Le catholicisme français en musique aux XXe et XXIe siècles

LANDRON-Le catholicisme francais au rythmeL’ouvrage d’Olivier Landron, professeur en histoire du christianisme contemporain à la Faculté de théologie de l’Université catholique de l’Ouest (Angers), se propose d’analyser les rapports entre le catholicisme français, le chant et la musique aux XXe et XXIe siècles, ce qui permet de mieux saisir l’évolution de l’Église en France durant cette période.

Dans la première partie du XXe siècle, des structures comme l’Institut grégorien et la Schola Cantorum, ont joué un rôle essentiel dans la redécouverte du grégorien. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le Centre de Pastorale Liturgique, à l’initiative du père Hum, a cherché à favoriser la diffusion des chants en français, tout en ayant à l’esprit qu’une sélection s’imposait en raison de créations de niveau très inégal. De 1945 au concile Vatican II, des tensions ont opposé les tenants du chant en français et ceux du chant en latin. Dans les années 1950, la promotion des chants en français a bénéficié de compositions de qualité des pères Gelineau et Deiss.

Le concile Vatican II, en donnant aux langues nationales une valeur pleinement liturgique, a apporté des changements profonds. Les années 1960 et 1970 ont vu l’essor des chants rythmés, dans le sillage des pères de Fatto et Debaisieux. Dans les années 1970-1980, des auteurs de chants liturgiques s’imposent comme le père Didier Rimaud ainsi que des compositeurs comme Jacques Berthier et Jo Akepsimas. Le monde monastique n’est pas resté en retrait avec le long travail de créations de qualité opérées par la Commission Francophone Cistercienne de liturgie. Des années 1980 aux années 2000, si la musique d’Église a continué à être l’objet de conflits, elle a aussi fait preuve de dynamisme comme à Sylvanès, avec le père Gouzes, et à Lourdes, avec le frère Lécot. Dans les années 1990, les évêques français, sous la houlette de Mgr Moutel, se sont de nouveau intéressés au chant et à la musique liturgique, alors que depuis vingt ans l’un et l’autre ne faisaient plus partie de leurs priorités. À partir de 2000, l’un des éléments les plus innovants en ce domaine réside dans l’existence des groupes de pop louange à l’image de Glorious.

Olivier Landron, Le catholicisme français au rythme du chant et de la musique (XXe-XXIe siècles), Paris, Parole et Silence, 2014, 32 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire