Colloque international. Les convertis, parcours politiques, parcours religieux (XIXe-XXIe siècles)

Convertis. BordeauxLes 2 et 3 mars 2015, se tiendra un colloque international portant sur Les convertis, parcours politiques, parcours religieux à l’époque contemporaine. Organisé par le CEMMC et le LARHRA, sous la responsabilité scientifique de Nicolas Champ, Jean-Pierre-Moisset et Oissila Saaïdia, il fait suite à un colloque tenu à Lyon en décembre 2014 qui abordait l’époque moderne.

Si l’époque contemporaine a vu les liens entre l’État et la religion dominante se relâcher, la reconnaissance de la pluralité confessionnelle comme la sécularisation n’ont pas nécessairement relégué la conversion dans le domaine privé. Bien des trajectoires religieuses demeurent orientées par des logiques politiques au XIXe siècle et au-delà. La perte de crédibilité d’une Église établie étroitement liée à l’État pousse certains à se tourner vers une autre religion, jugée moins corrompue. Le rejet de la domination étrangère, l’opposition aux politiques de laïcisation, ou encore la crainte de la subversion en conduisent d’autres à retrouver la foi perdue de leur enfance. À l’inverse, le refus d’une société jugée injuste envers ses minorités peut conduire à choisir la religion de ces derniers, par solidarité. En bref, se convertir permet toujours d’appuyer des revendications, d’affirmer son adhésion à un milieu ou à une culture, ou au contraire de signifier son désaveu de l’ordre social.
Le colloque interrogera les parcours des convertis dans leur dimension politique du XIXe siècle au XXIe siècle. Seront envisagées des trajectoires collectives ainsi que des trajectoires individuelles ayant une portée collective : conversion de responsables politiques (princes, ministres, élus), de clientèles, de parentèles, de notables, de générations d’écrivains ou de citoyens. Les intentions et les stratégies des acteurs confrontés au choix confessionnel seront au centre de l’attention. Évaluer la part de la liberté et de la contrainte conduira à mieux distinguer les « conversions-ruptures » des « conversions-ralliements » qui expriment la fidélité au pouvoir temporel ou à une Église. L’attention sera également portée sur les représentations des convertis. Furent-ils considérés comme des traîtres à leur roi, à leur nation ? ou comme des sages inspirés par l’Esprit Saint ? ou encore comme des citoyens libres de leur choix et devant inspirer le respect ?
Les espaces de coexistence confessionnelle seront examinés particulièrement attentivement, de même que les « jeux d’échelles » dans lesquels s’inscrivent les conversions. En dehors des États occidentaux, la prise en compte d’autres expériences politiques et religieuses servira de contrepoint. Des analyses croisées viseront à démêler la part respective du religieux et du politique dans les différentes modalités de la conversion, à cerner des changements ou des constantes anthropologiques et culturelles. La longue durée (XIXe-XXIe siècle) aidera à mesurer les conséquences de la sécularisation sur la dimension politique des conversions.

Programme :

Lundi 2 mars 2015 matin

9h30 : Mots d’accueil par Michel Figeac, directeur du CEMMC et Pierre Beylot, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.
9h55 : Éric Suire, U. Bordeaux Montaigne : Introduction scientifique.

Atelier 1 : Primauté du politique (salle Jean Borde)
Présidence : Séverine Pacteau, IEP de Bordeaux.

10h20 : Nicolas Champ, U. Bordeaux Montaigne : Protestant parce que républicain. Les conversions au protestantisme sous la Troisième République.
10h45 : Lewis A. Clorméus, Université d’État de Haïti : Convertir et se faire oublier. Le cas d’un groupe de tonton makout en Haïti après 1986.
11h10 : Blandine Chélini-Pont, Aix-Marseille Université : La conversion au catholicisme parmi les élites politiques républicaines aux États-Unis depuis les années 1990 : le cas de Newt Gingrich.
11h35 : débats.

Atelier 2 : Quitter la majorité (salle 2)
Présidence : Christophe Lastécouères, U. Bordeaux-Montaigne.

10h20 : Elena Astafieva, CNRS/École des Hautes Études en Sciences sociales : Se convertir au catholicisme en Russie impériale : entre la recherche de la « beauté terrestre » et l’engagement politique.
10h45 : Christian Sorrel, U. Lumière Lyon 2 : Conversion au protestantisme et militantisme confessionnel et politique dans la Savoie sarde des années 1850 : Grégoire Hudry-Menos (1823-1873).
11h10 : Loïc Le Pape, CNRS/Aix-Marseille Université : Les controverses politiques autour des conversions religieuses à l’islam.
11h35 : débats.

12h : déjeuner.

Lundi 2 mars 2015 après-midi

Rejoindre la majorité (salle Jean Borde)
Présidence : Oissila Saaïdia, U. Lumière-Lyon 2.

14h : Pierre Triomphe, CRISES/U. Montpellier 3 : Des conversions « blanches » ? Polémiques autour des conversions de protestants au catholicisme en 1815.
14h25 : Thomas Kselman, U. Notre-Dame (Indiana, États-Unis) : Jewish Conversions, Family Values, and Religious Liberty in France, 1814-1848.
14h50 : Hannah Lotte Lund, Zentrum Jüdische Studien Berlin : The double conversion of Friedrich and Dorothea Schlegel. Political motives and the politics of reception…
15h15 : débats et pause.
15h45 : Henri de Montety, École Pratique des Hautes Études : Les Sabbataires de Transylvanie : chrétiens – judaïsants – juifs.
16h10 : Jacques Palard, IEP de Bordeaux : Mutation politique et trajectoires religieuses : le clergé catholique en reconversion dans le Québec de la Révolution tranquille.
16h35 : Sébastien Tank-Storper, CNRS/École des Hautes Études en Sciences sociales : « Qui est juif ? » Conversions au judaïsme et politique en Israël.
17h-17h15 : débats.

Mardi 3 mars 2015 matin

Des réveils religieux politisés ? (salle Jean Borde)
Présidence : Bernadette Rigal-Cellard, U. Bordeaux Montaigne.

9h : Frédéric Gugelot, U. de Reims : Jeune foi, vieux engagements. De la radicalité politique des convertis, comparaison fin de siècle (XIXe-XXe siècles et XXe-XXIe siècles).
9h25 : Sérgio Ribeiro Pinto, Universidade Católica Portuguesa (Portugal) : The meaning of religious conversions in a Catholic majority country. Outline of a typology.
9h50 : Cândido Rodrigues, U. Fédérale du Mato Grosso (Brésil) : La conversion d’Alceu Amoroso Lima et le projet politico-religieux du groupe d’intellectuels catholiques au Brésil dans les années 1920-1940.
10h15 : débats et pause.
10h45 : Dominique Avon, U. du Maine : Les conversions des frères Lévy : Eddy et Benny.
11h10 : Frédérique Louveau, U. Gaston Berger, Saint-Louis-du-Sénégal (Sénégal) : Les enjeux politiques de la conversion de musulmans à un syncrétisme shintô d’origine japonaise au Sénégal.
11h35 : débats.

Mardi 3 mars 2015 après-midi

Dans les sociétés coloniales (salle Jean Borde)
Présidence : Marc Agostino, U. Bordeaux Montaigne.

14h : Oissila Saaïdia, U. Lumière Lyon 2 : Une lecture de l’Autobiographie du R. P. Joseph Sallam P. B. Un converti de la religion mahométane.
14h25 : Claire Laux, IEP de Bordeaux : La portée politique des conversions des chefs dans les îles du Pacifique.
14h50 : Claude Prudhomme, U. Lumière Lyon 2 : Les convertis en pays de mission : comment concilier des fidélités en conflit ?
15h15 : débats et pause.

15h45 : Jean-Pierre Moisset, U. Bordeaux Montaigne : Conclusions du colloque.

Les séances du colloque se tiendront à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (10 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac).

Programme-dépliant : Les convertis. Colloque de Bordeaux

Comité d’organisation :
Nicolas Champ, Jean-Pierre Moisset et Oissila Saaïdia.

Comité scientifique :
Nicolas Champ (U. Bordeaux Montaigne) ; Yves Krumenacker (U. Jean Moulin Lyon 3) ; Claire Laux (IEP Bordeaux) ; Jean-Pierre Moisset (U. Bordeaux Montaigne) ; Philippe Martin (U. Lumière Lyon 2) ; Oissila Saaïdia (U. Lumière Lyon 2), Éric Suire (U. Bordeaux Montaigne).

Contact et informations :
nicolas.champ@u-bordeaux-montaigne.fr ; jean-pierre.moisset@u-bordeaux-montaigne.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire