Colloque international. Voir clair pour agir efficacement. La sociologie catholique aux XIXe et XXe siècles

Programme_colloque_sociologie 2015-001Depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’au milieu du siècle suivant (1850-1950), la sociologie a occupé une position privilégiée dans les cercles catholiques francophones qui se souciaient d’investigation sociale. Pourtant, cette page du développement des sciences sociales en France, en Belgique, en Suisse et au Québec, qui souhaitait mettre l’Église à la page des approches scientifiques nouvelles, n’a fait l’objet que de peu de travaux de la part des historiens francophones, en partie du fait de l’ascendant de l’École durkheimienne.
C’est cette sociologie catholique aux XIXe et XXe siècles qui sera plus particulièrement examinée le vendredi 26 juin 2015, au cours d’un colloque international organisé par le LARHRA (UMR 5190) et l’Université Concordia (Montréal), sous la responsabilité scientifique d’Olivier Chatelan (LARHRA, Université Jean Moulin-Lyon 3), Denis Pelletier (GSRL, École Pratique des Hautes Études) et Jean-Philippe Warren (Concordia University).

Pour mieux dégager le développement de cette tradition sociologique, trois axes de discussions ont été choisis :
un axe institutionnel : il importe d’identifier les lieux de production d’un savoir sociologique catholique, en dégageant les foyers de formation que fréquentaient les étudiants, les réseaux dans lesquels s’inséraient les chercheurs et les centres de recherche les plus dynamiques (notamment Louvain, Paris, Québec, Notre-Dame et Washington) ;
un axe des réalisations pratiques : la sociologie catholique a produit un nombre très important de travaux empiriques tout au long des XIXe-XXe siècles. Sa devise fut résolument « la science pour l’action », refusant de produire des connaissances détachées et froides, sans lien avec les grands enjeux qui agitaient alors le monde catholique et les sociétés européenne et nord-américaine en général ;
un axe épistémologique : les communications permettront notamment de déterminer le rôle et la place de la philosophie morale dans l’établissement d’une science sociologique objective et complète.

Tout au cours de l’exploration de ces trois axes, l’histoire de la sociologie catholique sera considérée en fonction des savoirs non-religieux qu’elle a mobilisés ou réfutés, ainsi que des disciplines qui ont pu graviter à ses frontières. Car, d’une part, c’est toujours en dialogue avec les savoirs dits positivistes et matérialistes que la sociologie catholique s’est développée, en cherchant à imposer une vision scientifique du monde qui ne renonçait pas à la tradition et la Révélation. D’autre part, la sociologique catholique a délimité un champ de connaissance qui n’est pas nécessairement celui communément accepté dans les institutions d’enseignement supérieur (en incluant, par exemple, l’engagement dans l’apostolat social ou le rapport avec l’économie politique).

Programme :

8h30 : Accueil.

9h. Mots de bienvenue

Bruno Galland, directeur des Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon.
Yves Krumenacker, directeur de l’équipe Resea du LARHRA, Université Jean Moulin-Lyon 3.
Olivier Chatelan, LARHRA, Université Jean Moulin-Lyon 3.

9h15. Conférence d’ouverture
Présidence : Christian Sorrel, LARHRA, Université Lumière-Lyon 2.

Denis Pelletier, EPHE : Comprendre le fait social : logiques croyantes, logiques savantes.

10h15. Premiers dialogues entre sociologie et catholicisme
Présidence : Florian Michel, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Kaat Wils, Katholieke Universiteit Leuven : The Sun of Sociology. Catholic Intellectuals and the Social Sciences in Belgium, 1860-1914.
Antoine Savoye, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis : L’engagement de prêtres catholiques dans le mouvement leplaysien (France, 1860-1914).
Matteo Sanfilippo, Università degli Studi della Tuscia,Viterbo : Aux origines de la sociologie catholique en Italie : le fonds archivistique Giuseppe Toniolo dans la Bibliothèque apostolique vaticane.
Sébastien Mosbah-Natanson, Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi : Les publications sociologiques catholiques en France autour de 1900 : une contribution au mouvement sociologique ?

14h. Sociologie et engagements
Présidence : Sara Teinturier, GSRL-CNRS.

Philippe Rocher, CERHIO – Université du Maine : École, morale et société : les jésuites français gagnés par la sociologie scolaire (1902-1971).
Tangi Cavalin, CEMS-IMM – EHESS : Sociologie, droit et théologie en France dans l’entre-deux-guerres : les dominicains Georges-Raymond Renard et Joseph-Thomas Delos, disciples de Maurice Hauriou.
Gilles Routhier, Université Laval, Québec : Sociologues et sociologie au concile Vatican II : la sociologie pour la pastorale.

15h45. De la sociologie catholique aux sciences des religions
Présidence : Isabelle Gouarné, EHESS.

Cécile Vanderpelen-Diagre, Université libre de Bruxelles : Œuvres et engagements des sociologues de l’Université catholique de Louvain dans les années 1960.
Charles Mercier, Université de Bordeaux – ESPE : La sociologie catholique, quelle postérité en France ?
Pierre Lassave, EHESS-CNRS, CéSor : L’objet problématique de la sociologie des religions.

Olivier Chatelan, LARHRA, Université Jean Moulin-Lyon 3 : Conclusions du colloque.

Les séances auront lieu aux Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon (34 rue du Général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon). L’entrée est gratuite mais une inscription préalable est nécessaire (olivier.chatelan[a]univ-lyon3.fr).

Le colloque est organisé avec le soutien de l’Université Jean-Moulin Lyon 3, de Lyon Métropole et du département du Rhône.

Programme et renseignements pratiques : La sociologie catholique aux XIXe et XXe siècles. Programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire