Séminaire. Ecclésiologies en Russie à l’époque contemporaine

Le 9 avril 2015, une séance du séminaire Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIIIe-XXe s.). Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles organisé par Frédéric Gabriel (CNRS), Dominique Iogna-Prat (EHESS) et Alain Rauwel (Université de Bourgogne) portera sur Ecclésiologies orientales : paradigmes, identité, universalité en Russie (XIXe-XXe s.).

Ce cycle de séminaires entend reconstituer de manière archéologique le soubassement d’une discipline relativement ignorée du public cultivé, ou de l’université laïque. D’où sa dimension érudite, au sens de l’importance du doctrinal, du scholarship, et de la tradition dense dans laquelle il s’insère : comment l’histoire est-elle écrite au regard de tel ou tel présent, comment le présent est-il compris par le prisme de tel ou tel passé ? En effet, la constitution de l’ecclésiologie est d’autant plus importante qu’elle se conçoit par principe sur le temps long, mais elle révèle surtout les nœuds problématiques d’une histoire en prise avec le présent et qui est issue de conflits confessionnels profonds. Tout l’intérêt de la reconstitution critique de cette discipline est de proposer une morphologie religieuse de l’Europe récente qui mette en évidence la dynamique des courants, des écoles, la circulation de leurs idées, et les différents concepts qui servent de lieux de rencontre mais aussi de combats. En effet, c’est bien simultanément que l’ecclésiologie écrit son histoire et se confronte au contemporain (individualisme, sécularisation, démocratisation, séparation de l’Église et de l’État).
Ce cycle de séminaires, qui se poursuivra sur plusieurs années, vient prolonger un programme dont les premiers résultats sont publiés en ligne : Les nouveaux horizons de l’ecclésiologie : du discours clérical à la science du social (http://cem.revues.org/12743).

Même si le cycle de recherches entamées dans ces journées d’étude concerne d’abord l’Europe, même si les nationalismes ont joué un rôle décisif dans la pensée ecclésiologique – par exemple dans le cas des autocéphalies – il n’en reste pas moins que celle-ci permet, par sa nature même, de ne pas se limiter aux frontières communes, et de relier des espaces divers. Dès lors, comment ne pas prendre en compte la dernière « nouvelle Rome » en date ? Moscou et la Russie constituent un pôle ecclésiologique que l’on aurait tort de négliger, ne serait-ce parce qu’il permet peut-être de dépasser un binôme trop simpliste entre Occident (Rome) et Orient (Constantinople).

Programme :

9h30-12h30

Frédéric Gabriel, CNRS : Introduction.
Elena Astafieva, CNRS : Comment les théologiens russes définissent-ils l’Église ? Modèles allemands et savoirs orthodoxes au XIXe siècle.
Michel Stavrou, Institut Saint-Serge : L’ecclésiologie des Slavophiles russes : le modèle de la Sobornost.

14h30-18h

Konstantin Vetochnikov, Bibliothèque byzantine du Collège de France : « Terza Roma versus seconda » : les théories de Sergej Troickij au sujet des privilèges canoniques du Patriarcat Œcuménique.
Laura Pettinaroli, Institut catholique de Paris : Ecclésiologie russe et césaropapisme au début du XXe siècle.
Hyacinthe Destivelle, Pontificio Consiglio per la Promozione dell’Unità dei Cristiani, Rome : Prémisses d’une ecclésiologie de communion dans la théologie russe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.
Discutant : Pierre Gonneau, Université Paris-Sorbonne, EPHE.

La séance se tiendra à l’EHESS (bâtiment France, 190-198 avenue de France, 13e arrdt., salle 15, Paris)

Pour plus de renseignements sur le cycle de séminaires : http://ssr.hypotheses.org/ecclesiologie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire