Traduire la liturgie. Essai d’histoire

41GmHmHMcPL._

Alors que les évêques de France ont rendu publique le 22 novembre dernier la première traduction liturgique intégrale de la Bible (Mame), Florian Michel revient sur les débats, souvent passionnés, qui animèrent l’Église de France au tournant des années 1970 lorsque le latin cessa d’être l’unique langue de la liturgie. Il signe aux éditions CLD un essai historique qui éclaire cette page encore méconnue de l’histoire récente du catholicisme français.

Il y a exactement cinquante ans, en décembre 1963, lors de la deuxième session du Concile Vatican II, les évêques catholiques adoptent le principe d’une réforme liturgique et ouvrent un immense chantier de réflexion, de rénovation et de restauration de la célébration de la messe.

Le chantier des traductions liturgiques est, par sa signification culturelle, un événement majeur dans l’histoire de l’Occident. Après quinze siècles de latin, la liturgie en langue vernaculaire devient le signe du projet pastoral de l’époque : il s’agit de parler la langue du « Peuple de Dieu », de traduire dans la liturgie les idéaux œcuméniques d’alors et de témoigner du renouveau des études bibliques, etc.

Cinquante ans plus tard, en novembre 2013, après un long travail de correction, de nouvelles traductions liturgiques sont publiées. Est-ce le signe d’une « reprise en main » conservatrice des textes liturgiques par les « autorités romaines », d’un projet de proposer une traduction plus littérale et plus « orthodoxe » et d’un recul sur le plan œcuménique, comme pourrait le signifier le renoncement, dans le monde francophone, au Notre Père œcuménique ?

Appuyé sur des archives historiques pour la première fois exploitées, notamment celles du Centre National de Pastorale Liturgique, cet ouvrage décrit les processus de traduction, les milieux des traducteurs et la réception de la réforme liturgique dans les années 1960-1970 et pointe les principaux enjeux : tradition de traductions, œcuménisme, intégrisme, études bibliques, etc.

Florian Michel, Traduire la liturgie. Essai d’histoire, Paris, CLD, 2013, 257 p., 18 €.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire