Cycle de séminaires. Pratiques de la confession à l’époque contemporaine

Au début des années 1960 encore, à la veille des grandes fêtes du calendrier liturgique et tout particulièrement du dimanche de Pâques, les confessionnaux étaient pris d’assaut par les fidèles et le sacrement de pénitence était considéré par le clergé, au même titre que les enterrements, comme l’un des plus chronophages du ministère pastoral. La crise de la confession est, de ce point de vue, l’un des aspects les plus frappants de la « crise catholique » (Denis Pelletier) des années 1965-1975. Dans un dossier du Pèlerin du 3 novembre 1974, intitulé « Les Français et la confession. Un sondage SOFRES-Pèlerin, un aumônier d’Action catholique, supérieur de grand séminaire, écrivait : « Dans l’Église, la confession, cela a été la chute libre sans parachute. Cette chute n’a été rencontrée nulle part ailleurs, ni pour l’Eucharistie ni pour la foi. » Foudroyante mutation par abandon donc, ou « crise catholique » au carré, qui a rajouté à la crise générale les effets de sa crise particulière de longue durée.
L’évolution de la doctrine officielle du sujet, qui a vu succéder à l’ancien « tribunal de la pénitence » le nouveau, et a priori plus engageant, « sacrement de la réconciliation », en même temps que disparaissait l’usage des confessionnaux, n’y a pas changé grand-chose. Cet effondrement brutal et spectaculaire d’une pratique ancienne qui a profondément façonné les mentalités catholiques incite à revenir sur la conjoncture particulière des années 1960-1970, mais aussi sur les formes contemporaines de la culpabilité, de la morale individuelle et collective, ainsi que sur les grandes étapes de cette histoire : impact de la Révolution sur les consciences, révolution liguorienne des années 1830-1850, réformes de Pie X favorisant la communion précoce et fréquente, évolution de la pratique au sein des mouvements d’Action catholique du XXe siècle, etc.
Abordant une thématique non encore abordée au cours des séminaires précédents structurés autour de Croyance et incroyance en Europe, de la Révolution à nos jours (http://afhrc.hypotheses.org/1255), plusieurs directions de recherche seront abordées au cours du cycle de séminaires animé par Philippe Boutry et Guillaume Cuchet, Pratiques de la confession à l’époque contemporaine. Nouvelles perspectives. Il se déroulera au cours du premier semestre 2014.

Il s’agira d’abord de faire le point sur l’historiographie de la question et ses liens avec l’histoire de la pratique elle-même. Où en sommes-nous, dans ce domaine, depuis les travaux pionniers de Jean Guerber sur Le ralliement du clergé français à la morale liguorienne (1973), du groupe de la Bussière sur les Pratiques de la confession (1983) et de Jean Delumeau sur L’aveu et le pardon (1990) ? Quid en particulier, pour le XIXe siècle, de cette fameuse révolution liguorienne de la confession dont on a beaucoup parlée ?
Il s’agira ensuite d’évoquer le problème des sources disponibles pour écrire cette histoire protégée par le secret de la confession et dans laquelle les « archives intérieures » (pour reprendre la belle expression de Michel Lagrée), sont à la fois plus nécessaires et peut-être plus trompeuses, en même temps qu’elles tendent à disparaître avec les dernières générations de pratiquants du système. Quelles sources utiliser ? Comment les diversifier sans se laisser enfermer dans un corpus trop normatif ? Comment les interpréter ?
Il s’agira enfin de déployer le problème dans toutes ses dimensions, et pas seulement – même si le point est capital – dans le registre des difficultés de la confession, à la suite de Jean Delumeau. On a beaucoup insisté en effet, dans le climat particulier des années 1970-1980, sur la dimension lourdement disciplinaire, contraignante, voire pathogène, de la pratique pour les pénitents, comme si à un traumatisme de longue durée (plus ou moins bien compensé) avait succédé sans transition une phase de liquidation brutale et émancipatrice (longtemps attendue). Il est vrai que déjà dans les hautes eaux religieuses du XVIIe siècle, Pascal disait que les hommes détestaient à ce point la vérité qu’ils accueilleraient avec soulagement et gratitude quiconque les dispenserait d’avoir à dire, une fois par an et dans le secret, qui ils étaient vraiment à leur confesseur. Mais là n’est pas le seul aspect du sujet, ni forcément le plus significatif. La confession est un geste d’une grande densité anthropologique et religieuse, qui met en jeu des notions aussi fondamentales que l’âme, le péché, le salut, la justice et la miséricorde de Dieu, de sorte qu’il nous paraît pouvoir devenir, jusque dans son effondrement récent, un analyseur particulièrement éclairant des mutations, des tensions et des contradictions du catholicisme contemporain.

Programme :

Mardi 11 février 2014 : Guillaume Cuchet, Paris-Est-Créteil : Introduction.

Mardi 11 mars 2014 : Jacques Arênes, Institut catholique de Lille, Centre d’Études Psychopathologie et Psychanalyse de Paris VII : Les formes culturelles de la culpabilité et du rapport à la faute dans le monde contemporain : un point de vue psychanalytique.

Mardi 18 mars 2014 : Dominique Julia, CARE/EHESS : Les pratiques de confession à la fin de l’Ancien Régime.

Mardi 25 mars 2014 : Philippe Boutry, Paris 1/EHESS : « Le roman du confesseur ». De Balzac à Bernanos.

Mardi 8 avril 2014 : Claude Langlois, École pratique des hautes études : La confession comme objet historique.

Mardi 29 avril 2014 : Caroline Muller, Lyon 2/LARHRA-RESEA : Se confesser au XIXe siècle : l’apport des écrits du for privé.

Mardi 6 mai 2014 : Antoinette Guise, LARHRA-Labex HASTEC : Les femmes cloîtrées et la confession, 1850-1950.

Mardi 13 mai 2014 : Anthony Favier, Lyon 2-IEP/LARHRA-RESEA : Pratiques pénitentielles et révision de vie à la JOCF et à la JOC (années 1950-années 1980).

Mardi 20 mai 2014 : Bernard Giroux, IEP : Pédagogie de l’Action catholique spécialisée et mutations du sacrement de pénitence.

Maddi 10 juin 2014 : Hélène Bricout, Institut catholique de Paris, Institut supérieur de Liturgie: Du « tribunal de la pénitence » au   « sacrement de la réconciliation » : les évolutions du Rituel.

Les séances se déroulent les 2e, 3e et 4e mardis de chaque mois de 15 à 17 heures, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur le Prince, rez-de-chaussée gauche.
Renseignements : CARE / EHESS, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, rez-de-chaussée gauche, téléphone : 0153105430. Courrier électronique : care@ehess.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire