas concernant d’autres Églises ou dénominations chrétiennes.
On attend des exposés qu’ils adoptent un angle de vue historique. Ce critère sera pris en compte lors de la sélection des projets envoyés. Les thèmes suivants sont concernés :

1° Fonction et structure

La relation de la pastorale universitaire / des ecclesiae estudiantines d’Europe occidentale avec l’Église (autorités diocésaines, nonciature à Rome, paroisses territoriales) ou avec les autorités universitaires; problématique de fonction (par. ex. gender, vocations, célibat, diaconat permanent…), etc.

2° Formation/diaconie

Formation de communautés ecclésiastiques dans un contexte universitaire : organisation communautaire, recherche de structures, positionnement des prêtres, formation (à l’occasion de conférences, semaines d’étude, etc.), diaconie…

3° Liturgie

En Europe, le fonctionnement des paroisses universitaires ou des ecclesiae estudiantines se caractérise par un engagement résolu dans le domaine liturgique. Cette section y sera consacrée : évolution de l’office, d’une culture spécifique du chant, particularités locales, activités paraliturgiques comme les prières du soir politiques, etc.

4° L’homme et le monde : vision et action

Quelle vision spécifique ces entités paroissiales ont-elles développé ? Position dans la problématique Nord-Sud, religion et environnement, positions en matière de bioéthique, de gender, de sexualité et relations affectives, etc.

La journée sera conclue par un débat de réflexion dirigé par le prof. ém. Louis Vos (KU Leuven).

Nous attendons des présentations pour des contributions (max. 500 mots) sur un des thèmes mentionnés ci-dessus. Les participants doivent remettre leur présentation avant le 1er novembre 2013 à : magda.pluymers[a]kadoc.kuleuven.be.

Le Comité scientifique évaluera et sélectionnera les présentations.
Les propositions contiendront le titre et l’ébauche de la contribution, ainsi que son lien avec cet Appel à contributions et un bref CV.

Les contributions peuvent être remises en néerlandais, en français ou en anglais.
Le Comité scientifique recommande l’emploi de l’anglais.
Les actes du colloque seront publiés (après procédure de sélection et peer reviewing).

Comité scientifique :
Prof. Luc Courtois (UCL) ;
Prof. Wilhelm Damberg (Ruhruniversität Böchum, DL) ;
Prof. Mariano Delgado (Université de Fribourg, CH) ;
Prof. Jan De Maeyer (KADOC-KU Leuven) ;
Prof. Jean-Dominique Durand (Univ. Lyon 3, FR) ;
Prof. Joris Geldhof (KU Leuven) ;
Ém. Prof. Lieve Gevers (KU Leuven) ;
Dr. Peter Heyrman (KADOC-KU Leuven) ;
Prof. Leo Kenis (KU Leuven) ;
Prof. Peter Nissen (Radboud Universiteit Nijmegen, NL) ;
Prof. Didier Pollefeyt (KU Leuven) ;
Ém. Prof. Louis Vos (KU Leuven).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire