Des catholiques en République. Le Finistère dans les débuts de la Troisième République

Vient de paraître Les catholiques et la République (Finistère, 1870-1914), un recueil d’articles de Marie-Thérèse Cloître, maître de conférences honoraire en histoire contemporaine de l’Université de Bretagne occidentale.

Derrière la vaste et classique question de l’articulation de l’identité catholique et de la République, l’unité du volume réside dans le sous-titre, le Finistère, 1870-1914, c’est-à-dire la rencontre en ce lieu entre des catholiques bas-bretons tenant à leur fidélité religieuse et à leurs us et une République qui s’en méfie et s’affirme résolument laïque et émancipatrice à la fin du XIXe siècle.
Que se passe-t-il quand un groupe social profondément religieux doit s’adapter à un système politique radicalement laïque ? Cette question fut celle de bon nombre de catholiques finistériens confrontés à la République de Jules Ferry et d’Émile Combes. Pour ses partisans, au tournant du XIXe et du XXe siècle, la République était un régime. Pour « les populations fanatiques et cléricales du Léon », comme les qualifiait en 1888 le préfet du Finistère, elle était une doctrine, hostile à leurs croyances et à leurs coutumes. Les études proposées seront l’occasion de voir comment, la restauration de la monarchie devenant de plus en plus improbable, les jeunes prêtres de la génération Léon XIII, qui faisaient en effet l’opinion dans les campagnes du Léon – moins en Cornouaille ou en Trégor – se sont ralliés au régime républicain pour essayer de le transformer de l’intérieur, tout en développant un puissant réseau d’oeuvres sociales afin d’accompagner le progrès tout en en gardant le contrôle. Sera aussi examinée l’action énergique menée à Brest, ville militaire et ouvrière, par le curé de l’emblématique paroisse Saint-Louis, l’abbé Roull, dans un jeu triangulaire complexe entre catholiques, libéraux et socialistes. Avec, au bout du compte, les premiers signes – l’avènement d’un militantisme féminin autonome, par exemple – d’un effet paradoxal de cette stratégie contresociale : la modernisation interne d’un catholicisme qui s’était promis de catholiciser la modernité.

Table des matières :

Préface
Avant-propos
Prologue : La démocratie chrétienne en Léon avant 1914

I. Catholicisme social et démocratie chrétienne

1. La réception de Rerum novarum dans le diocèse de Quimper et de Léon.
2. La Conférence des Œuvres au grand séminaire de Quimper, 1885-1908.
3. Les presbytères contre les châteaux (1) : l’élection de l’abbé Gayraud (24 janvier 1897).
4. Les presbytères contre les châteaux (2) : l’invalidation et la réélection de l’abbé Gayraud (29 août 1897).

II. Une forteresse catholique, la paroisse Saint-Louis de Brest, 1898-1914

5. L’Écho Paroissial de Brest, un journal militant.
6. « Menaces pour l’église ».
7. « Dieu, Famille, Patrie ».

III. Au cœur du mouvement catholique

8. Femmes et militance catholique dans le Finistère avant 1914.
9. Femmes et Séparation dans le diocèse de Quimper et de Léon.
10. Les recteurs finistériens face aux inventaires de février-mars 1906.

IV. Mars, Marianne, Marie

11. L’église dans la rue et dans la rade : le cas de Brest, port de guerre.
12. Les œuvres militaires dans le diocèse de Quimper et de Léon des années 1880 à 1914.
13. Des marins « morts pour la Patrie »,1905-1913.
14. Politique et dévotion : couronnements mariaux en Finistère, 1858-1913.
15. Bleu, blanc, rouge. Marie et Marianne dans La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 1886-1914.

Bibliographie de Marie-Thérèse Cloître.

Marie-Thérèse Cloître, Les catholiques et la République. Finistère, 1870-1914, Brest, CRBC – Institut Culturel de Bretagne, 2017, 408 p., 20 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire