La Restauration revisitée

L’« union du Trône et de l’Autel » est une formule devenue banale à force d’être répétée pour désigner les relations entre pouvoir politique et pouvoir religieux sous la Restauration. Or de nombreuses tensions demeurent, trop souvent occultées ou sous-estimées. L’ouvrage, dirigé par le trésorier de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine Matthieu Brejon de Lavergnée et Olivier Tort, reprend le dossier à la lumière du renouveau historiographique dont jouit aujourd’hui la Restauration. De nombreux membres de l’Association participent au volume.

Les problèmes administratifs qui se posent durant cette période, tels que le financement public des cultes, la création d’un ministère dédié aux affaires religieuses, ou encore la formation des rabbins sous tutelle de l’État, ont une résonance polémique qui n’a pas perdu toute actualité.

Les questions mémorielles constituent aussi un enjeu prépondérant des relations entre politique et religion : commémorations du régicide de 1793, ordonnancement protocolaire des messes du Saint-Esprit, discours prophétique de faux Louis XVII, tout est prétexte à raviver les conflits et les haines du passé, malgré les volontés conciliatrices d’un Chateaubriand par exemple.

Enfin, l’étude de divers groupes de pression montre que les relations entre le pouvoir royal et les milieux chrétiens ne sont pas elles-mêmes sans nuage : députés cléricaux, évêques membres de la pairie, pasteurs protestants ou encore étudiants royalistes essayent, chacun à leur manière, d’influencer l’État et le monde politique pour imposer leur vision du monde.

Table des matières

Jacques-Olivier Boudon, Introduction. Regard historiographique

I. La gestion publique des cultes : une adaptation continue

Jean-Pierre Moisset, Une expression de la politique religieuse de la Restauration : le financement public des cultes
Rémy Hême de Lacotte, Le ministère des Affaires ecclésiastiques : retour sur une spécificité de la Restauration
Nadine Gastaldi, La Restauration et la création de l’École rabbinique de Metz (1829)

II. Assumer le passé : querelles symboliques et conflits de mémoire

Thibaut Trétout, Le politique à la grâce de Dieu ? Les messes du Saint-Esprit sous la Restauration
Emmanuel Fureix, Expier le régicide : autour du 21 Janvier sous la Restauration
Paul Airiau, Le Dieu absent des faux dauphins de la Restauration
Jean-Paul Clément, Chateaubriand et l’Église de la Restauration

III. Peser sur le présent : échos d’une politique ambiguë

Pierre-Yves Kirschleger, La chaire protestante face au retour du roi (1814-1815)
Matthieu Brejon de Lavergnée, Une « jeunesse des écoles » royaliste ? La Société des Bonnes études dans le Quartier latin des années 1820
Olivier Tort, La rhétorique de la pitié : discours parlementaires sur la misère matérielle du clergé (1815-1830)
Séverine Blenner-Michel, Des évêques à la Chambre des pairs

Matthieu Brejon de Lavergnée et Olivier Tort (dir.), L’union du Trône et de l’Autel ? Politique et religion sous la Restauration, Paris, PUPS (Roland Mousnier), 2012, 252 p., 18 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire