Colloque, 30-31 mai 2012: Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre

Les enseignements religieux ont placé les définitions de « féminin » et « masculin » et les catégories de « sexe » au cœur des conceptions normatives des relations humaines et des comportements à prescrire. L’étroite relation du genre avec la représentation des origines humaines, de la filiation, de la génération, de la nature, de l’altérité et des sexualités, en fait un pivot civilisationnel majeur et un axe privilégié d’une pensée du devoir, de l’agir, du licite et de l’illicite.
Les normes religieuses de genre prennent à la fois la forme de pouvoir discursif et de représentations et celle d’une discipline des corps. Elles ne sont pas forcément perçues comme des contraintes, elles sont aussi portées par l’aspiration des individus ou de groupe d’individus à se conformer à une règle de vie. Malgré l’apparente immobilité qu’elles confèrent aux principes de féminin et de masculin, les normes religieuses de genre n’en évoluent pas moins et sont confrontées aux mutations de genre. Ont ainsi été remises en cause les conceptions d’un ordre divin ou naturel, d’un « ordre symbolique » ou encore d’une « anthropologie des sexes ».
Les normativités religieuses sont confrontées à des revendications égalitaires, à des modes de transgression et de subjectivation, notamment des femmes ou des sexualités minorisées au sein d’un univers de sens androcentré et hétéronormé. Les capacités d’agir (agency) des individu-e-s contribuent également à faire émerger une pluralité de normes alternatives.
Ce colloque, organisé par le programme Genre religion laïcités du Groupe Sociétés Religions Laïcités (EPHE/CNRS) dirigé par Florence Rochefort, vise à interroger les capacités de résistance aux changements des mondes religieux autant que leur potentiel d’adaptation à des modèles alternatifs ou concurrentiels, dans des contextes de sécularisation, de laïcisation ou de dé-sécularisation.

Programme

Mercredi 30 mai

8h45 : Accueil.
9h00 : Florence Rochefort, Histoire et études de genre, CNRS/GSRL, Maria Eleonora Sanna, Science politique et études de genre : Ouverture.

Normes religieuses, Genre et Sexualités. Résistances et adaptations
Présidence : Sandra Laugier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Eleni Varikas, Science politique et études du genre, CNRS/GTM : Max Weber, ou la sexualité au cœur de la sociologie des religions.
Vincent Goossaert, Histoire, CNRS/GSRL : La morale sexuelle dans les livres de morale chinois.
Martine Gross, Sciences sociales, CNRS/CEIFR : Les rabbins français et l’homosexualité : discours et attitudes.
Débat
Pause café

Présidence : Michel Bozon, INED.

Roberto Blancarte, Sociologie, Colegio de México : Droits sexuels, catholicisme, et laïcité au Mexique.
Sébastien Fath, Histoire, CNRS/GSRL : Autour de l’affaire du Pasteur Doucé (années 1970).
Jean-Paul Willaime, Sociologie, EPHE/GSRL : Diversité protestante et homosexualité.
Débat

Déjeuner
Reprise à 14h00

Présidence : Denis Pelletier, EPHE/GSRL.

Sara Teinturier, Science politique, CERAD : Gémination, coéducation des sexes et mixité. Un débat catholique dans la France de l’entre-deux-guerres, entre doctrine et pragmatisme.
Romain Carnac, Science politique, EPHE : S’adapter pour mieux résister. L’innovation théologique de Jean-Paul II en matière de sexualité.
Céline Beraud, Sociologie, Université de Caen : Retour sur la querelle des manuels scolaires.
Priscille Touraille, Anthropologie, CNRS : Procréationnisme et religion. Au croisement des études du genre et des sciences de l’évolution : quelques remarques d’actualité.
Débat
Pause café

Recomposition des normes. Stratégies des acteurs et mobilisations collectives
Présidence : Virginie Vaté, CNRS/GSRL.

Joëlle Allouche-Benayoun, Psychosociologie, UPEC/GSRL : Mariage et divorce juifs : critiques féministes juives orthodoxes contemporaines d’une norme inégalitaire.
Ibtissem Ben Dridi, Anthropologie, EHESS : Quand protéger les corps c’est ouvrir les sexualités. Dynamique des normes et des pratiques dans la société tunisienne contemporaine.
Séverine Mathieu, Sociologie, EPHE/GSRL : Au nom du père : religions et Assistance Médicale à la Procréation (AMP).
Corinne Fortier, Anthropologie sociale, CNRS/EHESS : Procréations médicalement assistées en islam. Questions de sexualité, de genre et de filiation.
Débat
Cocktail

Jeudi 31 mai

8h45 : Accueil.

Recomposition des normes. Stratégies des acteurs et mobilisations collectives (suite)
Présidence : Rebecca Rogers, Université Paris 5 Paris-Descartes.

Gwendoline Malogne-Fer, Sociologie, CNRS/GSRL : La féminisation du pastorat de Polynésie française : entre banalisation et résistances.
Anna Neubauer, Anthropologie, Université de Neuchâtel : Légitimation de l’autorité religieuse féminine dans le soufisme turc contemporaine : les femmes peuvent-elles prendre place dans une chaîne de transmission ?
Samer Ghamroun, Science politique, ISP/ENS Cachan : L’autonomie normative des communautés religieuses à l’épreuve des mobilisations des femmes au Liban.
Thierry Maire, Science politique, Paris : Les revendications LGBTTI à Mexico, El Salvador et en Colombie : entre démocratie et laïcité.
Débat
Pause café

Présidence : Claire de Galembert, CNRS/ENS Cachan.

Stéphanie Latte Abdallah, Sociologie, CNRS/IREMAM : Les féminismes islamiques au moment révolutionnaire.
Florence Bergeaud-Blackler, Sociologie, IREMAM : Les mouvements Gay Muslims : genèse et enjeux.
Eva Marzi, Sociologie, Université de Lausanne : Les engagements politico-religieux au féminin : le cas des femmes musulmanes en Suisse Romande.
Débat

Déjeuner
Reprise à 14h00

Genre et enjeux politico-religieux
Présidence : Martine Cohen, CNRS/GSRL.

Jacqueline Heinen, Sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines : Le poids de la religion sur le statut des femmes, par-delà nations et continents.
Marie-Dominique Even, Histoire, CNRS/GSRL : Représentations religieuses et genre en Mongolie communiste et post-communiste.
Sébastien Tank-Storper, Sociologie, CNRS/LISST-CAS : La Rabbanout israélienne à l’épreuve du genre. Le cas des Agounot.
Débat
Pause café

Présidence : Michelle Zancarini-Fournel, Université Lyon 2/LARHRA.

Fabio Giomi, Science politique et études islamiques, Université de Pérouse : La guerre des corps. La Communauté Islamique de Bosnie et Herzégovine et la production des normes religieuses de genre (1878-1941).
Vincent Vilmain, Histoire, EPHE/GSRL : Le corps et le cœur de la nation. Les femmes sionistes et la réappropriation de la maternité nationale.
Blandine Chélini-Pont, Histoire, Université d’Aix-en-Provence : Discours anti-féministe des conservatrices catholiques américains.
Maria Eleonora Sanna, Science politique et études du genre, CNRS/GSRL : Catholicisme, genre et néolibéralisme.
Débat

Philippe Portier, Science Politique, EPHE-CNRS/GSRL : Conclusion.

Le colloque se tiendra sur le site Pouchet du CNRS, Salle des Conférences, 59, rue Pouchet, 75017 Paris
Métro Guy Môquet ou Brochant ; Bus 66 arrêt Jonquière ; rer C Porte de Clichy
Contact et inscription : R-Danielle Breseghello, (33) 01 40 25 12 75, r-danielle.breseghello@gsrl.cnrs.fr

Programme du colloque : Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire