Journée d’études. Islam et protestantisme, convergences et divergences

Affiche-JE-Islam_protestantisme_CREHSLe mercredi 16 mars 2016, à l’Université d’Artois, dans le cadre des travaux de l’Institut d’Étude des faits religieux, se tiendra une journée d’études organisée par Alain Joblin et Olivier Rota, portant sur Islam et Protestantisme. Convergences et divergences comme points de rencontre.

L’islam « de France » se retrouve depuis quelque temps au cœur d’une cruelle actualité. Aussi, de nombreux observateurs, à commencer par les hommes politiques eux-mêmes, essayent de préciser la place de cette religion dans le paysage religieux français. Ils s’interrogent sur les modalités d’une « représentabilité » du monde musulman français en regrettant régulièrement l’absence d’un clergé capable de parler au nom de cet islam et en dénonçant l’argent et les imams venus de l’étranger. Or, la manière de formuler des attentes particulières à l’égard de l’islam se fait essentiellement par rapport à un modèle de structuration religieuse : celle propre au catholicisme. Pour la majorité des Français, (qu’ils soient de culture catholique, musulmane, juive ou athée), le catholicisme représente, en effet, la seule réalité du christianisme qui leur vienne à l’esprit : celle d’une communauté hiérarchisée dans laquelle l’autorité est organisée de manière pyramidale et qui est animée par un clergé vivant un sacerdoce. Rien de plus éloignés que les modèles catholiques et musulmans.

Une comparaison entre islam et protestantisme ne serait-elle pas plus pertinente ? Ne permettrait-elle pas de favoriser, chez les décideurs français, une meilleure représentation de l’islam, de sa structure, de ses fonctionnements ?
Musulmans et protestants vivent en effet leur foi en dehors de toute Église organisée et hiérarchisée. Cette souplesse de leurs structures d’autorité les rapprochent et invitent à les comparer. De même que leur insistance sur l’Unicité de Dieu et sur la primauté de sa Parole.
Certains traits de leur histoire incitent également à entreprendre cette comparaison. Ainsi, un spécialiste de l’islam a récemment procédé à un rapprochement entre islam et protestantisme en évoquant les guerres de Religion françaises de la seconde moitié du XVIe siècle (1562-1598). Il explique, qu’à cette époque les huguenots (= les protestants) recevaient une aide de l’Angleterre (comme les catholiques, en recevaient de l’Espagne de Philippe II…) et que les protestants n’hésitaient pas, à l’occasion, à se battre entre eux (d’où une comparaison avec l’actuelle lutte fratricide opposant sunnites et chiites au Proche-Orient). Les protestants furent aussi accusés tout au long de leur Histoire d’être des agents de l’étranger (de Genève ou, pire encore, d’Angleterre). Ne reproche-t-on pas, aujourd’hui, à l’islam de France d’être sous l’influence d’imans formés dans les pays du Maghreb ou dans ceux du Golfe arabique ?

Il y a donc, aujourd’hui, en France, une méconnaissance totale et profonde de ce qu’est réellement l’islam (précisons : I’islam sunnite auquel semble adhérer la majorité des musulmans français). Cette méconnaissance touche également, à un degré moindre, le protestantisme.
Une étude comparée entre protestantisme et islam ne pourrait-elle pas aider à faire progresser une compréhension interconfessionnelle sans gommer, pour autant, ce qui fait l’originalité de chacune des religions ? Et tout particulièrement :
– Dans quelle mesure peut-on, ainsi, comparer leur rapport au texte sacré, leur représentation du divin et du religieux, leur définition du martyre et, enfin, leur implication sans la Cité ?
– Peut-on éclairer, pour un public français, un modèle (des modèles ?) musulman(s) par un recours à l’étude de modèles protestants ?
– Et, inversement, un modèle musulman peut-il permettre de saisir la particularité du monde protestant ?

Ces questions seront abordées sous l’angle de la théologie et de l’histoire, ceci afin d’éviter le double piège de l’essentialisme et du relativisme toujours présents derrière toute démarche comparative.

Programme :

Le rapport du croyant aux Textes sacrés

Pierre-Olivier Léchot, Faculté de Théologie protestante de Paris : Les protestants et la Bible : du principe de la foi au libre examen de l’Écriture (XVIe-XVIIIe siècles).
Mohamed Sghir Janjar, Fondation du Roi Abdul Aziz Al-Saoud, Casablanca : Les musulmans contemporains face au texte coranique.

Nommer et représenter Dieu

Alain Joblin, Université d’Artois : L’image religieuse dans l’œuvre des Réformateurs protestants.
Jan Goes, Université d’Artois : Le Nom de Dieu dans le Coran.

Église. Clergé. Pratique religieuse du fidèle

Didier Poton, Université de La Rochelle : Le consistoire dans les églises réformées en France à l’époque moderne : organe d’obligation religieuse et de normalisation sociale.
Hassan Elboudrari, EHESS : Normes juridiques et pratiques sociales réelles dans les sociétés de l’Islam méditerranéen. Dynamique anthropo-historique et perspectives comparatistes.

Le martyre

David El Kenz, Université de Bourgogne : Le martyre dans la Réforme à l’aune du martyre dans l’islam : la violence de la sédition.
Geneviève Gobillot, Université de Lyon 3 : Le martyre selon le Coran et quelques interprétations contradictoires.

La religion dans la Cité

Stefano Simiz et Julien Léonard, Université de Lorraine : Un espace, deux confessions. Le protestantisme au défi du christianisme urbain, XVIe-XVIIe siècles.
Samir Arbache, Institut catholique de Lille : Les musulmans en attente de leur Luther. Approche de l’oeuvre d’Abdel Jawad Yassine.

Observateurs : Xavier Boniface, Université de Picardie ; Charles Coutel, Université d’Artois ; Danielle Delmaire, Université Lille III ; Charles Giry-Deloison, Université d’Artois ; Olivier Rota, Université d’Artois.

Les séances se tiendront dans l’amphithéâtre Jacques Sys, Maison de la Recherche, Université d’Artois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire