Autour de Sainte Thérèse

Claude LANGLOIS signe en ce mois de février 2011 deux nouveaux ouvrages consacrés aux écrits de Thérèse de Lisieux :

Lectures vagabondes. Thérèse de Lisieux, 4e tome des « Écritures thérésiennes », Paris, Cerf, 2011, 429 p.

Vagabondes, résolument, ces lectures de Thérèse qui passent, comme à saute-mouton, du purgatoire à la morale d’intention, des angoisses d’une mère aux prises avec des saints jaloux à la consolation d’une prieure mal élue.

Et la carmélite supporte fort bien ces éclairages successifs. Lectures vagabondes encore, par le choix d’aller du passé de Thérèse à celui des thérésiens. Lectures vagabondes enfin, par la variété des approches au service d’un but unique : toujours tenir les deux bouts de la chaîne, observer la femme qui écrit pour comprendre les œuvres qu’elle produit. En appréciant la manière dont l’Œuvre complète de Thérèse a été tôt appréhendée, Claude Langlois s’engage dans l’exploration d’un XXe siècle mouvementé entre rassemblement des écrit, au moment du Procès (1910), et production de l’édition de référence, la Nouvelle Edition du Centenaire (1992), sans oublier le rôle des hommes de pleine lumière, comme l’abbé Combes, et celui des moniales de l’ombre, comme Sœur Cécile.

En réfléchissant, à nouveaux frais, sur Thérèse écrivain, C. Langlois s’oblige à taire sans cesse retour à l’œuvre produite, pour mieux articuler ses composantes (correspondance ; textes publics, théâtre et poésies ; textes personnels, ses trois grands écrits) et pour manifester comment, à la fin de sa vie, Thérèse de Lisieux a eu une claire conscience d’appartenir, à l’instar de la grande Thérèse, son modèle, à cette catégorie bien particulière de saintes qui « ont enrichi l’Église de leurs sublimes révélations ».

Ainsi ces Lectures vagabondes couronnent-elles des « Écritures thérésiennes » consacrées à la présentation, voire à l’édition des trois écrits majeurs de Thérèse de Lisieux. Elles renouvellent l’approche des poésies, par l’intérêt porté à leur circulation du vivant de Thérèse, et des prières, par l’analyse approfondie de « l’Offrande à l’Amour miséricordieux ». Elles veulent surtout faire mieux accéder à l’unicité et à la fécondité d’une grande œuvre mise au service d’un grand dessein : Thérèse avec ses mots, usés et neufs, dessinant obstinément, jusqu’à la mort, la figure méconnue d’un Dieu miséricordieux.

Thérèse de Lisieux, La conversion de Noël. Du récit à l’histoire, Grenoble, Jérôme Millon, 2011, 214 p.

 Noël 1886, au retour de la messe de minuit. Thérèse de Lisieux – bientôt 14 ans – découvre ses souliers garnis de jouets. Son père se plaint des pratiques d’une enfance révolue. Elle l’entend et ne verse pas de larmes. Ce fut, écrira-t-elle, neuf ans plus tard, « la grâce de ma complète conversion ». Un si grand mot pour une si petite chose ! Claude Langlois mène, pour comprendre ce grand écart, une investigation minutieuse et allègre dans les textes thérésiens, devoirs de l’écolière, correspondance de l’adolescente, autobiographie de la jeune carmélite. Il découvre comment Thérèse prend acte de la grâce de Noël à travers la volonté que lui dicte Jésus, d’accomplir sa vocation en entrant au carmel, pour le jour de Noël 1887. Mais c’est dans la lumière de la Miséricorde, à l’été 1895, que la moniale installe au centre de son autobiographie, cette conversion, riche des transformations de ses quinze ans, qui affectait son esprit, son cœur et son corps. Ces lectures successives d’une mémoire sans cesse sollicitée obligent à suivre les chemins sinueux du récit de Thérèse pour en faire la matrice d’une histoire complexe et d’une approche renouvelée, pour une vie donnée immédiatement en exemple.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire