Hommage à Pierre Lévêque. Texte de Jacqueline Lalouette.

L’AFHRC, qui rend hommage à Pierre Lévêque décédé le 29 janvier 2017, publie ici un texte de Jacqueline Lalouette, présidente de l’AFHRC de 2008 à 2011, sur la vie et l’œuvre de cet historien spécialiste de l’histoire politique du XIXe siècle mais également auteur de travaux remarqués en histoire du fait religieux  :

Né le 3 juillet 1927, Pierre Lévêque est mort dans sa quatre-vingt dixième année, le 29 janvier 2017. Retardé dans ses études par un séjour de cinq ans dans un sanatorium, Pierre Lévêque obtint l’agrégation d’histoire en 1953, professa dix ans dans l’enseignement secondaire, au lycée Bartholdi de Colmar, puis au lycée Carnot de Dijon. A partir de 1963, il enseigna à l’Université de Dijon, d’abord comme assistant puis comme professeur après avoir soutenu sa thèse d’État sur La Bourgogne de la Monarchie de Juillet au Second Empire. Sa retraite, prise en 1991, ne mit pas fin  son activité scientifique. Il continua d’œuvrer au sein de diverses sociétés savantes, notamment la Société d’histoire de la Révolution de 1848, et se montra très actif lors du 150e anniversaire de la Révolution de la Seconde République, puis de celui du coup d’État du Deux Décembre. Il donnait régulièrement des cours à l’Université de Bourgogne pour tous et, cette année, était en charge d’un cours sur l’extrême droite qu’il assurait à raison d’une séance hebdomadaire.

Incroyant et profondément laïque, d’une laïcité qui se voulait aimable et tolérante, Pierre Lévêque ne mésestimait pas l’importance de l’histoire religieuse. Dans ses travaux portant sur l’attitude politique des populations, il se montra attentif aux pratiques religieuses, utilisa les enquêtes épiscopales, les comptes rendus des visites pastorales… et mit en œuvre les méthodes statistiques élaborées par le chanoine Boulard. Après avoir assidument fréquenté les Archives diocésaines d’Autun, il fut contacté en 1977 par le chanoine Boulard qui lui demanda de collaborer à la vaste entreprise des Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français et de prendre en charge les diocèses bourguignons devant figurer dans le quatrième volume. Il accepta et mena pour le diocèse de Dijon un travail comparable à celui portant sur le diocèse voisin. A cette occasion, il noua des liens avec des spécialistes d’histoire religieuse, notamment avec Jacques Gadille. Retardée pour des raisons diverses, la publication de ce quatrième volume n’eut lieu qu’en 2011. Las d’attendre, Pierre Lévêque publia ses résultats sur le diocèse de Dijon dans Recueil de travaux du Centre beaunois, en 1995, et ceux sur le diocèse d’Autun dans Travaux de l’Institut de recherche du Val-de-Saône-Mâconnais, en 2004. En 2000, il préfaça le livre de Sylvain Milbach, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon. 1860-1914. Réécrivant, avec une immense générosité, la thèse de Pierre Autran consacrée au socialiste humaniste et chrétien Robert Jardillier – rendue impubliable par sa longueur – tâche que l’auteur, malade, ne parvenait pas à achever, Pierre Lévêque montra sa capacité à comprendre la spiritualité toute franciscaine de cette personnalité intellectuelle et politique, injustement mal jugée.

Il s’intéressait également à l’histoire de l’anticléricalisme, de la Libre Pensée, de la laïcité. En 1966, il donna au Mouvement social un long article pionnier intitulé « Libre Pensée et socialisme (1889-1939). Quelques points de repère », à une époque où peu d’historiens – ils étaient deux, lui et Jean-Marie Mayeur – s’intéressaient à l’histoire de ce courant de pensée et de ce mouvement. En 1985, il participa aux Entretiens d’Auxerre, fondés par Léo Hamon avec l’appui de Jean-Pierre Soisson, le sujet fixé cette année-là portant sur les liens entre le jansénisme, la déchristianisation et la laïcité. Il y présenta une communication intitulée « Vigne, religion et politique en France aux XIXe et XXe siècles ».

            Pierre Lévêque était un homme de grande culture, qui faisait toujours preuve d’une très grande bienveillance. Sa mort représente une grande perte pour la communauté des historiens contemporanéistes.

Jacqueline Lalouette, présidente de l’AFHRC de 2008 à 2011.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire