Colloque : Les Printemps arabes et le religieux, 10 février 2012

Valentine ZUBER organise le 10 février 2012 au Collège des Bernardins, avec la collaboration scientifique de l’Institut du Monde Arabe (IMA) et de l’Institut Européen en science des religions (IESR), un colloque sur les Printemps arabes et le religieux.

Les révolutions arabes ont surpris l’opinion internationale et les médias. Elles ont bousculé les clichés occidentaux, attirant l’attention sur les transformations que connaît le monde musulman. Sous la poussée conjuguée de la modernisation sociale interne et de la mondialisation, ce monde s’ouvre à une certaine sécularisation. Peut-être moins visible que l’islamisme politique ou social, parfois rejetée intellectuellement et non pensée, différente de celle qu’a connue l’Europe, non univoque, se conjuguant parfois avec un retour du religieux, cette sécularisation est néanmoins tangible.

Parce qu’il n’y a pas d’évolution unique ou linéaire du rapport entre le religieux, le social et le politique et parce que le religieux n’est pas indépendant de la société dans laquelle il évolue, l’objectif de ce colloque est de revenir sur l’analyse globale de la sécularisation dans le monde musulman, notamment à travers les révolutions arabes et l’étude des interrogations qu’elles soulèvent sur la place et le rôle du religieux.

Programme :

8h45-9h10  Ouverture du colloque : Michel de Virville, directeur du Collège des Bernardins.

9h10-9h30  Pourquoi un dialogue sur le religieux en Méditerranée ? Présentation de l’ouvrage Laïcités et sociétés en Méditerranée.

Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France, Collège des Bernardins ;

Valentine Zuber, maître de conférences à l’École pratique des hautes études.

 9h30-11h  Les sécularisations et les laïcités en Méditerranée

Modérateur : Valentine Zuber, maître de conférences à l’École pratique des hautes études.

Abdelmajid Charfi, professeur émérite à l’université de Tunis ;

Mohammed-Sghir Janjar, directeur-adjoint de la Fondation du Roi Abdul-Aziz pour les Études islamiques et les sciences humaines ;

Ahmad Salamatian, politologue ;

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

 11h20-13h  Les femmes et le religieux dans les Printemps arabes

Modérateur : Marjorie Moya, doctorante à l’université Paris VII-Diderot.

Latifa Lakhdar, maître de conférences à la Faculté des sciences humaines et sociales de   Tunis ;

Saïda Ounissa, vice-présidente du Forum of European Muslim Youth and Student Organizations ;

Wassyla Tamzali, ancienne directrice des droits des femmes à l’Unesco, écrivain, essayiste algérienne.

 13h-14h30 Pause

 14h30-17h Les Printemps arabes et le religieux

Modérateur : Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche au Groupe « sociétés, religions, laïcités » (CNRS).

Yadh Ben Achour, président de la Haute instance tunisienne de la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique ;

Amr El Shobaki, président du Forum arabe pour les alternatives, membre du Centre d’études stratégiques Al-Ahram ;

Vincent Geisser, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient de Beyrouth (CNRS), président du Centre de formation et d’étude sur les migrations internationales ;

Nabil Mouline, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris.

17h20-19h La Turquie, un nouveau modèle pour les Printemps arabes ?

Modérateur : Fabienne Robert, doctorante à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, Collège des Bernardins.

Samim Akgönül, maître de conférences à l’université Marc Bloch ;

David Behar, responsable-adjoint du Pôle religions du Ministère des Affaires étrangères ;

Gérard Groc, chercheur associé à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (CNRS) ;

Dorothée Schmid, responsable du « programme Turquie » contemporaine à l’Institut français des relations internationales.

19h-20h Pause

20h-22h Printemps arabes, religion et modernité

Modérateur : Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France, Collège des Bernardins.

Yadh Ben Achour, président de la Haute instance tunisienne de la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique ;

Abdelmajid Charfi, professeur émérite à l’université de Tunis ;

Régis Debray, philosophe, écrivain, président d’honneur de l’Institut européen en sciences des religions ;

Abdou Filali-Ansary, professeur de philosophie, ancien directeur de la Fondation de l’Aga Khan ;

Raphaël Liogier, Professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire