Les prêtres ouvriers après Vatican II

L’AFHRC signale la parution du livre Les prêtres-ouvriers après Vatican II. Une fidélité reconquise, Paris, Karthala, 2016 sous la direction de Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, dans la collection « Signes des temps ».

Il y a tout juste 50 ans, l’Église catholique repensait sa relation au « monde » au cours du concile Vatican II et autorisait à nouveau des prêtres à entrer au travail en usine et sur les chantiers. Après la brusque interruption de 1954, l’espoir renaissait. C’est pour marquer cet événement et dire la pertinence de l’intuition des prêtres-ouvriers que l’Équipe nationale (ENPO) a voulu organiser en décembre 2015 un colloque à la Bourse du Travail de Saint-Denis (93).

Sous la direction de Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule (IMM/CEMS/EHESS), diverses contributions, lors du premier jour du colloque, ont analysé les enjeux d’histoire religieuse, sociale et culturelle que soulève la présence en usine de prêtres à partir de 1965. La seconde journée, philosophes et théologiens ont tenté de ressaisir les caractéristiques de notre société moderne pour mettre en valeur les éléments susceptibles de structurer un ministère presbytéral nouveau dans une Église qui se voudrait servante de l’humanité.

Les actes de ce colloque, enrichis de productions apportées lors de manifestations régionales célébrant ce même cinquantenaire, sont d’un apport essentiel pour maintenir ouverte la réflexion avec tous ceux et celles qui se sentent concernés, en Église et dans notre société, par l’avenir de ce que fut et est encore l’intuition des prêtres-ouvriers.

Sommaire :

Avant-propos de l’équipe nationale des prêtres-ouvriers, par Bernard Audras, Jean-Claude Auguin, Bernard Massera.

Introduction générale. Des rapports difficiles entre sciences sociales et acteurs religieux, par Tangi Cavalin, Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule.

Première partie : La « relance » de 1965 : objet d’histoire, enjeu d’interprétation

1. Centralité ou marginalité des prêtres-ouvriers dans le catholicisme français ? Introduction historiographique, par Tangi Cavalin.

2. 1954-1965 : un tunnel ? Remarques sur une périodisation, par Tangi Cavalin.

3. Une génération de la relance ? Jalons pour un portrait de groupe, par Nathalie Viet-Depaule.

4. L’engagement sur le terrain ouvrier de femmes laïques consacrées (1944-années 68), par Michèle Rault.

5. Les prêtres-ouvriers au travail dans les années 68. Un regard décalé, par Xavier Vigna.

6. La Baraque et la Citadelle. Prêtres navigants et laïcs à Dunkerque 1967-1980, par Catherine Berger.

7. Le ciel était…, passé d’une proposition apostolique, présent d’un témoignage à délivrer ?, par Frédéric Gugelot.

8. Les prêtres-ouvriers après 1965. Une double fidélité au risque de la reconnaissance, par Charles Suaud

Deuxième partie : Expériences, témoignages et analyses

Introduction, par Bernard Massera.

9. Quelques témoignages, par Christian Schmidt, Yves Bongiorno, Jean-Louis Cathala Pascale Morel, Jean-Claude Auguin, Grace Beugre.

10. Quel « être-avec » au travail aujourd’hui ?, par Jean-François Petit.

11. L’intuition des prêtres-ouvriers, par Gérard Meunier-Hauguel.

12. Ministères pour une Église en plongée, Marcel Annequin.

13. Les prêtres-ouvriers, entre désenchantement et imagination, Jean-Louis Souletie.

14. Entre mémoire et interrogations, par André Cerutti, Maurice Cusin, Charles Genoud, Ulysse Jolivet, Pierre Miot, Joseph Rey, Jean Veyrat, Georges Beillevaire, Jean Deries, Henri Brisfert, Sandro Cuadrado.

Annexes : Compagnons de route, par Claude Doucet, Bernard Thibaud.

Postface : Et maintenant ? Questions aux prêtres-ouvriers. Questions à l’Église catholique, par Robert Dumont.

Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule (dir.), Les prêtres-ouvriers après Vatican II. Une fidélité reconquise, coll. « Signes des temps », Paris, Karthala, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire