Défense du catholicisme populaire

Image jpegYann Raison du Cleuziou, maître de conférences en science politique à l’Université Montesquieu Bordeaux IV et membre du Centre Émile Durkheim (UMR CNRS 5116), publie un nouvel ouvrage après la parution récente de son essai Qui sont les cathos aujourd’hui ? (Desclée de Brouwer, 2014). Consacrée à Serge Bonnet, cette publication intitulée Défense du catholicisme populaire rassemble pour la première fois les recherches d’histoire et de sociologie du chercheur dominicain sur le petit peuple catholique et ses textes polémiques pour le défendre. L’œuvre de Serge Bonnet y apparaît dans toute sa densité, sa cohérence et sa profondeur, et nous plonge dans une des grandes querelles qui a divisé les catholiques après le concile Vatican II.

Dans son exhortation apostolique La joie de l’Évangile, le pape François affirme la valeur de la piété populaire qu’il qualifie d’« œuvre de l’Esprit-Saint ». C’est un retour en grâce. Durant les années 1960 et 1970, les dévotions populaires étaient considérées par une partie du clergé comme une forme de paganisme dont il fallait affranchir les catholiques. Les saints sont congédiés des nefs, la communion solennelle supprimée et les fêtes votives délaissées.
Né en 1924, dominicain de la Province de France, Serge Bonnet, à la fois prédicateur de talent et chercheur au CNRS, au sein du Groupe de sociologie des religions, fut alors un des seuls à prendre au sérieux et à défendre la qualité spirituelle de ces pratiques. Très proche de Raymond Aron et de Philippe Ariès, admiré par Maurice Clavel, il est une figure médiatique de l’Église catholique durant les années 1970-1980. Avec un positionnement iconoclaste assumé, il attaque violemment le néo-cléricalisme des avant-gardes de gauche durant les années 1970 et il affirme l’autonomie des laïcs. Renvoyant dos à dos les traditionalistes et les progressistes, il défend alors un christianisme incarné et la nécessaire liberté de conscience et de dévotion des catholiques.
L’intérêt des écrits de Serge Bonnet ne se borne pas à ce seul horizon polémique. Inlassable compilateur d’archives et de mémoire, ses recherches sur le catholicisme populaire méritent d’entrer dans les classiques des sciences sociales. De l’histoire de l’ermitage de Saint-Rouin à ses études sur la prière, la fête ou sur la domination cléricale, Serge Bonnet emprunte des pistes originales et renouvelle les analyses.

Table des matières

Daniel Rondeau : Préface.

Yann Raison du Cleuziou : Introduction : Serge Bonnet, observateur et défenseur du catholicisme populaire

I. La dévotion des humbles

– Histoire de l’ermitage de Saint-Rouin (1956).

– Frère aux vaches (1963).

– Prière secrète des Français d’aujourd’hui (1976).

– Le Patois des croix (1982).

II. Une foi contestée par les clercs

– La communion solennelle, le clergé, la fête, réflexions sociologiques (1969).

– Une controverse autour du baptême des jeunes enfants (1971).

– Les mutations de la religion en Lorraine (1972).

– À hue et à dia, les avatars du cléricalisme sous la Ve République (1973).

– De l’extinction de la religion populaire (1977).

 

Serge Bonnet, Défense du catholicisme populaire (édition établie et présentée par Yann Raison du Cleuziou), Paris, Cerf, 2015, 706 p., 39 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire