Hommage au chanoine Joseph Chôné

Le chanoine Joseph Jean Léon Chôné est né le 25 janvier 1934 à Fontenay-le-Comte (Vendée) dans une famille chrétienne et fut baptisé dès le 28 janvier à Fontenay-le-Comte. Son père, fonctionnaire de la Banque de France, fut souvent muté et le jeune Joseph effectua sa scolarité à Bar-le-Duc, Saint-Quentin et Tourcoing. Arrivé à Paris en 1952, il s’inscrit à la Sorbonne où il obtint une licence d’histoire, il fréquenta le Centre Richelieu où il connut les futurs Mgr Michel Coloni, évêque émérite de Dijon et Mgr Maxime Charles, directeur du Centre.
Joseph Chôné entre au Séminaire des Carmes en 1956, il est ordonné prêtre en l’église paroissiale Saint-Sulpice (VI°) le 21 mars 1964 après avoir fait son service militaire dans la cavalerie blindée comme Maréchal-des-logis.
Dans le but de préparer une thèse sur le Père Condren, il part à Rome où il fréquente l’Institut Pontifical d’Archéologie mais il est nommé en 1968 adjoint de seconde classe à la Secrétairerie d’Etat sous la direction de Mgr Paul Poupard.
Il est nommé chapelain de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre le 1er septembre 1969. Le 1er septembre 1971, il devient aumônier du lycée Camille Sée et le 1er septembre 1974, aumônier du Lycée Buffon jusqu’au 1er septembre 1980, date à laquelle il devient l’adjoint du Directeur diocésain de l’Enseignement catholique, Mgr Albert Rouet, aujourd’hui archevêque émérite de Poitiers.
Le 1er septembre 1986, l’abbé Chôné est nommé curé de la Basilique Sainte-Clotilde (VII°) jusqu’en 1992 ; il sera en même temps aumônier diocésain de l’Association des Familles chrétiennes (AFC) et gardera cette aumônerie jusqu’en 2007.
C’est en 1992 que l’abbé Chôné devient responsable du Service historiographique du diocèse de Paris et Promoteur de la cause des Saints – il participa à Rome à un studium de formation pendant six mois organisé par la Congrégation pour la Cause des Saints. Il avait une vraie dévotion envers les saints et particulièrement envers les saints parisiens souhaitant honorer leur mémoire. Il ne ménagea pas ses efforts pour préparer la béatification de la Sœur Rosalie Rendu, béatification célébrée le 9 novembre 2003 par le pape Jean-Paul II, ce qui fut pour lui une grande joie.
Depuis 1992, il résidait au presbytère de la paroisse Saint-Augustin où il décéda le 14 décembre 2012 ; depuis longtemps sa santé mauvaise le faisait souffrir sans qu’il s’en plaigne. Homme chaleureux, fidèle en amitié, sociable, d’un abord facile et enjoué, il laisse le souvenir d’un bon prêtre que beaucoup ont regretté.

Philippe Ploix, prêtre.


Vous aimerez aussi...