La Jeune République, un mouvement catholique et républicain en son temps

Viennent de paraître, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’Université Paris Sorbonne, les actes de la journée d’études organisée par l’Institut Marc Sangnier et le Centre d’histoire du XIXe siècle en 2012 et consacrée à la Jeune République de 1912 à nos jours.
Fondée en 1912 par Marc Sangnier, la Ligue de la Jeune République se proposait de concilier adhésion à la République et attachement aux principes chrétiens. Après la Grande Guerre, elle soutint le combat pour la paix menée par Sangnier. Sur le plan électoral en revanche ses résultats furent modestes, ce qui conduisit Marc Sangnier à s’en détacher en 1932. La Jeune République continua néanmoins son activité et se transforme en parti en 1936. Elle adhéra alors au Front populaire et obtint cinq députés en 1936, se situant donc délibérément à gauche de la démocratie chrétienne. Ses quatre députés présents à Vichy le 10 juillet 1940 refusèrent de voter les pleins pouvoirs à Pétain, tandis qu’un grand nombre de jeunes républicains entrèrent ensuite dans la résistance. À la Libération, la Jeune République conserve son autonomie, malgré les appels du MRP à le rejoindre. Ce petit parti suit une ligne originale, défendant un programme social avancé et attira alors de nombreux déçus du MRP, dont l’abbé Pierre. Si la majorité de la Jeune République rejoint finalement le PSU, une petite minorité maintient le parti qui développe un « socialisme personnaliste » avant de se mettre en sommeil en 1985.
Vingt documents et 205 notices biographiques complètent le volume.

Table des matières :

Vincent Rogard : Introduction.
Jean El Gammal : Les forces politiques en France en 1912.
Gearóid Barry : Les débuts de la Jeune République (1912-1924).
Olivier Prat : La Jeune République : un parti de centre gauche (1932-1940).
Jean-Claude Delbreil : Les « frères séparés » de la Démocratie Chrétienne : la Jeune République et le Parti Démocrate Populaire (1912-1940).
Anne-Valérie Étendard : Une figure militante de la Jeune République : Germaine Malaterre-Sellier.
Jacques-Olivier Boudon : Les Jeunes Républicains en Résistance.
Jean-François Kesler : La Jeune République dans l’après-guerre (1944-1960). De la Libération à la Ve République, du MRP au PSU.
Vincent Soulage : La Jeune République après le PSU face à la politisation des chrétiens de gauche (1960-1985).

Jacques-Olivier Boudon, avec le concours d’Anne-Valérie Étendard et Olivier Prat : Dictionnaire des Jeunes Républicains.

Documents

1. Programme et statuts de la Jeune République, 1912.
2. Paroles Jeunes Républicaines. Pourquoi les femmes doivent voter ? La réaction sénatoriale, par Geneviève Malaterre-Sellier, 1922.
3. « La vie des jeunes en 1925 », par Henri Guillemin.
4. « La Jeune République et le problème colonial », par Georges Hoog, 1926.
5. Vous n’aimez pas la politique ?… Il faut pourtant en faire. La Jeune-République vous en donne le moyen, par André Lecomte, 1927.
6. Programme de la Ligue de la Jeune République, 1928.
7. Lettre de Marc Sangnier aux adhérents de la Ligue de la Jeune République, 15 mai 1932.
8. « Ce qu’est le capitalisme. La suppression du capitalisme est-elle légitime ? », XIVe congrès, 11-13 novembre 1932.
9. « La Jeune République et le communisme », par Philippe Wolff, 1934.
10. Organigramme du Parti après le congrès de mai 1939.
11. « Europe », par Jean Decourt [Maurice Lacroix], février 1943.
12. « Renouveau », par Maurice Lacroix, octobre 1944.
13. Lettre de Marc Sangnier à Maurice Bourel, 5 décembre 1944.
14. Un témoignage de Marc Sangnier. « D’Hier à Demain », février 1945.
15. Commission exécutive de la JR à l’issue du congrès de septembre 1945.
16. « Appel à nos camarades de la Jeune République », août 1946.
17. Lettre de Marcel Couvreur, président de la fédération JR de l’Orne à Jean-Jacques Gruber, secrétaire général de la Jeune République, 28 janvier 1951.
18. « À tous nos amis », par Maurice Lacroix, mars 1953.
19. « Illusions européennes et réalités françaises », par Roger Jacques [Jacques Delors].
20. Manifeste de Bierville : le socialisme personnaliste, 1975.

Table des matières étendue : Boudon.Jeune République.Table des matières

Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République, 1912 à nos jours. Histoire et influence, Paris, Honoré Champion (Bibliothèque d’études des mondes chrétiens), 2017, 348 p., 45 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire