Les congrégations féminines hospitalières à Paris au XIXe siècle

Le samedi 3 décembre 2016, Anne Jusseaume soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire intitulée Soin et société dans le Paris du XIXe siècle. Les congrégations religieuses féminines et le souci des pauvres.

devant un jury composé de :
M. Philippe Boutry, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Mme Anne Carol, professeure à l’Université d’Aix-Marseille
M. Jean-Francois Chanet, professeur à l’IEP de Paris et Recteur de l’académie de Besançon
M. Olivier Faure, professeur émérite à l’Université de Lyon III
Mme Anne Rasmussen, professeure à l’Université de Strasbourg

La soutenance publique aura lieu à 14h à Sciences Po (Paris 7e), dans l’amphithéâtre Erignac (13 rue de l’Université, 3e étage).

Au XIXe siècle, les sœurs hospitalières sont au cœur du système de soin parisien. L’identité et les activités sociales de ces femmes qui partagent un engagement religieux et un apostolat soignant auprès des pauvres de la capitale sont analysées dans cette thèse. La vocation, fruit d’un choix entre les jeunes femmes et l’institution, est une voie d’émancipation dans l’espace public et le monde du travail, mais qui leur permet aussi de s’affirmer comme individu en sapant l’autorité paternelle et en légitimant l’expression d’un désir. Chevilles ouvrières du système de santé publique et figures de la charité privée, les sœurs en accompagnent la croissance. Le soin aux pauvres et leur dévouement justifient la reconnaissance de leur utilité sociale devant l’urgence d’une société confrontée à une pauvreté massive et aux effets contrastés du processus de déchristianisation. Paradoxalement, la laïcisation conforterait leur présence dans le dispositif charitable et soignant de la capitale. Les sœurs se forment à certaines exigences médicales et cherchent à maintenir un « écart chrétien » dans le monde. Le soin des sœurs participe ainsi à la médicalisation de la société mais reste une stratégie de reconquête religieuse. Leur apostolat révèlerait que la demande sociale de santé et de religion reposerait sur un souci de soi et un besoin plus vaste d’attention. Mais ce « souci de soi » est aussi, pour les sœurs, une voie fonctionnelle et harmonieuse de réconcilier les volets religieux et profane de leur mission. Dès lors, les sœurs peuvent s’adapter à la modernité en articulant les préoccupations du siècle avec une exigence spirituelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire