Militants catholiques face à la consommation

Il y a plus d’un siècle, bien avant la naissance du commerce équitable, des citoyens se font les apôtres d’une consommation engagée. Une association, la Ligue sociale d’acheteurs, incite en effet les consommateurs à tenir compte des conditions de travail des ouvriers et des employés. Elle conseille par exemple de ne pas faire ses courses le dimanche afin de promouvoir le repos hebdomadaire ou de choisir sa couturière sur une liste qu’elle a établie.

Catholiques atypiques, ouverts à d’autres pays, à d’autres religions et à de nouveaux rapports de genre, ces militants choisissent le biais de la consommation pour traiter de questions politiques et sociales – une idée venue de Grande-Bretagne et des États-Unis – et trouver leur place dans la IIIe République.

En retraçant les origines, l’histoire et la postérité de la Ligue, des années 1880 jusqu’aux années 1930, Marie-Emmanuel Chessel, directrice de recherches au CNRS et membre du Centre de recherches historiques à l’École des hautes études en sciences sociales, offre un éclairage inédit sur l’histoire de la société française dans la première moitié du XXe siècle.

Sommaire

Introduction / Des consommateurs engagés

I – Une idée américaine revisitée par des catholiques français (1887-1902)

Chapitre 1 / Londres, New York, Paris. Circulations internationales et genèse des ligues de consommateurs
Naissance et disparition d’une association à Londres
La renaissance des ligues aux Etats-Unis
Henriette Brunhes et la circulation des associations féminines
Jean Brunhes et l’« américanisme »

Chapitre 2 / Consommation et politisation des femmes catholiques
Aux sources de l’engagement féminin
La Ligue sociale d’acheteurs à l’origine de ruptures personnelles et collectives
L’espace des associations féminines à Paris en 1900

Chapitre 3 / Des intellectuels catholiques ralliés à la République
Des parcours diversifiés d’intellectuels catholiques
Des institutions pour former aux questions sociales
Des économistes et des juristes aux origines du droit du travail

II – Le travail militant des acheteuses (1903-1914)

Chapitre 4 / Femmes et hommes dans la nébuleuse sillonniste
La place des femmes dans le Sillon
Le genre de la Ligue sociale d’acheteurs
Les rapports entre hommes et femmes

Chapitre 5 / Femmes enquêtrices. L’apprentissage d’un savoir-faire
Les catholiques et l’enquête sociale
Des États-Unis à la France : enquêtes et réforme sociale
Enquêtrices au travail
Comment montrer la réalité sociale ?

Chapitre 6 / La réforme du travail des couturières
Les listes blanches, de New York à Paris
La liste blanche : un contrat entre des consommatrices et des entrepreneuses
De la consommation à la loi

III – Des consommateurs catholiques en République (1903-1938)

Chapitre 7 / Repos du dimanche. Le rôle des consommateurs
Consommateurs : cessez d’acheter le dimanche !
Une campagne avec la Ligue populaire pour le repos du dimanche
La Ligue sociale d’acheteurs au secours d’une loi républicaine

Chapitre 8 / Justin Godart et le travail de nuit des boulangers
Au nom du consommateur
La mobilisation des consommateurs
Arguments et modes d’action : emprunts et circulation

Chapitre 9 / Après la Ligue sociale d’acheteurs. Héritages et reconversions (1914-1938)
Concurrences : de nouvelles organisations de consommateurs
Consommateurs : les priorités de la première guerre mondiale
Entre-deux-guerres : de nouveaux espaces d’engagement pour les catholiques

Conclusion générale / Au-delà de la Ligue sociale d’acheteurs

Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale d’acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 28,00 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire