Foi, religions et sacré dans la Première Guerre mondiale

foi & religionsSur des vitraux d’églises réalisés après 1918, des anges couronnent des soldats, des aumôniers soutiennent des combattants. À leur manière, ces figures évoquent les représentations de nature religieuse des peuples engagés dans la Grande Guerre, qui se caractérisent par leur extrême diversité, de la foi encadrée par une Église jusqu’aux superstitions, en passant par des formes de religion populaire. La notion de foi peut même être appliquée, dans une perspective sécularisée, à la patrie et à la victoire, porteuses de formes de religiosité.
Quelle place la religion occupe-t-elle alors chez les acteurs du conflit ? C’est la question à laquelle Foi, religions et sacré dans la Grande Guerre, l’ouvrage dirigé par Xavier Boniface et François Cochet et qui fait suite à un colloque (http://afhrc.hypotheses.org/1059) cherche à répondre. Y a-t-il une « religion de guerre », qui irait jusqu’à une « guerre de religions », ou bien seulement des religions en guerre qui s’adaptent au conflit ?
Ces questions entendent dépasser l’approche institutionnelle, traditionnelle, centrée sur les positions des Églises face à la guerre. Elle englobe en revanche le sacré, qui exprime une sorte d’élévation symbolique, permettant de dépasser les épreuves du conflit, de légitimer celui-ci et de donner sens aux sacrifices, d’où des formules comme « l’union sacrée » ou « la voie sacrée ».

Table des matières

Xavier Boniface et François Cochet : Introduction.

I. Les religions mobilisées

Giovanni Cavagnini : Le chauvinisme épiscopal. Les cardinaux de Pise et de Paris entre catholicisme et religion de la patrie.
Maria Paiano : La « mobilisation spirituelle » catholique en Italie pendant la Grande Guerre.
Winfried Becker : Entre confession et patrie. Aspects de l’aumônerie militaire allemande durant la Première Guerre mondiale.
Raberh Achi : L’État et l’armée face à l’islam en France pendant la Grande Guerre.
Dominiek Dendoven : Face à leurs ouailles, aux infidèles, aux hérétiques : les attitudes du clergé catholique de Flandre occidentale.
Duff Crerar : Sacrifice et Régénération on the weary road  : les aumôniers canadiens, les historiens canadiens et la Grande Guerre, 1914-1919.
Rémi Fabre et Michel Rapoport : Un pacifisme chrétien radical : les Quakers et l’objection de conscience au Royaume-Uni pendant la Grande Guerre.

II. La foi éprouvée par la guerre

Jonathan Ebel : « En avant, soldats du Christ » : imaginer la religion du soldat américain.
Matteo Caponi : Liturgies et dévotion de guerre : le cas florentin (1914-1918).
Philippe Landau : « Patrie et religion ». Juifs et judaïsme dans la guerre totale.
André Encrevé : L’hebdomadaire protestant libéral Évangile et Liberté face aux premiers mois de la guerre (août-décembre 1914).
Sébastien Vogt : La dévotion des combattants à la « petite Sœur » Thérèse de Lisieux pendant la Première Guerre mondiale.

III. Le sacré et le sacrifice

Michael Snape : La YMCA et le soldat britannique durant la Première Guerre mondiale.
Nicolas Champ : « Ne pleurez pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance » (I Thessal, iv, 13). Les protestants, la mort et la foi dans la Grande Guerre.
Sante Lesti : Qu’est-ce que le Sacré Cœur de Jésus ? Que « fait-Il » ? Les langages d’un culte en/de guerre.
Agnès Verhoeve-Periat : Les sanctuaires et les hospitaliers de Lourdes durant la Grande Guerre.
Marc Rochette : L’engagement du clergé meusien et de son évêque, Mgr Charles Ginisty, pendant la Première Guerre mondiale.

Xavier Boniface : Conclusions.

Table des matières détaillée : Foi, religions et sacré. Table des matières

Xavier Boniface et François Cochet (dir.), Foi, religions et sacré dans la Grande Guerre, Arras, Artois Presses Université, 2014, 300 p., ISBN : 978-2-8432-201-8, 22 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire