La Jeunesse étudiante chrétienne à travers le XXe siècle français

giroux.couverture« Nous referons chrétiens nos frères », proclame l’hymne de la Jeunesse étudiante chrétienne depuis sa naissance, en 1929. Mouvement d’Action catholique, la JEC a reçu de l’Église la mission d’évangéliser les élèves et les étudiants. Si cet objectif n’a pas été rempli, l’association a bel et bien suscité des conversions — bien que différentes de celles escomptées à l’origine —, diffusant de nouvelles pédagogies, avançant des projets de réformes scolaires et universitaires, nourrissant le syndicalisme étudiant, popularisant des pratiques liturgiques et des conceptions théologiques qui ont préparé le concile Vatican II.

De Jean-Marie Lustiger à Claude Dagens, de Philippe Séguin à Marie Bové, de René Rémond à André Comte-Sponville, elle a transformé des milliers de vies, généré des vocations religieuses, professionnelles ou associatives, dont ont profité aussi bien l’Église catholique, que la société ou l’État.

Agrégé d’histoire et docteur en histoire, professeur au grand séminaire de Versailles, Bernard Giroux s’appuie sur des sources jusqu’alors inexploitées. Spécialiste de l’Action catholique, il retrace ici, pour la première fois, l’aventure de ce mouvement original et fécond, et aide à comprendre les difficiles et paradoxales relations que le catholicisme entretient avec la modernité.

Table des matières

Introduction générale

I. Fondation (1929-1943)

Chapitre 1. La JEC : origines et contradictions (1929-1933).
Chapitre 2. Le jécisme au féminin.
Chapitre 3. La consolidation et l’épreuve (1933-1943).

II. Renaissance (1943-1951)

Chapitre 4. L’émancipation (1943-1944).
Chapitre 5. La refonte de la JEC dans l’après-guerre.
Chapitre 6. Unité de la JECF, place des femmes et vie de couple : des évolutions laborieuses et inachevées.
Chapitre 7. L’enseignement au service de la personne et de la communauté.

III. L’expansion (1951-1962)

Chapitre 8. La JEC/F : « mouvements de meneurs » (1950-1957).
Chapitre 9. Décolonisation et guerre d’Algérie avant 1957 : une réaction morale.
Chapitre 10. La crise de 1957 : l’incompatibilité de deux conceptions de l’Action catholique.
Chapitre 11. La relance sans la réorientation (1957-1962).
Chapitre 12. La guerre d’Algérie après 1957 : la tentation politique.

IV. La crise (1962-1975)

Chapitre 13. Genre, conjugalité et sexualité : les premiers signes d’un refus de l’anthropologie catholique (1962-1965).
Chapitre 14. L’enseignement et les nouvelles formes d’aliénation (1962-1965).
Chapitre 15. 1965 : une crise charnière.
Chapitre 16. L’impossible relance du mouvement (été 1965 – décembre 1967).
Chapitre 17. Mai 68 : l’irruption de la politique.
Chapitre 18. Une nouvelle refonte du mouvement est tentée (été 1968 – mars 1970).
Chapitre 19. Les années 1970 : échecs et déclin.
Chapitre 20. Genre, conjugalité et sexualité : la sortie de l’anthropologie catholique (1965-1975).

Conclusion générale
Annexe. Enquête menée auprès des anciens militants de la JEC et de la JECF
Bibliographie
Index

Bernard Giroux, La jeunesse étudiante chrétienne, Paris, Cerf (Histoire religieuse de la France), 2013, 704 p., 49 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire