JOC et JOCF face aux questions du genre et de l’intime (1954-1987)

1968 - TIFFLe samedi 5 décembre 2015, à l’Université Lumière Lyon 2, Anthony Favier, soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire portant sur Égalité, mixité, sexualité : le genre et l’intime chez de jeunes catholiques du mouvement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC-F), dans les années 68 (1954-1986), préparée sous la direction de Claude Prudhomme (Université Lumière Lyon 2).

Elle sera présentée devant le jury suivant :

Mme Céline Béraud, maîtresse de conférence à l’Université de Caen,
M. Gerd-Rainer Horn, professeur à Sciences Po Paris,
M. Claude Prudhomme, professeur à l’Université Lumière Lyon 2,
M. Denis Pelletier, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (rapporteur),
Mme Rebecca Rogers, professeure à l’Université René Descartes (rapporteur),
M. Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS (EPHE),
M. Christian Sorrel, professeur à l’Université Lumière Lyon 2.

Elle aura lieu à l’Espace Marc Bloch, Institut des Sciences de l’Homme (14 Avenue Berthelot, 69 007 Lyon, France).

On associe souvent les années 1968 à certains changements sociaux : la poussée du féminisme, l’émancipation sexuelle, la fin d’un certain hiératisme dans les rapports interpersonnels, etc. Cette révolution de l’intime est également associé à un groupe social : celui des étudiants. Ce sont eux, les baby-boomers scolarisés, qui auraient porté les premiers la contestation : celle qui fut la plus visible dans la rue, dans les écoles et dans les université. Dans cette histoire, les catholiques, de surcroît de milieu populaire, sont un point parfois aveugle de la recherche.

D’où la question qui est à l’origine de la thèse : où étaient les jeunes catholiques de la Jeunesse ouvrière chrétienne et de la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine dans les changements sociaux du genre, de l’intime et de la sexualité ? Les franges populaires des classes moyennes et les ouvriers aspiraient-elles aussi à des changements ? Qu’en était-il chez les jeunes catholiques ? Pour répondre à cette question, ont été examinées les archives du Secrétariat de ces deux mouvements de jeunesse catholique des années 1950 aux années 1980. A été également lue la presse des deux mouvements. Quelques entretiens ont été réalisés, même s’ils ne constituent pas une source essentielle du travail.

On ne peut pas faire de la JOC-F un pôle réformateur très actif des rapports interpersonnels du genre et de l’intime. Dans les années 50-60, la JOCF soutient encore l’idée de professions « féminines » et encourage les filles à devenir domestique, « le métier qui prépare le mieux à celui de mère ». Les deux mouvements soutiennent l’encyclique de Paul VI Humanae Vitae (1968) et, par conséquent, la condamnation par le pape de la contraception chimique pour les couples mariés. En écho avec ce que nous avons peut- être vécu durant l’épisode du mariage pour tous, on découvre que les milieux, mêmes réputés ouverts au sein du groupe confessionnel catholique, ont toujours eu, à quelques rares exceptions, un certain malaise face à l’émancipation des femmes, des corps et des sexualités. Dans une matrice intellectuelle de chrétiens de gauche, il y a toujours un souci de donner la priorité aux « vrais » enjeux (ceux du salariat) et ainsi d’euphémiser ceux de l’intime.

Néanmoins, par la prise de responsabilité permanente à laquelle les deux mouvements appelaient, on ne peut pas faire de la JOC et de la JOCF une force conservatrice ou réactionnaire de la société française. En préparant les couples au mariage et à la sexualité, la JOC et la JOCF ont conduit à faire évoluer les lignes : on se marie pas tant pour avoir beaucoup d’enfants que pour s’aimer et s’épanouir à deux, au service des autres… La « promotion féminine » y est exaltée : les filles doivent savoir voter, s’intéresser aux problèmes des sociétés, devenir déléguée du personnel ou responsables syndicales, se former pour acquérir une meilleure qualification et avoir un bon salaire ! De nombreuses filles y ont appris à devenir militantes, s’affirmer et prendre des responsabilités. En un sens, le refus continu de la JOCF de la mixité des années 1960 au milieu des années 1980 ne doit pas être interprété comme la défense d’un archaïsme organisationnel. Mais une réponse concrète à la pénurie de lieux qui permettent alors aux filles de prendre des responsabilités et de les occuper. Les syndicats, même ceux proches de la JOCF, n’étaient pas forcément d’un grand secours sur ce point. La JOCF, comme le scoutisme féminin, fut peut-être un des ces lieux réellement émancipateur de la société française même s’ils ont toujours eu beaucoup de réserves à l’égard du mouvement féministe organisé.

L’histoire du genre et de l’intime à la JOC-F est aussi une tranche d’histoire du catholicisme français. Elle marque le passage d’un moment où l’Action catholique – les mouvements du « voir, juger, agir » –, sans être hégémoniques, étaient l’outil privilégié de l’épiscopat pour mobiliser les laïcs catholiques à un autre moment où la reconfiguration identitaire change la donne. Devant l’ampleur de la sécularisation et la tentation du tout politique qui atteint une partie du catholicisme des années 1970, l’épiscopat abandonne en 1975 le « mandat » qu’il avait donné originellement à l’Action catholique pour être son bras dans la société. Le renouveau charismatique, la revalorisation du prêtre comme intermédiaire masculin vers les sacrements et l’autorité, les nouvelles mobilisations de la jeunesse type JMJ, les conséquences pastorales de la personnalité et de l’enseignement de Jean-Paul II isolent pastoralement la JOC-F. La montée de catholiques identitaires, qui font justement de l’intime justement le lieu d’un nouveau litige de l’Église avec la société contemporaine, complique la donne. Les objets « politiques » délictueux ne sont plus forcément ceux des mouvements sociaux progressistes et des forces de gauche mais sont désormais issus de la sphère de la bioéthique ou portent sur les questions de démocratie sexuelle.

En un sens, l’après 1975 constitue aussi une forme de libération pour les deux mouvements qui s’emparent de manière inédite de questions jusque-là traitées avec embarras et souvent par le silence : la sexualité – thème d’une enquête d’action en 1976 – ou l’avortement en 1979. Les références pour penser ces changements ne viennent plus nécessairement de l’Église et de son magistère mais de la psychologie contemporaine, des réflexions de syndicats comme la CFDT, d’une théologie « sauvage » et « à la base » qui ne cherche pas à s’intellectualiser. Les mouvements prennent alors position pour l’autonomie des jeunes en matière de sexualité au nom de la défense de la « dignité ». Les thématiques du catholicisme social sont alors réinvesties d’un nouveau sens. L’accès des sœurs ou des laïcs des deux sexes en responsabilités reconfigurent de manière discrète les rapports de genre interne du catholicisme, la façon dont le travail religieux se répartit entre les hommes et les femmes ou les clercs et les laïcs.

« Chrétiens de gauche » devenus « catholiques d’ouverture », les jocistes ne choisissent pas, pour autant, de rentrer dans la dissidence concernant les points litigieux du catholicisme français dans la société française : la question des ministères, les interdits sur la sexualité ou la place des femmes dans le catholicisme. Cherchant à se positionner comme des mouvements « prophétiques », montrant des changements plus que voulant les porter comme des combats publics, JOCF et JOC ont un positionnement particulier dans le catholicisme français des années 1980. Cette histoire nous montre peut-être l’isolement ancien des catholiques français d’ouverture dans leur groupe confessionnel. Ils font plutôt le choix des aménagements pratiques, des accommodements situationnels, de l’attentisme réservé plus que de la dissidence ouverte… Alors qu’aujourd’hui les modes de présence des catholiques français se cherchent, comme l’a révélé l’épisode du mariage pour tous, et que le pontificat du pape François change, d’une certaine manière, la donne, que peut-nous dire et nous apporter l’histoire pour comprendre la situation présente ?

Résumé et mots-clefs : Favier. Résumé scientifique

Table des matières de la thèse : Favier. Sommaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire