Appel à communication. Les ordres religieux féminins face à Vatican II

Un colloque portant sur Les religieuses dans le monde. Une étude transnationale des religieuses face à Vatican II se tiendra à l’Université Notre Dame (Londres) du 7 au 9 mai 2015.

Il vise à unir trois domaines des recherches universitaires en histoire religieuse, aujourd’hui en plein essor : l’examen de l’« histoire vécue » de Vatican II ; une analyse de l’Église catholique comme un acteur transnational sur la scène mondiale ; une histoire compréhensive des instituts religieux féminins catholiques au travers du prisme de l’histoire du genre et de l’engagement pendant un des moments de leur histoire collective où il y eut le plus de changements. Au Concile, les communautés religieuses ont été invitées à se renouveler en examinant le charisme originel de leurs fondateurs et en soumettant leur vie et leur ministère à l’examen de la prière. Cette recherche de renouveau incita la plupart des ordres à mettre en œuvre de multiples changements structurels et à repenser leur mission dans une Église ouverte et réceptive aux « joies et aux espoirs, aux tristesses et aux angoisses » de l’époque.

Un objectif important du colloque sera d’examiner autant l’échelle locale que l’échelle internationale. Du fait de leurs structures multinationales et de leur organisations missionnaires, les congrégations religieuses féminines constituent une manière particulièrement fructueuse d’étudier l’Église catholique comme une organisation mondiale dépassant – ou tentant de dépasser – les États-nations de l’après-1945. Les participants sont invités à réfléchir sur les relations entre les maisons généralices, les maisons locales et les autres ordres, en particulier quand elles dépassent les frontières nationales. En inscrivant le travail des religieuses, tant apostoliques et contemplatives, dans la Doctrine sociale de l’Église aussi bien que dans les domaines sécularisés de la philanthropie et du travail social, les organisateurs espèrent remettre en perspective la vie spirituelle, les activités charitables et le militantisme social des religieuses dans les histoires nationales de la citoyenneté et de la société civile.

Les chercheurs sont invités à proposer des communications étudiant les communautés religieuses au travers d’approches et de disciplines variées – histoire, études littéraires, sciences religieuses, études du genre, sociologie ou étude des médias. Sont recherchées des études qui dépasseront l’hypothèse de travail lisant les instituts religieux féminins au travers de la division, artificielle, entre « progressistes » et « traditionalistes ». Sont encouragées des recherches qui tiendront compte de la complexité inhérente aux transformations qui suivirent le Concile – et qui, parfois, le précédèrent. Il s’agira d’avoir une meilleure compréhension de la façon dont les religieuses donnèrent du sens aux changements dans la vie religieuse et comment le contexte local et mondial modela leur vie au sein des congrégations et entre celles-ci.

La longueur attendue des résumés est d’environ 250 mots ; ils doivent être accompagnés d’une brève biographie de 50-100 mots. Les propositions doivent être envoyées avant le 15 mai 2014 à Kathleen Sprows Cummings (cushwa.1[a]nd.edu).
Les intervenants retenus seront informés le 15 août 2014.

Des bourses sont disponibles pour prendre en charge le coût des frais d’inscription des intervenants dont les propositions seront retenues et qui ne disposent pas de financement institutionnel. Cette prise en charge sera prioritairement attribué aux doctorants. Il faut indiquer dans les propositions de communication si l’on souhaite bénéficier de ces bourses.

Comité d’organisation :
Kathleen Sprows Cumming, Cushwa Center for the Study of American Catholicism, Université Notre Dame ; Alana Harris, Lincoln College, Université d’Oxford ; Carmen M. Mangion, Université Birbeck, Londres.

Appel à communication (en anglais) : Nun in the World

Pour plus d’informations : http://cushwa.nd.edu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire