Religion et politique dans la Géorgie contemporaine

Le 5 juin 2014, Silvia Serrano, maître de conférences en science politique à l’Université d’Auvergne et membre du Centre d’Étude des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches. Le mémoire de synthèse scientifique rend compte des Dynamiques politiques, sociétales et religieuses au Caucase et le mémoire inédit porte sur Religion, pouvoir, identités en Géorgie postsoviétique.

Le mémoire inédit se propose d’analyser les dynamiques selon lesquelles se redessinent les frontières mouvantes et souvent poreuses entre champs politique et religieux en Géorgie postsoviétique et de questionner le lien entre les transformations de l’État depuis 1991 et la montée en puissance concomitante du religieux. Il porte non seulement sur les processus rationnels et délibérés dans lesquels s’engagent les élites à des fins politiques – « l’instrumentalisation » du religieux –, mais également sur les configurations structurelles et historiques qui placent l’orthodoxie au cœur de l’expression publique du politique. À partir d’enquêtes empiriques sur les manifestations de l’orthodoxie dans l’espace public – dans les campagnes de mobilisation, les nouveaux rituels politiques ou les cérémonies religieuses hors des lieux de culte –, cette étude interroge les logiques populistes présentes dans le religieux. Elle analyse les modalités selon lesquelles l’orthodoxie est mobilisée dans la construction de deux types d’identités politiques, une identité « nationale » et une identité « populaire », au détriment des autres cultes historiquement présents. D’une part, elle est au cœur de la reformulation d’un nationalisme religieux, dans un contexte dans lequel l’Église orthodoxe de Géorgie est appelée à défendre sa place sociale et symbolique alors même que les évolutions vers le pluralisme posent un défi à sa position monopolistique. D’autre part, différents acteurs sociaux se saisissent de l’orthodoxie pour introduire des clivages, non pas selon des fractures religieuses, mais au contraire éminemment politiques. L’orthodoxie est aussi ce qui permet de s’opposer à un discours et à des politiques élitaires, libérales, souvent antisociales, qui mettent à mal une part importante de la population.

L’habilitation sera présentée devant le jury suivant :

Alain Blum, directeur d’études à l’EHESS ;
Nathalie Clayer, directrice de recherche au CNRS, directrice d’études à l’EHESS ;
Jean-Philippe Heurtin, professeur des universités, Université de Strasbourg ;
Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, garant ;
Kathy Rousselet, directrice de recherche à la FNSP ;
Ronald G. Suny, professeur à l’Université de Michigan.

La soutenance a lieu à 9 heures, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (105, boulevard Raspail, 75006 Paris), salle 8.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire