Cycle de séminaires. L’humanitaire en questions

À partir du 16 mai 2014, un cycle de conférences sera animé par Irène Herrmann, professeur à l’université de Genève, directrice d’études invitée à l’École pratique des Hautes Études. Les séances porteront sur L’humanitaire en questions. Histoire, dilemmes et apories d’une morale laïcisée. Elles s’articulent aux enseignements assurés dans le cadre de la chaire de sociologie des religions et de la laïcité, occupée par Valentine Zuber.

Programme des séances :

I. L’histoire de l’humanitaire ou l’épanouissement d’une charité universelle à l’occidentale

Si la générosité envers autrui est en quelque sorte atemporelle, sa traduction humanitaire est, quant à elle, hautement historicisée. A travers l’exemple du Comité international de la Croix-Rouge, il s’agira de retracer le parcours de cette aide institutionnalisée aux victimes. On s’interrogera sur les conditions de son émergence puis de son enracinement, tout en soulignant les fondements chrétiens, nationalistes et racistes de cette initiative que ses promoteurs voulaient universaliste. Le second président du CICR, illustre parfaitement ce paradoxe apparent, puisqu’il fut parallèlement vice-consul du Congo, au moment où s’y déroulaient des massacres mémorables qu’il ne songea pourtant pas à dénoncer.

II. La politique humanitaire ou la guerre des (bonnes) intentions

L’aide humanitaire répond sans doute à une volonté sincère de soulager la détresse d’autrui. Toutefois, cette motivation agit rarement seule; mieux encore, elle n’est souvent pas la première raison des secours. Ce simple constat ouvre un large champ d’investigation. Quels avantages personnels peut-on trouver à assister des victimes ? Quelles sont les conséquences de cette utilité réflexive sur le sort des populations souffrantes ? Les réponses à la plupart de ces questions renvoient à la notion d’intention, développée par Elizabeth Anscombe ; un concept dont la valeur heuristique sera testée sur l’exemple du conflit engagé au sein même du mouvement de la Croix-Rouge à la sortie de la Première Guerre mondiale.

III. La pratique humanitaire ou l’art du dilemme

L’humanitaire passe aujourd’hui pour l’une des activités et des ambitions les plus nobles qui soient. Cette réputation pousse ses promoteurs, ses bénéficiaires et la plupart des témoins à minimiser les problèmes que le secours à autrui est susceptible de poser. Or, les ressources à disposition sont dérisoires face aux souffrances à soulager. De ce fait, aider son prochain fait apparaître de nombreux préjugés et rime souvent avec concurrence victimaire, instrumentalisation politique, impuissance ou arbitraire. L'(in)action du CICR face à la Shoah, ses raisons, sa condamnation répétée, les justifications et les remords qu’elle a suscités montrent que ces dilemmes sont non seulement dommageables mais inhérents à la pratique humanitaire.

IV. L’humanitaire, un concept « magnétique »

L’humanitaire est un argument rhétorique puissant. Cette force lui vient de sa charge morale positive, qui en fait un « concept magnétique », au même titre que d’autres termes irrémédiablement attirants ou repoussants. Cette propriété étonnante recèle d’abondantes possibilités politiques qu’il s’agit de décrypter. Mieux encore, elle exerce aussi une influence notable sur les sciences sociales qu’elle circonscrit en un ensemble de limites dont il importe de prendre conscience. Ces phénomènes conceptuels dépassent largement le seul cas de l’humanitaire, à l’instar de la controverse Péan-Kouchner qui, en février 2009, a signalé les contours et les usages des valeurs considérées comme fondamentalement bonnes ou mauvaises.

Les conférences auront lieu les vendredi 16 mai 2014, vendredi 23 mai 2014, lundi 26 mai 2014 et vendredi 6 juin 2014, de 11h à 13h à l’École pratique des Hautes Études (Bâtiment le France, salle 103).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire