Une synthèse inédite. Histoire religieuse de la Grande Guerre

bonifaceVient de paraître sous la plume de Xavier Boniface une vaste synthèse portant sur l’Histoire religieuse de la Grande Guerre. En étudiant le fait religieux, à travers l’ensemble de ses dimensions – géopolitique, sociale, politique, culturelle et théologique –, l’auteur décale le regard habituellement porté sur la Grande Guerre.

En effet, au début du XXe siècle, bien qu’un mouvement de sécularisation touche toute l’Europe, les grandes religions, loin d’être marginalisées, y représentent toujours une force morale, culturelle et spirituelle. Elles entretiennent avec le monde qui les entoure des rapports renouvelés, à l’exemple du catholicisme social ou de la démocratie chrétienne qui cherchent à « aller au peuple ». La guerre allait confirmer leur vitalité, mais aussi leur autorité morale auprès des populations, comme le montre leur position ambivalente à l’égard du conflit.
D’une part, intégrées dans les sociétés contemporaines et soucieuses de prouver leur fidélité patriotique, les Églises justifient la guerre, allant parfois jusqu’à parler de guerre sainte et de croisade, relayant les propagandes nationales et soutenant les Unions sacrées : l’évêque d’Amiens, Mgr Dizien, commente l’appel à l’union du président de la République, Poincaré, dans un sermon à la cathédrale dès le 15 août 1914 ; des aumôniers militaires de différentes confessions accompagnent toutes les armées mobilisées. Cet engagement multiforme des religions dans le conflit favorisera après la guerre des rapprochements œcuméniques et, en France, la réconciliation entre les Églises et la République.
D’autre part, à l’échelle internationale, les Églises appellent aussi à la paix : le pape Benoît XV propose une paix blanche, sans vainqueur, ni vaincu, en 1917 ; l’archevêque luthérien d’Uppsala (Suède, alors neutre) invite les belligérants de déposer les armes. Mais ils ne sont pas écoutés, et ils sont même parfois durement contestés. Les religions cherchent également à tempérer la violence de la guerre, à prêcher l’apaisement et la modération, à l’image des fidèles impliqués dans des œuvres humanitaires.

Table des matières

Chapitre 1. L’entrée des Églises dans la guerre

L’appel aux armes : les Églises et la mobilisation générale.
Les Églises et l’Union sacrée.
Les oppositions religieuses à la guerre.

Chapitre 2. Dieu au front

Une présence religieuse institutionnelle auprès des troupes.
Croire au front.
Les religions au front face à la mort de masse.

Chapitre 3. Les religions à l’arrière

Les adaptations de la vie religieuse à l’état de guerre.
L’effort de guerre des Églises.
L’affirmation de l’Union sacrée et ses limites.
Des religions et des Églises contestées.

Chapitre 4. Des croyants sous le joug des occupations

« Invasion 14 »
Fidèles et clergés soumis à l’occupant.
Les résistances spirituelles.

Chapitre 5. Guerre de religion, religion de guerre

Les légitimations religieuses de la guerre.
Valeurs religieuses et vertus guerrières.
Des ferveurs de guerre.

Chapitre 6. Les Églises, actrices de la guerre et de la paix

Défense et promotion des intérêts géopolitiques des Églises.
Les appels peu entendus des Églises en faveur de la paix.
Un humanitaire confessionnel.

Chapitre 7. Les enjeux religieux de l’outre-mer en guerre

La guerre vécue en « terres de mission ».
L’effort de guerre des missions.
Les tentatives de mobilisation de l’islam.

Chapitre 8. La sortie de guerre des Églises

L’accueil de la paix par les Églises.
Les religions dans les reconstructions.
In Memoriam : les religions et le souvenir des morts de la guerre.

Xavier Boniface, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2014, 500 p., 26 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire