Appel à communication. Le repentir, une approche interdisciplinaire

Se tiendra, les 22 et 23 février 2017, à Dakar (Sénégal) un colloque international interdisciplinaire sur la question du Repentir. Genèse(s) et actualitét(s) organisé par l’Université Catholique de l’Ouest (Angers) et le Centre Saint-Augustin (Dakar).

S’il vient spontanément à l’esprit de nombreux exemples récents d’actes de repentir, c’est à la fois parce que celui-ci s’inscrit désormais souvent dans la sphère publique et donne lieu à des formes larges de publicité, qu’il concerne aujourd’hui aussi bien des collectifs vastes (des nations, des peuples, des communautés, des institutions) que des personnes individuellement ; qu’il s’inscrit dans un rapport à l’Histoire de plus en plus complexe (les demandes de repentir concernent des périodes que les protagonistes n’ont pas vécues, qui peuvent être parfois extrêmement éloignées dans le temps et s’adressent à des institutions ou des acteurs dont le lien avec la faute peut-être lointain ténu ou pour le moins discuté) et qu’enfin, le repentir semble avoir vocation à se mondialiser (il concerne aujourd’hui une grande diversité d’aires géographiques et culturelles). Pour autant, et contrairement aux apparences, derrière la généralisation du repentir toutes les formes de repentir ne sont pas comparables, précisément parce qu’elles s’articulent avec des époques, des lieux, des cultures et des acteurs et qu’elles concernent des faits dont l’ampleur, la distance temporelle, ou le contexte sociétal ou historique sont fondamentalement différents, sans doute aussi parce que les racines de ces repentirs puisent dans des traditions religieuses, culturelles, nationales et communautaires très diverses. La publicisation (souvent par l’intermédiaire des médias) ne donne-t-elle pas lieu d’ailleurs à des formes sécularisées du repentir dont sont absentes la plupart des dimensions traditionnellement constitutives de la définition du repentir ?

C’est ce lien entre des formes traditionnelles et la (post ?) modernité du repentir que tentera d’établir ce colloque international à travers des contributions centrées sur des travaux de chercheurs issus de contextes et de disciplines différents se donnant pour objet l’étude de situations mettant en œuvre le repentir.
Ainsi, les contributions ne se donneront pas pour objectifs de traiter la question générale du repentir dans un champ d’études donné, ni des conséquences (supposées ou avérées) du repentir mais viseront plutôt une analyse en profondeur du repentir pour lui-même, en partant d’un ensemble de faits ou d’un cas précis, de textes, de la conception d’un auteur, de la pratique spécifique d’une institution, d’un groupe ou d’une personne. Elles sont invitées à prendre au sérieux les articulations entre le repentir et le pardon ou la réconciliation sans se contenter de penser « l’après » ou la « page blanche » ouverte par le repentir.
Il s’agira donc moins de chercher un sens (théologique, anthropologique, philosophique…) au repentir que de contribuer à éclaircir les sens du repentir en fonction de définitions spécifiques s’inscrivant dans des contextes distincts (historiques, politiques, religieux, sociologiques, juridiques souvent asymétriques) ; sans exclure pourtant que le repentir puisse s’accorder avec des visées stratégiques ou donner lieu à des formes d’instrumentalisation qu’il conviendra de prendre en compte… On pourra aussi analyser les résistances voire les refus d’entrer dans une démarche de repentir.
Sur le plan des méthodes, (pour les propositions s’inscrivant dans les axes 2, 3 et 4) les travaux s’appuieront sur des approches de cas précisément définis (éventuellement comparés) pour proposer une problématique et une analyse. Les travaux basés sur l’analyse de corpus de textes, d’archives, ou de productions médiatiques seront privilégiés.

Les quatre axes suivants articuleront l’exploration de la thématique du Repentir :

1. Approche(s) conceptuelle(s)

De quoi parle-t-on quand on parle de repentir ? Comment définir le repentir ? Quels concepts peuvent être mobilisés ? Quels éléments d’analyse l’approche conceptuelle peut-elle apporter à la compréhension des enjeux du repentir ? En quoi le repentir se rapproche, complète et/ou se distingue-t-il d’autres pratiques (autocritique, confession…) ? Quelles diversités d’approches du repentir ?

2. Héritages historiques, culturels, et repentir

De l’individu à la communauté, du groupe à l’ethnie ou la nation, le repentir pose la question de la relation que le porteur du repentir entretient avec les fautes dont il s’accuse ou accepte de porter la responsabilité. Sur quelles continuités, quels héritages historiques et institutionnels peut reposer le repentir par-delà les évolutions, les ruptures culturelles et politiques, la transformation des institutions ? Comment s’articule la question de la lecture des faits du passé à la lumière du présent dans le processus de repentir ? Le repentir renvoie à une évolution historique des rapports de force politique, de la culture et de l’identité d’un groupe, à la place du débat historique, à un état de la relation entre forts et faibles, dominants et dominés, vainqueurs et vaincus.

3. Processus, publicité, et mise en scène du repentir

Les formes multiples du repentir tant religieuses que profanes interrogent le processus du repentir et ses étapes : d’une prise de conscience individuelle ou collective à l’organisation de rituels, de mise en scène et de publicité (au sens habermassien), des usages stratégiques à l’interrogation approfondie sur l’histoire, des pratiques muséales, mémorielles ou commémoratives à la mise en lumière de la complexité historique comment s’est pratiqué et se pratique aujourd’hui le repentir ?

4. Le repentir, quelles attentes ?

Qu’attendre du repentir ? Quelle dimension performative comporte-t-il ? Quelle est la nature de la « page blanche » qu’il prétend ouvrir ? Comment le repentir peut-il contribuer à concilier mémoire et pardon, reconnaissance (d’une faute) et réconciliation, antagonismes et identités ? Il ne s’agira pas d’étudier les suites du repentir mais de centrer les propositions sur les débats et interrogations qui accompagnent le repentir, qui renvoient aux « coûts » et « bénéfices » (le plus souvent symboliques) attendus du repentir.

Conditions de soumission

Langue de la proposition : français, anglais, portugais, espagnol, allemand.
Langue du colloque : français, anglais (éventuellement possibilités de traduction simultanée en fonction des demandes).

La proposition de contribution devra rappeler les éléments suivants :
Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement de rattachement : université et laboratoire, adresse électronique de chaque auteur),
Titre de la communication, suivi de l’axe choisi,
Résumé de la proposition de 2 500 à 5 000 signes environ hors références bibliographiques à citer en fin de texte (format word, odt ou compatible),
Un bref CV de 10 lignes maximum pourra être joint à la proposition.

Elle sera adressée par voie électronique en parallèle à Pierre Leroux (pierre.leroux[a]uco.fr) et Frédérique Poulet (frederique.poulet[a]uco.fr) avant le 31 mars 2016.

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation anonyme en parallèle par deux membres du comité scientifique.

Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique avant le 1er avril 2016.
La participation au colloque implique d’envoyer impérativement le texte de la communication au plus tard le 1er janvier 2017.

Comité d’organisation :
Responsables : Jean-Claude Angoula (UGB Saint Louis / CSA Dakar) et Pierre Leroux (UCO Angers).
Avec Léon Diagne (UCAD Dakar / CSA Dakar), Philippe Loiseau (UCO Angers), Henriette Mbaye (CSA Dakar), Dominique François Mendy (CESTI Dakar / CSA Dakar), Thérèse Ndione (CSA Dakar), Christophe Pichon (UCO Angers), Frédérique Poulet (UCO Angers), Blaise Pascal Sagna (CSA Dakar).

Appel à communication complet en anglais, en allemand, en espagnol, en français, en portugais.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire