Appel à communication. Les nouveaux territoires diocésains sur la longue durée

Se tiendra les 15 et 16 juin 2017, à l’instigation de Stéphane Gomis et Vincent Flauraud (Université Clermont Auvergne / Centre d’Histoire Espaces et Cultures), un colloque à Saint-Flour (Cantal) portant sur Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours.

Le 9 juillet 1317, le pape Jean XXII instaure de nouveaux diocèses dans le royaume de France. Ces créations s’effectuent par démembrement d’entités territoriales issues d’un lent processus de morphogenèse achevé au XIIIe siècle. Parmi ces territoires diocésains, on compte celui de Saint-Flour. Jusqu’alors le haut pays d’Auvergne relevait de l’autorité de l’évêque de Clermont. Pour autant, les frontières du diocèse actuel ne sont que pour partie les héritières de celles du XIVe siècle. La reconfiguration révolutionnaire et concordataire engagée à l’échelle du pays a redessiné à son tour la géographie ecclésiastique en s’appuyant sur les circonscriptions départementales. Le diocèse de Saint-Flour a englobé un temps la Haute-Loire, détachée ensuite pour former le diocèse du Puy. Ces mutations montrent que la fréquente continuité des dénominations de sièges épiscopaux n’est pas forcément permanence des territoires.
Dans cette perspective, la réflexion portera sur les dynamiques à l’œuvre dans les phases transitoires où des diocèses sont créés, redécoupés, absorbés ou disloqués. Cette approche prend place dans une historiographie qui s’emploie à considérer le diocèse comme un lieu spatialisé de représentations, de pratiques et de pouvoirs. Il faudra être particulièrement attentif aux modalités de construction et de reconfiguration territoriales, ainsi qu’aux pratiques socio-spatiales qui nourrissent une identité. La question de la pérennité de ces entités diocésaines, y compris dans le cadre des recompositions les plus récentes sera posée.

Le socle principal de cette enquête sera le diocèse de Saint-Flour, selon des visées comparatistes avec d’autres aires géographiques à l’échelle de la catholicité. En effet, on ne saurait envisager une telle rétrospective sans qu’elle ne soit liée étroitement à l’histoire du christianisme. Le choix d’une large temporalité, depuis l’époque médiévale jusqu’à nos jours, permettra également de caractériser les continuités et les ruptures.

Plusieurs thématiques pourront être explorées selon les axes de recherche suivants :

1. Les espaces :

à l’échelle d’un pays : phases de redécoupages d’ampleur (ex. Jean XXII au XIVe siècle ; Révolution française ; Allemagne ou Italie à l’époque contemporaine…) ; créations ex nihilo (Nouveaux Mondes : exemple : Guadeloupe 1850, ayant un premier évêque venant du diocèse de St-Flour…) ;
à moyenne échelle : modalités de reconfiguration des (choix des limites…) ; (ré)organisation territoriale interne (paroisses, doyennés, archiprêtrés ; « zones », « secteurs »…) ;
à l’échelle locale : nouvelles cités épiscopales (marqueurs matériels dans le paysage urbain, invention de nouveaux repères) ; gestion de la présence de hauts-lieux concurrents dans un diocèse (ex. : chef-lieu de diocèse et ville(s) importante(s) ou grand site de pèlerinage dans le même département : Saint-Flour et Aurillac, Tarbes et Lourdes…) ; gestion des pertes de statut diocésain.

2. Les acteurs :

gouvernance et administration en phase de transition territoriale (figures épiscopales, gouvernement diocésain, relations avec le Siège apostolique, l’Église de France et l’État…) ;
(re)composition des réseaux (chapitres cathédraux, communautés religieuses…) ; conflictualité et conciliation (superposition du maillage clergé paroissial / aumôniers de mouvements de laïcs…) ; signes de continuité / de rupture (séminaires, congrégations diocésaines…).

3. Les identités :

clergés et fidèles en prise avec de nouveaux repères territoriaux (représentations, pratiques d’appropriation) ;
« invention de traditions », création de signes identitaires (culte et liturgie, sanctoral local et universel…) ;
gestion de la mémoire (référence à la période de fondation : écrits, iconographies, éléments patrimoniaux, manifestations commémoratives…).

Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé de 20 lignes maximum et une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum.
Elles sont à adresser avant le 20 décembre 2016 à Stéphane Gomis (stephane.gomis[a]univ-bpclermont.fr) et Vincent Flauraud (vincent.flauraud[a]univ-bpclermont.fr).

Comité d’organisation :
Stéphane Gomis, professeur d’histoire moderne, Université Clermont Auvergne ;
Vincent Flauraud, maître de conférences d’histoire contemporaine, Université Clermont Auvergne ;

Comité scientifique :
Brigitte Basdevant-Gaudemet, professeur émérite de droit, Université Paris XI ;
Damien Carraz, maître de conférences en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne ;
Gérard Cholvy, professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Montpellier III ;
Ignasi Fernandez-Terricabras, professeur agrégé d’histoire moderne, Universidad Autonoma Barcelona ;
Joël Fouilleron, maître de conférences honoraire d’histoire moderne, Université Montpellier III ;
Armand Jamme, directeur de recherche CNRS, médiéviste ;
Philippe Martin, professeur d’histoire moderne, Université Lyon II ;
Florian Mazel, professeur d’histoire médiévale, Université Rennes II, IUF ;
Frédéric Meyer, professeur d’histoire moderne, Université Savoie Mont Blanc ;
Feliciano Montero Garcia, professeur émérite d’histoire contemporaine, Université d’Alcala ;
Paul Payan, maître de conférences d’histoire médiévale, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire