Appel à communications. AFHRC. Transmettre la religion (XIXe-XXe siècles)

Le Bureau de l’AFHRC lance un appel à communications pour la Journée d’études que l’association organise traditionnellement le dernier samedi du mois de septembre. La journée portera cette année  sur le thème « Transmettre la religion. Écoles, familles et États (XIXe -XXe siècles) et se tiendra le 30 septembre 2017 à Paris.

Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire de la journée, les modalités de soumission des propositions et la composition du comité scientifique.

Argumentaire

À l’heure où l’on dénonce à la fois la « sainte ignorance » des croyants et la visibilité renouvelée de la religion, cette journée d’études se propose d’interroger les modalités et les contenus de la transmission religieuse dans les sociétés contemporaines, à travers trois de ses acteurs majeurs, l’institution scolaire, la famille et l’État, et participent à la construction des identités individuelles et collectives.

Si la question de la transmission religieuse a fait l’objet de travaux récents pour le très contemporain, elle est moins abordée dans une perspective historique de longue durée, à l’exception des travaux mettant l’accent sur les politiques publiques concernant la transmission du religieux, en particulier à l’école, et sur le rôle des femmes dans la transmission de la foi. Former le citoyen, transmettre la religion ou au contraire la bannir : école et familles sont apparues pour l’État moderne comme pour la société civile un enjeu clé de la socialisation et notamment de la socialisation religieuse des nouvelles générations. Dans des contextes de sécularisation voire d’interdiction de transmission officielle de la religion (URSS), quels sont les contournements possibles ? Quelles formes de sociabilité collective ou d’engagements individuels peuvent pallier le désinvestissement public en matière de transmission religieuse ? Là où au contraire, l’enseignement religieux est investi par l’État ou d’importantes franges de la population, quels sont ses formes et ses contenus ? La transmission religieuse à travers des réseaux d’écoles privées relève-t-elle de la privatisation de la religion ou manifeste-t-elle au contraire son maintien sur la place publique ?

L’objet de cette journée d’études est de faire le point sur les recherches récentes dans ce domaine, en envisageant autant les contenus que l’on cherche à transmettre (dogmes…) que les lieux de cette transmission, notamment dans son rapport avec l’État,  et en se focalisant enfin sur le rôle des familles. Tous les espaces peuvent être envisagés, de l’Asie aux Amériques, des espaces colonisés ou nouvellement indépendants à la vieille Europe. Toutes les confessions religieuses sont également abordées, des confessions majoritaires qui bénéficient souvent du soutien de l’État aux confessions minoritaires pour lesquelles la question se pose aussi en termes de mémoire et de survie d’une langue ou d’une identité.

Les communications pourront s’inscrire dans un des axes suivants :

Le premier axe porte sur les contenus de la transmission religieuse, que l’on ne peut réduire à une transmission de la foi. Il faut au contraire s’intéresser non seulement aux dogmes et aux croyances, mais aussi aux pratiques, à la mémoire et aux valeurs morales que cette transmission religieuse peut véhiculer. Plusieurs pistes s’ouvrent ainsi pour articuler ce qui est transmis dans la religion et la société : quelles sont les confrontations d’univers de sens dans lesquels évoluent les individus et les familles ? de quelles appropriations différenciées cette transmission religieuse peut-elle être l’objet ?

Dans un second temps, nous proposons d’étudier les vecteurs et les espaces de cette transmission religieuse. Il faut réfléchir à l’articulation entre la place reconnue à la transmission de la religion par l’État dans les institutions publiques et en particulier l’école, et mettre en regard les autres espaces de sociabilité et d’éducation investis ou développés par les familles et la société civile pour assurer la transmission religieuse (écoles privées, confessionnelles, scoutisme, littérature et réseaux sociaux…).

Enfin, un troisième axe serait directement consacré à la famille, dont on souhaite réinterroger les modalités de transmission du religieux : comment s’envisage-t-elle au sein de familles où les appartenances religieuses (mariages mixtes, présence d’athées et de croyants) diffèrent et quel rôle jouent, au-delà de l’empreinte maternelle, les différentes figures (parents, grands-parents, oncles et tantes, hommes et femmes) ? À cet égard, les conversions, entrées en religion ou au contraire détachements incitent à réfléchir aux ruptures, aux héritages et aux accommodements individuels et familiaux suscités par la transmission ou la non-transmission de la religion.

Modalités de soumission des propositions :

Les communications devront s’inscrire dans un des axes proposés. Elles peuvent porter sur toutes les religions et toutes les aires géographiques à l’époque contemporaine.

Merci d’adresser le titre et un résumé de la communication de 1500 signes ainsi qu’une courte présentation de l’auteur à anne.jusseaume@gmail.com

Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 mai 2017. Réponse début juin 2017.

Comité scientifique de la journée d’études :

Il est constitué des membres du Bureau de l’AFHRC :

Nicolas Champ (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC) ; Olivier Chatelan (Université Lyon 3 / LARHRA) ; Anne Jusseaume (Sciences Po-Paris / CHSP) ; Laura Pettinaroli (Institut catholique de Paris) ; Florian Michel (Université Paris 1) ; Yann Raison du Cleuziou (Université de Bordeaux / Centre Émile Durkheim) ; Sarah Scholl (Fonds national suisse de la recherche scientifique) ; Christian Sorrel (Université Lyon 2 / LARHRA) ; Sara Teinturier (École Pratique des Hautes Études / GSRL) ; Chantal Verdeil (INALCO / IUF).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire