Dans l’intimité de la Grande Guerre

Deux ouvrages de membres de l’AFHRC viennent de paraître sur la Première guerre mondiale. L’un évoque, sous la plume d’Annette Becker, les exactions allemandes en zone occupée ; l’autre propose une série de portraits de soldats commentés par Xavier Boniface.

Annette BECKER, Les cicatrices rouges 14-18. France et Belgique occupées, Paris, Fayard, octobre 2010.

Du Pas-de-Calais à la Moselle, dans les campagnes de la Somme et de Belgique comme dans les usines des Ardennes, du Nord ou de Wallonie, des millions de gens ont vécu à l’heure allemande entre 1914 et 1918. Mais de cette « outre-guerre » derrière les tranchées, on ne parle pas plus qu’on ne s’en souvient. C’est à ces invasions, à ces occupations et à leur cortège d’exactions, de déportations, de privations qu’Annette Becker consacre ce livre. Grâce aux multiples journaux intimes écrits pendant les faits et utilisés ici pour la première fois, aux dessins comme aux archives, elle rend perceptible ce que fut le quotidien d’une guerre totale.

 

Portraits de la Grande Guerre. Les pastels d’Eugène Burnand au musée de la Légion d’honneur, présentés par Xavier BONIFACE, [Ivry/Seine – Bar-de-Duc – Paris], ECPAD – Conseil général de la Meuse – Grande chancellerie de la Légion d’honneur, 2010, 248 p.

Le musée de la Légion d’honneur expose une collection d’une centaine de portraits au crayon et pastel de combattants alliés de la Grande Guerre, qui vont du fantassin au général, de l’infirmière à l’aumônier, et qui sont issus de tous les pays de l’Entente et de leurs colonies. Ces tableaux ont été réalisés entre 1917 et 1920 par un peintre suisse, Eugène Burnand, plus connu pour sa peinture naturaliste et religieuse. En 1922, un ouvrage, Les alliés dans la guerre des nations, devenu aujourd’hui introuvable, en avait déjà publié les reproductions.

            Il émane de ces portraits au profond réalisme une puissance, presque une force morale, dont témoignent notamment les regards des personnages, et qui veut exprimer la profonde humanité des soldats de la Grande Guerre. Ce sont des caractères, des personnalités et, au- delà, des âmes, qu’a voulu suggérer Burnand. Il s’agit d’un ensemble émouvant, quasi charnel, dans toute la vérité humaine de ses sujets. Des visages exprimant les souffrances de la guerre : des regards usés, des rides précoces, chez des hommes pourtant jeunes encore. Les fantassins, majoritaires dans la série, semblent plus vieillis que les autres. Certains portraits traduisent également l’épreuve de l’exil (Tchèques, Polonais, Roumains) ou du déracinement (les travailleurs chinois ou tonkinois, les tirailleurs annamites, sénégalais ou algériens).

            Le texte de présentation, placé à la fin de l’ouvrage, étudie tour à tour le peintre, l’élaboration puis l’esprit de son œuvre, avant de remettre placer ces figures de combattants dans leur contexte historique. Chaque portrait, expliqué par une courte notice, a en regard une photographie de l’époque évoquant l’arme d’appartenance.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire