Les experts au concile Vatican II

Le mardi 13 décembre 2016 à 13h30, François Weiser soutiendra sa thèse de doctorat en en histoire intitulée Les experts au concile Vatican II. Socio-histoire d’un affrontement culturel à l’intérieur du champ religieux catholique.

devant un jury composé de :
M. Étienne Fouilloux, professeur honoraire à l’Université Lumière-Lyon 2.
M. Gerd-Rainer Horn, professeur à l’IEP Paris, rapporteur.
Mme Catherine Maurer, professeure à l’Université de Strasbourg, rapportrice.
M. Alberto Melloni, professeur à l’Université de Modène-Reggio Emilia, directeur de la Fondation pour les Sciences Religieuses Jean XXIII (Bologne).
M. Denis Pelletier, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, directeur de thèse.
Mme Gisèle Sapiro, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

La soutenance publique aura lieu à partir de 13h30 en salle 115 au bâtiment « Le France », 190-198, avenue de France, dans le 13e arrondissement (Paris).

À travers une enquête prosopographique sur les 480 experts officiels (periti) du concile Vatican II, cette thèse interroge à nouveaux frais l’histoire des idées et des réseaux à l’intérieur du catholicisme au cours du second XXe siècle. En s’intéressant aux acteurs et à leurs points de vue subjectifs, à leurs trajectoires mais également aux médiations institutionnelles et aux sociabilités dans lesquelles ils sont pris, on s’attache à inscrire cet « événement » et ses suites dans les conditions historiques et sociales de sa production.
Structuré entre un pôle institutionnel (le gouvernement de l’Église, diocésain ou romain, mais aussi l’enseignement) et un pôle prophétique (les pionniers dans les mouvements d’Église et les chercheurs), le champ religieux, étudié au prisme du groupe des periti, apparaît comme un espace où les prises de position renvoient largement aux positions occupées. Or le concile, s’il ne transforme pas le champ étudié, perturbe un temps les mécanismes ordinaires de légitimation des discours de vérité, et modifie, pour certains experts, les positions dans ce champ. Les carrières postérieures de nombre d’entre eux confirment un réajustement relatif de leurs propres prises de position, comme de celles de l’institution, tout en consacrant les positions de pouvoir d’une nouvelle génération.
Répercutés dans, et modifiés par la logique conciliaire, ces débats situent le concile dans une histoire plus longue du catholicisme. À son tour, la cartographie dynamique de l’espace théologique qui se dessine aide à placer la théologie dans une histoire internationale des circulations intellectuelles, celles des idées comme celles des hommes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire