Frédéric Ozanam et la mort

OZANAM-Philosophie de la mort

De Michelet à Michel de Certeau, la question de la mort a été largement étudiée par les historiens. Mais peut-être n’a-t-on pas assez souligné à quel point la découverte, au détour d’un dossier d’archives, d’un manuscrit exceptionnel comme Philosophie de la mort de Frédéric Ozanam, ici présenté par Guillaume Cuchet, modifie sensiblement les approches du sujet. Dans ce monde souvent caduc que l’historien de la culture et de la religion parcourt comme un ethnologue du passé, une voix singulière se fait entendre : insolite, émouvante, irréductible.
Ozanam est une figure majeure de l’histoire religieuse, intellectuelle et politique du XIXe siècle qui est abordée dans cet ouvrage à travers le prisme de sa vie spirituelle et de son rapport à la mort. Question cruciale s’il en est pour ce chrétien soucieux de « ne pas sortir inutile de ce monde », mort à tout juste quarante ans, au beau milieu d’une existence pleine de dons et de promesses, des suites d’une longue maladie qui lui a laissé le temps de se confronter douloureusement au problème.

Table des matières

Guillaume Cuchet : Introduction.

Philosophie de la mort.
Correspondances.
Lettre à Ernest Falconnet du 31 janvier 1842.
Lettre à Charles Hommais du 16 juin 1852.
Prières.
Extraits du testament de Frédéric Ozanam.
La « prière de Pise » du 23 avril 1853.
La nuit critique de Théodore Jouffroy.
La « nuit lumineuse » d’Alphonse Gratry.

Guillaume Cuchet : Frédéric Ozanam et la mort.

Frédéric Ozanam, Philosophie de la mort (présentation de Guillaume Cuchet ; postface de Mgr Renauld de Dinechin), Paris, Parole et Silence (Collège des Bernardins), 14 €

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire