L’État, l’argent et les cultes dans les premières décennies de la Ve République

Le lundi 12 septembre 2016, à l’université Bordeaux Montaigne, Jean-Pierre Moisset soutiendra son dossier d’habilitation à diriger les recherches en histoire contemporaine intitulé Argent et religion en France, XIXe-XXe siècles. Le mémoire inédit porte plus précisément sur L’État, l’argent et les cultes de 1958 à 1987. Contribution à l’histoire de la laïcité.
Ce mémoire de recherche vise à expliquer comment furent prises une série de décisions favorables aux intérêts matériels des cultes pendant les trente premières années de la Cinquième République. L’étude commence en 1958 avec le retour du général de Gaulle au pouvoir. Elle prend fin en 1987 avec la loi autorisant la déductibilité fiscale des dons aux associations cultuelles d’une part, et avec le sauvetage financier du régime maladie des cultes d’autre part. Elle puise ses sources principales dans les publications du Journal officiel (lois et décrets, débats parlementaires) ainsi que dans les archives d’institutions publiques (bureau central des cultes, Caisse des dépôts et consignations, ministère des Affaires sociales et de la Santé, etc.) et privées (archevêché de Paris, Comité national des constructions d’églises, Association pour une retraite convenable, etc.). La confrontation de ces sources permet d’établir que les majorités de droite de la période ont prêté une oreille attentive à des sollicitations émanant pour la plupart d’institutions catholiques soucieuses d’abaisser les charges pesant sur les associations cultuelles diocésaines. Dans les années 1960, ces demandes étaient surtout motivées par le désir d’abaisser le coût de construction des églises. Au cœur des années 1970, l’enjeu majeur était l’intégration à moindre frais des prêtres, religieux et religieuses dans les régimes de Sécurité sociale. Une décennie plus tard, il s’agissait de relancer le denier du culte en le faisant entrer dans la catégorie des dons éligibles à la déductibilité fiscale. Combattues par la gauche, les innovations fiscales, financières et administratives conquises pendant cette période permettent d’entrer au cœur des recompositions du régime de laïcité français.

Les travaux seront présentés devant un jury composé de :
Mme Céline Béraud, maîtresse de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université de Caen-Normandie ;
Mme Marie-Christine Bouneau, professeure d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne ;
M. Jean Garrigues, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Orléans ;
M. Christophe Lastécouères, professeur d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne ;
M. Denis Pelletier (garant), directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, section des sciences religieuses ;
M. Christian Sorrel, professeur d’histoire contemporaine à l’université Lumière-Lyon II.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire