Appel à communication. Les régulations du culte à l’épreuve du genre

Se tiendra à Bordeaux, au Centre Émile Durkheim, le 27 novembre 2015 une journée d’études qu’organise Magali Della Sudda (CNRS) et portant sur Les régulations du culte à l’épreuve du genre.

La politisation récente des questions de genre par des groupes religieux a mis en lumière le rôle des institutions religieuses dans la production des identités sexuées. L’articulation entre la laïcité et le genre avait été étudiée sous l’angle des féminismes ou des conflits autour de la loi de 1905. Plus récemment, les fondement théologiques et le cadrage séculier utilisé par les instances religieuses pour dénoncer la théorie du genre, puis le mariage civil des couples de même sexe ont fait l’objet d’investigations ; tandis que les mobilisations de la « Manif pour tous », portées par des groupes d’inspiration religieuse – très majoritairement catholiques – ont suscité de nombreuses réflexions académiques.
Les colloques sur les Autorités religieuses face au genre (2014), Habemus Gender (2014), la section thématique du congrès de l’Association française de Science politique Ripostes catholiques (2015) et le RT 14 du congrès de l’Association française de sociologie (2015), offrent un aperçu des recherches en cours : l’évolution du cadrage religieux des questions de genre et de sexualités, l’ethnographie des mobilisations religieuses, la discussion autour de la question des féminismes religieux ont ainsi été évoqués. Toutefois, une dimension est demeurée peu interrogée en dehors des sciences juridiques : celle de la régulation des cultes et de ses dimensions genrées. Or, c’est bien cette dimension de la laïcité qui est mise en discussion de manière accrue depuis une vingtaine d’année.

Cette journée d’études posera l’hypothèse que le genre, en tant que modalité de régulation des pratiques religieuses, est un élément qui, d’une part, structure la laïcité et qui, d’autre part, affecte – en même temps qu’il les produit – les dispositifs de régulation des cultes. Dans une perspective pluridisciplinaire, il s’agira de réfléchir la portée heuristique du genre dans une réflexion sur les politiques de régulation du culte, expression qui désigne la manière dont sont définies les normes et encadrées les pratiques religieuses par les institutions, et les possibles tensions qu’elles génèrent. La laïcité, entendue du point de vue de l’État comme un « répertoire d’action administratif » sera examinée sous un angle jusqu’ici négligé qu’est le genre.
Le principe de laïcité, tel qu’il se présente dans la loi de 1905 et ses modifications plus récentes, ne mentionne pas les catégories de sexe. Pour autant, sera formulée ici l’hypothèse que la traduction de la laïcité dans les pratiques de régulation des cultes n’est pas neutre du point de vue du genre à la fois dans le public qu’elle vise et dans les groupes qui seront aux prises dans le cadre de son application. On s’interrogera donc aussi sur l’institutionnalisation de l’informalité dans le cadre des régulations des cultes et de sa dimension genrée.
Du point de vue de l’implémentation de la loi, les garants de l’ordre religieux, les agents chargés d’appliquer les lois ou circulaires ont également des propriétés spécifiques. Dans quelle mesure le genre affecte les pratiques quotidiennes et extra-ordinaires – si l’on songe par exemple à l’exclusion d’une élève – de régulation des cultes ? Autrement dit, la question que soulève le projet est celle de la place du genre dans les pratiques concrètes de régulations.
Parce que les agents de l’État ne sont pas les seuls acteurs de la régulation des cultes, on s’intéressera à la manière dont les représentants des cultes participent à cette politique. À cet égard, le rôle des ministres du cultes, celui des aumôniers dans les services publics (prisons, hôpitaux, établissement d’enseignement) mérite d’être interrogé.
Il s’agira enfin de restituer les logiques d’expression de l’appartenance religieuse en se penchant sur les populations ciblées par les régulations spécifiques du culte.

Les propositions comprises entre 3000 et 5000 signes (espaces compris) sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à : m.dellasudda[a]sciencespobordeaux.fr

Cette journée d’études a reçu le soutien financier et institutionnel du GIS Genre. Les propositions seront examinées fin septembre.

Comité scientifique : Céline Béraud, Laurent Bonelli, Magali Della Sudda, Solenne Jouanneau.

Argumentaire et orientation bibliographique : AAC. Régulations du culte à l’épreuve du genre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire