Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au XIXe siècle

Vient de paraître sous la direction de Philippe Desmette (Université Saint-Louis, Bruxelles) et de Philippe Martin (Université Lumière Lyon 2), un volume consacré aux Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge à l’époque contemporaine et qui prolonge deux journées d’études internationales tenues en 2015.
Fêtes de précepte, fêtes civiques, jours fériés, autant de réalités qui, dès le Moyen Âge, à l’époque moderne et jusqu’à nos jours, rythmèrent le temps des sociétés occidentales. Ces fêtes sous-tendent une adhésion à des valeurs – qu’elles relèvent du temps sacré ou du temps profane –, mais aussi un rapport au travail – proscrit à ces occasions. Sont ainsi envisagés l’origine des fêtes chrétiennes, leur développement, les obligations liées et, en corollaire, les comportements qu’elles suscitent, qu’ils s’inscrivent ou non dans la norme. En lien intervient la question de l’attitude des autorités ecclésiastiques et civiles face à d’éventuelles déviances, en prenant en compte les ruptures confessionnelles (protestantisme), l’évolution des sociétés et les critiques formulées sur la base de motifs sociaux, économiques ou philosophiques. Le XIXe siècle marquera un tournant fondamental qui, tout en établissant de nouvelles fêtes, liées à la laïcisation en vigueur, conservera un statut privilégié à nombre de moments religieux.

Table des matières

Philippe Desmette et Philippe Martin : Introduction. la fête : un enjeu entre sacré et profane.

Lionel Obadia : Ouverture : Obligations, calendriers liturgiques et festivités. Regards anthropologiques sur les religions non occidentales.

I. Le temps de la fixation des normes

Bruno Dumézil : Le dimanche chômé à l’époque romano-barbare.
Charles Mériaux : Fêtes et jours chômés dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècles).
Catherine Vincent : Les jours fériés et leur observance en Occident entre le XIIIe et le XVe siècle.
Christine Barralis : Jours chômés et fêtes dans la moitié nord du royaume de France au XVe siècle, d’après les normes épiscopales.

II. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Philippe Desmette : La réforme des fêtes de précepte dans les Pays-Bas autrichiens en 1751 : une affaire d’État(s).
Marco Rochini : Le débat sur la réduction des fêtes religieuses de précepte en Italie au XVIIIe siècle : Guadagnini et le Progetto di fissazione del calendario ecclesiastico.
Philippe Moulis : Prélats jansénistes et calendriers diocésains dans la France septentrionale.
Gaël Rideau : La fête processionnelle en France au XVIIIe siècle entre dévotion et police.
Nicolas Guyard : Identités urbaines et fêtes d’obligation à Lyon au XVIIIe siècle.

III. Aux marges de la catholicité

Alain Cabantous : Un calendrier à l’épreuve. Dimanches et jours fériés en Angleterre fin XVIe-XVIIe siècle.
Yves Krumenacker : Les fêtes dans le monde réformé (XVIe-XVIIIe siècles).
Nicolas Champ : Une fête religieuse impensable chez les protestants français ? La « fête des morts dans l’Église réformée » (1901).

IV. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Philippe Martin : Contraindre à la messe.
Pierre-Olivier De Broux et Florence Maertens de Noordhout : Repos dominical et jours fériés en Belgique au XIXe siècle : la transformation des obligations religieuses en revendication sociale.
Vincent Petit : Calendrier légal et temps religieux. Célébrer la messe pro populo de Benoît XIV à Pie IX.

Philippe Desmette et Philippe Martin : Conclusions.

Philippe Desmette et Philippe Martin (dir.), Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômes du Moyen Âge au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, 248 p., 23 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire