Appel à communication : Observer la laïcité comme répertoire d’action administratif

Lors du 12e Congrès de l’Association Française de Science Politique qui se tiendra à Sciences-Po Paris du 9 au 11 juillet 2013, une section coordonnée par Solenne Jouanneau et Yann Raison du Cleuziou examinera la laïcité comme répertoire d’action administratif.

Depuis l’adoption, le 9 décembre 1905, de la loi dite de séparation des Eglises et de l’Etat, la République française « ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » (art. 2). Pourtant, la réalité des relations qui se nouent depuis maintenant plus d’un siècle entre les représentants de la puissance publique et les représentants des principaux cultes français est plus complexe. En effet, celles-ci ne relèvent pas tant d’une séparation absolue que de la mise en place unilatérale d’un régime légal des cultes. Car l’adoption du principe de laïcité ne marque pas la fin d’une volonté de contrôle des religions par l’Etat, mais plutôt la transformation des modalités de ce contrôle.

La tolérance du retour sur le territoire français de congrégations non autorisées dès les années 1920 ; le soutien de fait aux chantiers de nouvelles églises construites à l’initiative du cardinal Verdier dans les années 1930 ; l’application graduée de la loi de 1905 dans certaines colonies ; la non application de la laïcité en Alsace-Moselle où un concordat est maintenu ; plus récemment encore l’implication répétée du Bureau central des cultes et des conseillers des ministres de l’Intérieur dans le « dossier » dit de « la formation des imams » en vue de favoriser la diffusion d’un « islam éclairé » compatible avec les « valeurs républicaines » … Chacun de ces exemples démontre que derrière l’affirmation répétée d’une « séparation des Eglises et de l’Etat », l’action publique envers les religions est plus complexe et ambiguë qu’il n’y paraît et qu’elle mérite, à ce titre, d’être repensée au prisme de la pratique administrative.

En effet, lorsqu’il est employé par les agents de l’Etat français, le terme de « laïcité » renvoie à deux dimensions distinctes de leur travail. Celui-ci fait d’abord référence au cadre légal qui, en France, régit le fonctionnement des institutions religieuses et la capacité d’action des gouvernants et des (hauts) fonctionnaires dans la sphère religieuse. Sous cet angle, le terme de laïcité s’apparente à un ensemble de règles et de normes administratives résultant du processus socio-historique par lequel les agents de l’Etat sont progressivement parvenus à imposer non seulement le principe d’une distinction entre un ordre d’activité religieux et un ordre d’activité politique, mais aussi et peut être surtout le principe d’un contrôle du premier par le second. Mais sur un plan plus politique, la « laïcité » fonctionne aussi, pour les acteurs publics, comme un registre plus flottant et malléable de légitimation des rapports de force entre sphère religieuse et sphère politico-administrative.

Au regard de la multiplicité des usages de la laïcité, l’objectif de cette session thématique est de repenser empiriquement la « laïcité » à travers les répertoires d’action administratifs qui la produisent concrètement. Parmi les nombreuses pistes que soulève ce parti pris, trois seront ici privilégiées :
– Il s’agira tout d’abord de faire la socio-histoire des différents services administratifs en charge de la laïcité, d’objectiver leurs relations de concurrence ou de coopération et leur positionnement dans le champ administratif. Bien sûr il conviendra de s’interroger sur la nature de leurs relations avec les acteurs politiques ou avec les acteurs religieux.
– Parce qu’il existe des fonctionnaires en position de réguler l’exercice publique de l’activité cultuelle, ces derniers constituent une clé d’entrée intéressante pour repenser la politique de l’Etat sur les questions religieuses. Cela engage à observer concrètement la trajectoire de ces fonctionnaires, les logiques de leur recrutement, leur socialisation administrative, leur compétence spécifique, la construction de leur rôle.
– On s’intéressera enfin aux dispositifs administratifs concrètement mis en oeuvre par les différentes instances publiques en vue de contrôler, d’encadrer ou d’assister l’exercice du culte sur leurs territoires. On s’intéressera dans le cadre de ce troisième axe à décrire les savoir-faire, les usages, les légitimations, les constructions de la réalité religieuse ou politique qu’opèrent les fonctionnaires en charge de la laïcité dans le cadre de leurs missions.

Les communications sur la production administrative de la laïcité pourront porter sur la France ou sur d’autres pays. Les propositions de communication (environ 5000 signes) sont à envoyer aux coordinateurs avant le 16 octobre 2012.

Coordination :
Solenne Jouanneau, IEP de Strasbourg, GSPE-PRISME, UMR CNRS 7012, jouanneau.solenne@free.fr
Yann Raison du Cleuziou, Université Montesquieu-Bordeaux IV, Centre Emile Durkheim, UMR CNRS 5116, yann.raison-du-cleuziou@u-bordeaux4.fr

Appel à communication : AFSP. Appel à communication


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/07/2012

    […] appel à contribution est lancé pour une section sur la laïcité comme répertoire d’action administratif pour le 12e congrès de l’Association Française de Science Politique, Paris, 9-11 juillet 2013. […]

Laisser un commentaire