Journée d’étude : Une voie protestante dans une décennie de révolutions (années 1960-1970) ?

La décennie 1960 marque une étape mésestimée dans l’histoire du protestantisme français. Le 8 juin 2012, une journée d’études internationale organisée à l’université Montpellier 3 par Pierre-Yves Kirschleger et Michel Fourcade reviendra sur ce moment riche en évolutions.

En effet, cette décennie marque d’abord la fin d’une époque, celle du déclin du barthisme, celle aussi du « patriarche » Marc Boegner, qui quitte en 1961 la présidence de la Fédération Protestante de France après 30 ans d’exercice.

Elle est ensuite caractérisée par une véritable explosion œcuménique : le « petit » protestantisme français devient un partenaire recherché du « géant » catholique, selon l’expression de Rémi Fabre. Les expériences œcuméniques se multiplient et ouvrent des perspectives inédites.

Elle est aussi celle d’une crise, parallèle à la crise catholique étudiée par Denis Pelletier (2002), et de contestations internes : crise des mouvements de jeunesse, crise théologique également. Sans concile ni trompette, le protestantisme assiste à une décomposition du courant barthien, voit se développer une « théologie du monde », progressiste, autour de pasteurs comme Georges Casalis ou d’intellectuels comme Paul Ricœur ; l’annonce directe de l’Évangile laisse place à l’engagement politique et social.

Elle est donc une période d’effervescence, où surgissent bien des interrogations critiques – sur les lectures de la Bible –, ecclésiales – l’accès des femmes au pastorat, la question de la diversité des ministères, et plus généralement des structures ecclésiales –, politiques – à travers le rapport Églises et Pouvoirs de 1971 notamment.

Enfin, la décennie est celle de la montée en puissance du protestantisme évangélique, affirmation médiatique avec les campagnes d’évangélisation de l’Américain Billy Graham (1963), affirmation théologique avec la création en 1965 de la Faculté de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine et la réactivation de celle d’Aix-en-Provence, affirmation dans le paysage ecclésial avec la création en 1969 de la Fédération Evangélique de France.

La journée s’attachera à mettre en perspective les travaux épars sur ces années de « révolutions », pour en dégager les principaux apports dans le domaine de la spiritualité aussi bien que dans celui de l’engagement socio-politique.

Programme :

9h30: Accueil.
Pierre-Yves Kirschleger, Université Montpellier 3 : Introduction.

Première séance : Les protestants évangéliques face aux changements
Présidence : professeur Gérard Cholvy, Université Montpellier 3.

Frank La Barbe, CERCE, Université Montpellier 3 : L’apparition des mouvements charismatiques protestants en France : un pentecôtisme des Sixties ?
Didier Vallée, Société d’Études du Méthodisme Français : L’influence de la théologie wesleyenne dans le protestantisme français.
Maurice Verfaillie, docteur en science des religions, ancien secrétaire général de l’Association Internationale pour la Défense de la liberté religieuse : L’identité religieuse adventiste, fondamentalisme conservateur ou dynamisme de la foi ?

Reprise des travaux à 14 heures.

Seconde séance : Crises d’identité ?
Présidence : professeur Carol Iancu, Université Montpellier 3.

Martha Gilson, Université Lyon 2 : Comment s’adapter à la modernité ? Les œuvres sociales protestantes.
Gérard Delteil, Faculté de théologie protestante de Montpellier : Semper reformanda : du rapport Keller (1966) au rapport Delteil (1970).
André Encrevé, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne : Le changement d’image d’Israël dans l’hebdomadaire Réforme à la suite de la Guerre des Six jours.
Pierre-Yves Kirschleger, Université Montpellier 3 : Projet de création d’un Fonds d’archives protestantes aux Archives Départementales de l’Hérault.
Michel Fourcade, Université Montpellier 3 : Conclusions.

Clôture de la journée à 17h.

Programme : journée d’étude, 8 juin 2012 

Détails pratiques : Les séances se tiennent Site de Saint-Charles, salle des Colloques n° 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3.
Contact : pierre-yves.kirschleger@univ-montp3.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire