Journée d’études. La chrétienté dans l’histoire. Une notion mouvante

L’Académie catholique de France et l’Université Paris 1, EA 127-CRHM organisent le 14 décembre 2014 à la Sorbonne (amphithéâtre Turgot) une journée consacrée à la notion de chrétienté à travers les siècles.

La notion est associée en Occident à une religion sur un territoire, celui des chrétiens, même si c’est avec une dimension universelle de service du monde. Or ce patrimoine chrétien de l’Europe  ne semble plus aussi évident à nos contemporains. De fait, il est devenu un problème depuis l’expansion européenne du XVIe siècle. L’universalité revendiquée alors par Rome, avec succès, est rapidement dépassée par les affirmations nationales ; elle est même accusée de nuire à la chrétienté, par les protestants, mais aussi les Vénitiens ou les gallicans. De fait, le Roi catholique règne sur des marranes et des morisques, le Très chrétien s’allie avec le Turc ou le protestant selon ses intérêts. La chrétienté ne serait-elle que la butte témoin d’une nostalgie de l’unité perdue, l’élément porteur de la réconciliation nécessaire des chrétiens face à la déchristianisation comme on le pense depuis le XIXe siècle ?

Mais le mot désignait aussi à la fin de l’Antiquité l’ensemble de la société chrétienne, sans limitation territoriale. À partir du IXe siècle, elle perd l’Orient chrétien et se retrouve face aux païens et à l’Islam. La chrétienté occidentale se précise à travers la centralisation romaine de la réforme grégorienne, par la croisade et l’exclusion des hérétiques et des juifs puis des sorcières et des anticonformistes… au nom de la pureté.

Comment ceux qui ont adopté ce concept le percevaient-ils et le perçoivent-ils aujourd’hui? Pourquoi les chrétiens d’Orient l’ont-ils refusé et au profit de quelles autres définitions identitaires? Comment les colonisés ou les nouveaux chrétiens de l’expansion européenne l’ont-ils décliné jusqu’à nos jours?

Toutes ces questions aident à cerner ce qui est bien plus une dynamique qu’une évidence unitaire. Les communications présentées lors de cette journée chercheront à comprendre le mot et ses usages, à repenser son rapport avec le territoire, à observer les inflexions que lui font subir les controverses, les pratiques missionnaires, les dévotions, les échanges… Quelques pans de ces vastes domaines ont été explorés par des chercheurs du Campus Condorcet  (Université Paris 1, EHESS, EPHE) durant l’année 2012. Ils ont mis en évidence l’origine de la notion (entre 400 et 850) et sa grande plasticité, autour de la nostalgie de l’unité, perdue au temps des Réformes, ou d’une société idéale à défendre par l’érudition au XIXe s. Si la notion est attachée aux conflits et aux confins, elle a aussi à voir avec les utopies partagées, en tout cas elle est une reconstruction permanente dans des contextes fort différents.

 

Programme :

9h Accueil

9h15 Introduction par P. Capelle Dumont et P. Boutry (ou J.-M. Le Gall)

Naissance et refondations d’une notion

9h30 : Marie-Anne Vannier (Université de Lorraine-IUF), L’avènement de la chrétienté à partir de l’édit de Milan.

9h50 Tim Geelhaar (Un. Francfort), La christianitas carolingienne: une nouvelle « chrétienté »?

10h10 : S. H. De Franceschi (EPHE),  La nostalgie de chrétienté à l’époque moderne (XVIe-XVIIe s.).

10h30 : Florian Michel (Un. Paris 1) Chrétienté, nom commun? La chrétienté dans les lettres françaises aux XIXe et XXe siècles.

10h50-11h30 : Discussion et pause

 

Une histoire de conflits et de confins

11h30 Marianne Carbonnier-Burkard (Paris, Institut protestant de théologie),  Luther et la chrétienté.

11h50 Mathilde Monge (Un. Paris 1), La chrétienté des dissidents.

12h10-12h45 Discussion

12h45-14h Pause et repas

 

Face aux chrétiens d’Orient

14h M. V. Dmitriev (Un. Lomonossov), La sainte Russie et la chrétienté.

14h20 Laurent Tatarenko (École Française de Rome), Uniates et orthodoxes en chrétienté.

14h40 Aurélien Girard (Un. Reims), Rome et les chrétientés orientales à l’époque moderne.

15h10-16h Discussion et pause

 

Dans l’élargissement du monde

16h Pierre Ragon (Un. Paris 10), La chrétienté américaine.

16h20 Liam Brockey (Michigan State un.), Des chrétientés anciennes et modernes en Asie (1500-1700).

16h40 Discussion

17h30 Conclusions par J.-R. Armogathe (EPHE-Académie catholique de France)

 

Contact : lemaitre[at]univ-paris1.fr

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire